International SOS pointe les prochaines menaces pour les entreprises

International SOS pointe les problèmes de santé mentale comme une menace redoutée par les entreprises suite à la crise sanitaire. Mais le risque le plus souvent cité par les professionnels est celui d’une deuxième vague.

L’étude "Retour aux opérations" publié par International SOS repose sur les témoignages de quelque 1 000 professionnels en charge de la santé, de la sécurité et du bien-être

International SOS a sondé plus de 1 000 professionnels en charge de la santé, la sécurité et du bien-être de leurs collaborateurs, dont les réponses ont été compilées au sein de l’étude « Retour aux opérations ». A en croire ce sondage, une large majorité des professionnels redoutent les perturbations causées par une éventuelle deuxième vague de COVID-19 (73 %). Autres risques pour la continuité des activités au cours des 12 prochains mois : les mesures de confinement dans les pays (67 %), les restrictions aux frontières à l’international (57 %), mais aussi les problèmes de santé mentale (17 %). « La question de la santé mentale, qui pourrait constituer un risque important pour la résilience des entreprises, a été mise en avant par la pandémie du COVID-19 », souligne le Dr Philippe Biberson, Directeur Médical Régional Services Médicaux, Europe du Sud d’International SOS. « Le télétravail, l’isolement et le stress de l’inconnu ont pu avoir un impact négatif sur la santé psychologique d’une grande partie des employés. Il est aujourd’hui indispensable de prendre en compte cette problématique et de proposer aux employés un soutien confidentiel pour garantir leur bien-être ».

de nombreuses entreprises ne semblent pas avoir encore élaboré de plan de lutte contre la pandémie

International SOS met également en garde les entreprises qui n’auraient pas encore pris toutes les mesures ad hoc pour faire face à la crise et préparer l’avenir dans les meilleures conditions. « Il est surprenant de constater que de nombreuses entreprises ne semblent pas avoir encore élaboré de plan de lutte contre la pandémie alors que la majorité craint une deuxième vague de COVID-19 », déplore le Dr Philippe Biberson. Ainsi, d’après cette étude, le soutien renforcé en matière de santé mentale n’a été adopté que par 44% des entreprises, et seuls un quart d’entre elles (25%) ont investi dans la télémédecine pour les employés :

International SOS
Pour le Dr Biberson, « de nombreuses entreprises ne semblent pas avoir encore élaboré de plan de lutte contre la pandémie ».