Level parée au décollage à Paris Orly

Level, la compagnie low-cost long-courrier du groupe IAG, lance ses premiers vols au départ de Paris Orly le 2 juillet à destination de Montréal. Autres destinations proposées, Pointe-à-Pitre en juillet, puis Fort-de-France et New York à partir de septembre.

LEVEL-Orly
La low-cost long-courrier Level fait ses débuts à Paris Orly le 2 juillet.

Annoncée en fin d’année dernière, la compagnie Level, transporteur low-cost long-courrier du groupe IAG, fait ses débuts à Paris Orly ce lundi 2 juillet avec un premier vol à destination de Montréal, route desservie à raison de trois vols hebdomadaires. Dès le lendemain, une autre liaison sera lancée avec Orly Ouest-Pointe-à-Pitre, pour une fréquence de quatre vols par semaine. Début septembre, deux nouvelles dessertes seront proposées : Fort-de-France, à raison de trois, puis cinq vols hebdomadaires à partir de novembre, ainsi que New York Newark avec quatre fréquences par semaines.

L’ensemble de ces vols sera effectué en A330-200 flambant neufs. “Nous entendons offrir à nos clients une nouvelle expérience de voyage, décrit Jean-François Morin, directeur général de Level en France. Le passager a la possibilité de personnaliser son voyage selon son budget et ses besoins avec l’ajout de bagages en soute, de sièges “plus” ou encore le système pair &pay, qui permet de faire des achats en vol depuis un smartphone, par exemple un repas, une boisson ou le WiFi. Level permet d’emprunter des lignes long-courriers à une clientèle qui n’avait pas cette possibilité auparavant.

On l’aura rapidement compris, avec ses vols à partir de 200 euros l’aller-retour, Level s’adresse essentiellement à une clientèle loisirs à laquelle la compagnie propose 293 sièges en cabine économique, dotés d’un espacement de 31 pouces – 75 cm – et d’un écran individuel côté divertissement. Mais, et ce qui est plus intéressant pour les voyageurs d’affaires, les avions disposent aussi d’une cabine premium de 21 sièges proposant un espacement de 37 pouces. Pour cette classe, l’approche commerciale est différente puisque tout est inclus dans le prix du billet, à savoir deux bagages en soute, le repas en plus d’un embarquement prioritaire.

Lancée en juin 2017 à Barcelone El Prat, la formule rencontre le succès selon la direction d’IAG. “Nous sommes très satisfaits des résultats de Level et tout à fait confiants quant à son futur développement”, dit Willie Walsh, PDG de IAG. L’an prochain, la compagnie recevra deux nouveaux A330-200 permettant à Level de positionner trois avions à Paris et quatre à Barcelone. Ce qui augure du lancement de nouveaux vols. Willie Walsh a dessiné le profil des futures destinations : “soit des métropoles sous-desservies, soit des destinations pour lesquelles existe une forte demande et qui sont déjà bien desservies par d’autres transporteurs, mais à des tarifs élevés.” Alors que jusqu’ici les dessertes proposées par Level à Barcelone et Paris s’orientaient vers le continent américain et la zone Caraïbes, Level pourrait maintenant se tourner aussi vers l’Asie.

Intégrée dans le portefeuille de marques et au programme de fidélisation d’IAG, Level entend développer des vols en correspondances, notamment avec Vueling, l’autre low-cost du groupe positionnée pour sa part sur les vols court et moyen-courriers. Mais Level est en train de développer sa propre offre de vols à bas coûts en Europe, puisque la compagnie vient d’établir une base en Autriche, à l’aéroport de Vienne Schwechat d’où elle proposera des vols vers 14 destinations en Europe à partir du 17 juillet prochain, à commencer par Palma et Londres Gatwick. D’autres lignes suivront au mois d’août, notamment vers Paris et Milan. A l’avenir, cette nouvelle base pourrait également voir le lancement de vols low-cost long-courriers, la direction d’IAG regardant aussi les opportunités de lancer Level en Italie et en Allemagne.

En parallèle de l’essor de Level, IAG avait aussi fait part de son intention de racheter Norwegian, la compagnie norvégienne pionnière du long-courrier low-cost dont IAG est, depuis mai, actionnaire à hauteur d’un peu plus de 4 %. “Nous n’avons pas eu de discussions avec eux depuis celles engagées en mai dernier, et aucune n’est prévue à cette date”. Wait & see.