IFTM Top Resa : entre retour à la normale et nouveaux horizons

Après une édition convalescente l'an dernier, l'IFTM Top Resa 2022 reprend de la hauteur. La nouvelle direction du salon entend "être à l'écoute" et explorer de nouvelles pistes.
IFTM
Laurence Gaborieau, nouvelle directrice de l'IFTM Top Resa, à l'occasion de la présentation de l'édition 2022, le 6 septembre

La conférence de présentation de l’IFTM Top Resa 2022 s’est tenue mardi dans le cadre feutré et majestueux de la Bibliothèque Musicale La Grange Fleuret (BLGF), nouvelle adresse MICE du VIIIe arrondissement. L’occasion pour la nouvelle directrice de l’événement, Laurence Gaborieau, de faire le point sur sa vision du salon, les modifications qu’elle entend y apporter, mais aussi les « fondamentaux » qu’il s’agit de préserver. « Il y a pas mal de changements, néanmoins les fondamentaux sont bons, on n’a pas tout chamboulé », assure Laurence Gaborieau. « L’IFTM Top Resa est un salon à part : on est dans de l’émotion, la convivialité est dans l’ADN de l’événement » souligne-t-elle. Avec l’ambition de « remettre les visiteurs au cœur du salon« , Laurence Gaborieau a tendu l’oreille : « Je me suis attachée à écouter les agents de voyages, les travel managers, le business travel. C’était important de les entendre, et on leur donne la parole sur l’édition 2022″. Une attention qui, outre un programme acheteurs retravaillé pour être plus attractif, s’incarnera notamment au travers des Conversations. Ce nouveau format réunissant agents de voyages et experts se veut plus intimiste qu’une conférence classique (70 places assises environ), même si la taille de l’Agora a été réduite et que de fait ces dernières se tiendront sur un format plus réduit que les années précédentes. « On est dans co-construction, le collaboratif », décrit la directrice de l’IFTM Top Resa. Objectif : « casser les codes en présentant des thématiques sensibles de façon plus humble et de sensibiliser pour que tous collaborent plus efficacement dans l’accomplissement d’un objectif commun ».

Autres nouveautés de cette 44e édition dans le domaine du voyage d’affaires : deux nouveaux partenariats conclus avec la GBTA et l’APECA, qui cohabiteront donc avec l’allié historique, l’AFTM. Deux nouveaux espaces thématiques également, le Village de l’Attractivité et un Espace Tourisme Durable. L’organisation des rendez-vous d’affaires s’appuiera elle sur une autre plateforme, Vimeet, pour se retrouver dans un espace dédié ou sur les stands concernés. « Le secteur est très touché, il fallait lui apporter des outils efficaces pour que l’on retrouve un véritable retour sur investissement », explique Laurence Gaborieau. Qui précise au passage que les tarifs des stands n’ont pas augmenté cette année.

L’hybride toujours de mise, une zone MICE en 2023

Ce Top Resa 2022 marquera le retour à un salon professionnel « normal », en ce sens où le carcan réglementaire de la précédente édition (masques, restrictions) n’aura plus cours cette année dans le Hall 1. Il n’actera pas pour autant – pas encore – le retour aux niveaux pré-pandémiques. La hausse des exposants (+41%) par rapport à l’édition de reprise de l’an dernier ne suffira pas à combler le déficit par rapport à une « année normale » : « Nous n’avons pas encore rattrapé le niveau de 2019, nous sommes plutôt de l’ordre de moins 27%« , témoigne Laurence Gaborieau. La nouvelle direction peut toutefois se targuer d’avoir dû refuser une dizaine de destinations retardataires. 170 destinations – dont le Maroc, pays à l’honneur de ce Top Resa 2022 – et 1060 marques sont donc attendues Porte de Versailles, où 120 conférences se tiendront sur les trois jours de salon (20 au 22 septembre) : un calendrier et un programme de conférences resserrés, les plages horaires ayant elles été étendues. A noter que l’IFTM conservera une dimension hybride, dans la mesure où toutes les conférences et les nouvelles Conversations seront diffusées en streaming. Autant d’éléments qui poussent la nouvelle direction de l’IFTM Top Resa à promettre « une très belle édition 2022 » – sur laquelle est notamment attendue la Ministre du tourisme Olivia Grégoire – tout en se projetant déjà sur l’avenir. Dès l’an prochain, Laurence Gaborieau prévoit en effet d’intégrer une zone dédiée au MICE, et d’autres évolutions sont à l’étude.