Covid-19 : toute l’Italie à l’isolement

Après avoir mis à l'isolement le nord du pays, le gouvernement vient d'étendre cette mesure à toute l'Italie afin de juguler la crise du coronavirus…

Milan
L'Italie est à l'isolement depuis mardi matin

Depuis dimanche, l’Italie du Nord, incluant 14 provinces sur une zone qui couvre un quart de la population italienne (soit entre 15 et 16 millions d’habitants) était en quarantaine. Une décision unique dans l’histoire récente de l’Europe, qui plaçait sous cloche l’un des poumons économiques du continent. Une décision étendue depuis mardi matin à l’ensemble du territoire… Concrètement, le gouvernement a décidé de limiter les déplacements sur tout le territoire, « sauf pour des raisons professionnelles attestées ou de première nécessité », mais le retour à son domicile reste autorisé, « et donc pour les touristes français qui souhaitent rentrer en France », souligne le Ministère français des Affaires Etrangères. Tous les événements et autres compétitions sportives sont suspendus, les écoles et les universités sont fermées, tout comme les musées. Les restaurants et bars peuvent quant à eux ouvrir de 6h00 à 18h00. « En cas de non-respect des règles édictées par le décret gouvernemental, les forces de l’ordre peuvent arrêter le contrevenant, qui encourt jusqu’à trois mois d’emprisonnement ou une amende allant jusqu’à 206 euros », précise le ministère.

Les trains continuent de circuler, le métro de Milan et les transports des autres grandes villes fonctionnent également. Pourtant, les liaisons avec le monde extérieur devraient rapidement s’étioler, faute de passagers. C’est déjà le cas dans le transport aérien. L’Autriche avait, dès vendredi, décidé d’interdire les vols en provenance de Milan, Bologne et Venise tandis que Lufthansa réduisait à un minimum sa desserte. Le transporteur allemand ne propose plus que deux vols quotidiens entre Munich et Milan Malpensa et trois à quatre vols par jour entre Francfort et Linate. Air France de son côté continue d’assurer cinq vols quotidiens entre Paris CDG et Milan, à raison de quatre fréquences sur Malpensa et une fréquence sur Linate. Le transporteur propose toujours trois vols quotidiens vers Venise et deux fréquences quotidiennes sans escale vers Bologne.

De son côté, easyJet avait déjà adapté fin février ses fréquences face à une demande en berne. Mais tandis que les autres compagnies aériennes offrent une certaine flexibilité pour le remboursement ou changement de billet, la compagnie indique sur son site en langue anglaise qu’une annulation ne se traduira pas forcement par un remboursement, puisque les aéroports restent ouverts…

Cependant, Alitalia a annoncé dimanche après-midi qu’elle suspendait tous ses vols nationaux et internationaux à destination et en provenance de l’aéroport de Milan Malpensa à partir du 9 mars. La compagnie maintient ses lignes domestiques depuis Linate, notamment sa navette aérienne vers Rome-Fiumicino. Elle continuera d’offrir également plusieurs vols quotidiens entre Venise et Rome Fiumicino. De Rome, le transporteur assure l’ensemble de ses correspondances vers des lignes internationales. La mesure est prévue au moins jusqu’au 3 avril.