A la rencontre de Joon, petite sœur d’Air France

La présentation officielle de Joon a eu lieu lundi 25 septembre. Si le service de bord présente de nombreuses nouveautés, la compagnie grandira à ses débuts à l’ombre de sa grande sœur, Air France.
Joon
Air France a lancé Joon, compagnie de "nouvelle génération".

Une révolution. Mais plus pour l’habillage marketing que pour la stratégie. C’est ainsi que l’on pourrait qualifier l’arrivée de Joon en décembre prochain sur le marché français. « Réinventer l’aérien avec une compagnie que nous voulons confortable, chic, flexible, digitale, soucieuse de l’environnement et proposant une offre tarifaire attractive ». C’est ainsi que Franck Terner, le directeur général d’Air France, décrit la dernière née du groupe : Joon.

Beaucoup de marketing derrière ce nouveau nom qui souhaite d’abord attirer une clientèle de jeunes attirés par les nouvelles technologies, ces fameux « Millenials Geek ». Air France a un peu révisé sa communication, comprenant probablement qu’elle excluait de facto d’autres groupes en se profilant comme la compagnie exclusive d’un certain segment de marché.

un véritable laboratoire d’expériences

Joon, la nouvelle marque hybride d’Air France, veut en fait attirer les passagers par son positionnement original. « Nous avons créé une compagnie qui sera un véritable laboratoire d’expériences. Nous allons lancer et tester des produits sur cette compagnie et voir comment la clientèle réagit. Un peu à l’image d’une start up », a expliqué Jean Michel Mathieu, Directeur Général de Joon.

En vol, Joon offrira en Europe un produit bi-classe et tri-classe en long courrier avec des sièges spécifiques. A bord, le passager bénéficiera d’une boisson gratuite sur l’Europe et de repas sur les lignes long courrier. En revanche, les autres services seront en option : tapas, sandwichs ou jus de fruits frais vitaminés – une soixantaine de gourmandises (dont 20% estampillés bio) – compléteront l’offre gastronomique, les bagages en soute seront en option tandis que le streaming en vol sera proposé gratuitement, permettant aux passagers de visionner films et séries sur leurs applications ou tablettes. En affaires, Joon proposera même un casque de réalité virtuelle.

Pourtant, malgré ce nouveau positionnement d’image, Joon n’aura pour l’instant pas de vie en propre. Le nouveau transporteur sera exclusivement affrété pour Air France. « Joon est d’abord conçu pour consolider et renforcer le réseau Air France et le hub de la compagnie à Roissy. C’est aussi un gage de qualité car nous bénéficierons de toute la qualité Air France ainsi que des prestations qui l’entourent. Les salons ou l’accès Skypriority seront par exemple proposés aux voyageurs affaires ou premium de Joon », a précisé Jean-Michel Mathieu. « Joon pourrait cependant voler sous son propre code à l’avenir et cela pourrait d’abord commencer sur des affrètements ponctuels avec des tour-opérateurs par exemple », a ajouté Franck Terner.

D’ici 2020, la flotte de Joon comprendra 28 appareils, 18 avions moyen-courrier et 10 long courrier. Les avions seront des Airbus A320 et A340, ces derniers devant être remplacés en 2019 par des Airbus A350. Le réseau comprendra cet hiver des vols vers Barcelone, Berlin, Lisbonne et Porto, destinations auxquelles s’ajouteront ce printemps Fortaleza au Brésil (deux vols par semaine) et Mahé aux Seychelles (trois vols/semaine). « Sur l’Europe, ce sera en fait Joon qui remplacera Air France sur ces lignes », a indiqué Jean-Michel Mathieu. A terme, la compagnie devrait de fait récupérer un certain nombre de destinations qui offrent une recette/passagers faible en raison de la concurrence low-cost ou des compagnies du golfe. Ainsi Franck Terner ne rejette pas l’idée que Joon pourrait desservir les Etats-Unis. La reprise de la ligne de Bangkok par Joon, en raison du yield peu élevé de la destination, tout comme la réouverture potentielle de Kuala Lumpur, sont également évoqués.