La compagnie low cost long-courrier Level s’installe à Paris Orly

Avec l'ouverture l'été prochain d'une nouvelle base à Paris Orly, qui s'ajoute à celle de Barcelone, Level affiche ses ambition sur le segment du transport aérien low cost long-courrier.

LEVEL-avion
Level, compagnie low cost long-courrier du groupe IAG, proposera ses premiers vols à Paris Orly en juillet 2018.

C’était attendu, mais c’est désormais chose sûre : Paris Orly sera la deuxième base de Level, la compagnie low cost long-courrier lancée en mars 2017 par le groupe IAG, maison mère de British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus. Après avoir débuté son activité à Barcelone El Prat en juillet dernier, Level proposera des vols vers des destinations prisées de la clientèle française à partir du 2 juillet 2018. Ce jour là, les premiers vols décolleront de Paris vers Montréal – à raison de trois par semaine –, avant de s’envoler le lendemain vers Pointe-à-Pitre, desservie par quatre vols hebdomadaires. Ensuite, à la fin de l’été, deux autres lignes seront lancées vers Fort de France le 3 septembre, avec trois liaisons par semaine, puis New York Newark le 4 du même mois, avec quatre vols hebdomadaires assurés par les équipes d’Openskies, compagnie filiale de British Airways.

Pour asseoir la base de Level à Paris Orly, IAG va en effet s’appuyer sur les équipages et les créneaux horaires d’Openskies, dont la marque va disparaître pour être absorbée par Level. Mais, pour remplir ses avions, IAG compte aussi sur Vueling et ses quatre avions basés à Orly pour alimenter les vols de Level, comme la compagnie espagnole le fait déjà à Barcelone. En effet, la desserte de Paris par Vueling est forte aujourd’hui de 17 destinations, soit autant de passagers potentiels pour les vols long-courriers vers New York, Montréal et les Antilles via Paris.

Pour faire ses débuts à Orly, Level disposera de deux Airbus A330-200 flambant neufs, comportant une classe Economie offrant 293 sièges en configuration 2-4-2 et une cabine Premium Economie de 21 sièges en configuration 2-3-2. Proposés à la vente depuis aujourd’hui, les vols sont proposés à partir de 99 euros en Economie pour un vol sec, comprenant seulement un bagage cabine. Modèle low cost oblige, les voyageurs devront ajouter un supplément pour un billet comprenant un bagage en soute et le repas. Pour les passagers qui ne choisiraient pas pour cette option, des repas peuvent aussi être commandés via l’écran du système de divertissement en vol et livré à la place.

La cabine Economie offre 293 sièges.
La cabine Economie des Airbus A330-200 opérés par Level offre 293 sièges.

Pour un prix de départ allant de 429 euros à 469 euros selon les destinations, les passagers de la cabine Premium profiteront d’un siège plus large, de bagages en soutes et d’un embarquement prioritaire, mais devront payer un supplément pour un billet comprenant le repas et la flexibilité du billet. Autre frais supplémentaire pour tous les voyageurs qui le désirent, l’accès à une connexion WiFi à très haut débit, disponible à partir de 8,99 euros.

Avec ce modèle “à la carte” et des tarifs extrêmement compétitifs, Level connaît déjà un très grand succès à Barcelone avec un taux de remplissage supérieur à 90 % selon les dirigeants d’IAG. “Ce qui dépasse nos prévisions, assure Willie Walsh directeur général d’IAG. Prenons par exemple le vol Barcelone-Buenos Aires de Level. Celui-ci aurait pu entrer en concurrence avec celui proposé par Iberia entre Madrid et la capitale argentine. Nous nous attendions à cela et étions prêts à l’assumer. Mais pas du tout : Level crée une nouvelle demande et capte tout un segment de clientèle qui, jusque là, ne prenait pas l’avion.” Les compagnies desservant les Antilles – Air France, Air Caraïbes, Corsair et XL Airways – seront sans doute heureuses d’entendre que Level n’empiètera pas trop sur leurs plates-bandes…

Concernant l’avenir, la compagnie low cost propose déjà quatre destinations depuis Barcelone – Los Angeles, San Francisco (Oakland), Punta Cana et, donc, Buenos Aires – et en ajoutera une cinquième fin mars-début avril 2018 avec Boston, à raison de trois vols par semaine pendant l’été. Par ailleurs, un troisième Airbus A330-200 rejoindra Level à Barcelone à l’été 2018, ce qui augure de l’ajout de nouvelles destinations. Willie Walsh entend faire grandir la flotte de la compagnie “jusqu’à 30 avions” d’ici cinq ans. L’offre de lignes depuis Paris Orly devrait donc s’étoffer, mais Level compte aussi s’implanter sur d’autres aéroports européens. Rome figure en tête de liste puisque, comme à Barcelone et à Paris Orly, Vueling dispose d’une base à l’aéroport de Rome Fiumicino.

Le développement attendu de Level est une nouvelle matérialisation de l’essor du transport aérien low cost long-courrier. Les ambitions de la compagnie de “nouvelle génération”, comme préfère dire Willie Walsh plutôt que low cost, s’ajoutent à celles de Norwegian, qui a ouvert une base à Paris Charles-de-Gaulle l’été dernier. “Norwegian a prouvé qu’il existait une demande pour le segment low cost long-courrier, mais cette compagnie n’a pas encore démontrer la profitabilité du modèle, remarque Willie Walsh. Avec une productivité maximale et des coûts d’exploitation inférieurs à ceux de Norwegian, et bien en dessous de ceux de Joon, je crois beaucoup en l’avenir de Level.

  • Des repas en option, à commander à partir du système de divertissement.
  • Amenities proposées aux passagers de la cabine Economie.