Sauvetage de dernière minute pour Flybe

La compagnie Flybe, la plus importante au Royaume-Uni avec ses liaisons régionales reliant plus de 70 aéroports britanniques et européens, a été sauvée in extremis par le gouvernement britannique qui ne pouvait laisser disparaître le transporteur.

flybe
Flybe, sauvée de la faillite, est une compagnie clé du ciel britannique.

Ouf de soulagement pour Flybe, la compagnie régionale qui relie depuis de nombreuses années une trentaine d’aéroports britanniques avec le reste du continent européen. Mardi soir, le secrétaire d’État au commerce Andrea Leadsom a confirmé qu’un accord de sauvetage du transporteur britannique avait trouvé, le sauvant du même coup de la faillite. C’eût été la deuxième en moins de six mois au Royaume–Uni après celle de TUI Airlines.

L’accord trouvé avec les propriétaires de la compagnie aérienne – dont le groupe Virgin – va permettre au transporteur de survivre. Parmi ces termes, plusieurs mesures vont permettre à Flybe de bénéficier de liquidités pour poursuivre son activité avec le report à court terme d’une partie des taxes perçues par le gouvernement sur les passagers aériens de Flybe – taxes qui coûtent à la compagnie aérienne environ 106 millions de livres par an -, mais aussi un prêt probable du gouvernement ainsi qu’une nouvelle injection de fonds de plusieurs dizaines de millions de livres par les actionnaires. Il faudrait aujourd’hui 100 millions de livres pour maintenir le transporteur à flot.

Le sauvetage du transporteur, qui emploie était 2 400 personnes, d’autant plus important que Flybe est le plus grand exploitant de liaisons domestiques au Royaume-Uni, représentant près de deux vols intérieurs sur cinq. Plusieurs aéroports régionaux du Royaume-Uni dépendent de la compagnie comme Belfast, Birmingham, Exeter ou Southampton. “Nous sommes ravis d’avoir conclu un accord avec les actionnaires de Flybe pour maintenir la compagnie en activité, en s’assurant que les régions du Royaume-Uni restent connectées, a déclaré Andrea Leadsom. C’est une bonne nouvelle pour le personnel, les clients et les créanciers de Flybe et nous continuerons à travailler dur pour lui assurer un avenir durable.

Ce sauvetage intervient moins d’un an après que la compagnie aérienne a échappé à une faillite potentielle avec sa reprise par Connect Airways, un consortium composé de Virgin Atlantic, Stobart Air et Cyrus Capital. Les conditions d’exploitation se sont détériorées au cours des derniers mois, en raison des incertitudes économiques générées par le Brexit et la faiblesse de la livre sterling, qui pèsent particulièrement sur les liaisons régionales.

Le gouvernement britannique va s’engager sur un plan de sauvetage en plusieurs points avec notamment une étude pour voir comment soutenir le transport aérien domestique. Mais, surtout, le gouvernement de Boris Johnson veut saisir l’occasion pour supprimer la taxe aérienne qui est imposée sur toutes les lignes, dont les liaisons intérieures. Le gouvernement pourrait ainsi réduire, voire supprimer cette taxe sur les vols domestiques. Le changement pourrait être annoncé lors du vote du budget en mars.

Boris Johnson a bien compris l’importance symbolique de Flybe. Il déclarait à la BBC mardi matin : « Ce n’est pas au gouvernement d’intervenir pour sauver des entreprises qui ont simplement des problèmes, mais ne doutez pas que nous voyons l’importance de Flybe pour apporter une connectivité à travers tout le Royaume-Uni. »

En France, Flybe est un important acteur sur les lignes à destination du Royaume-Uni, reliant près d’une vingtaine de villes de l’Hexagone avec une dizaine de métropoles britanniques. Au départ de Paris-CDG par exemple, Flybe exploite des lignes – souvent en position de monopole – vers Aberdeen, Birmingham, Cardiff, Edimbourg, Exeter, Manchester, Newcastle et Southampton. Elle est également présente sur les liaisons reliant Lyon et Nantes à Birmingham et Manchester, Rennes à Southampton et Southend, mais aussi sur la ligne intérieure française Orly-Rodez. Elle maintient aussi une présence importante à Chambéry ou encore à Limoges.