• Mots clés connexes
  • Asie

Philippines : le retour en grâce

Manille, nouveau Las Vegas de l’Asie du Sud-Est

Manille la nuit, c’est une fête échevelée, un sens de la convivialité rare, mais aussi un grand faible pour l’émotion vécue autour d’un tapis vert.

En Asie, il y avait déjà Macau, première destination de l’industrie du jeu et des casinos dans le monde. Puis est arrivé Singapour, dont les casinos ne sont qu’un élément parmi d’autres de resorts géants. Il y a désormais Manille, qui se profile peu à peu comme nouvel eldorado du jeu du continent asiatique.

Il faut bien avouer que la capitale des Philippines était prédestinée à ce type d’activités. On sait en effet s’amuser à Manille, les Philippins possédant un vrai sens de la fête et de la convivialité. Dans le quartier chic de Makati ou celui, plus populaire, de Malate, les bars, karaokés et clubs ne désemplissent pas la nuit tombée. Sur Roxas Boulevard, c’est même une foule exhubérante qui envahit, nuit après nuit, la promenade qui longe la baie. Manille aime chanter, boire et danser. Désormais, elle frissonne aussi en claquant jusqu’à ses derniers pesos dans les casinos flambant neufs de la métropole.

Capitalisant sur un marché chinois particulièrement “accro” au jeu et plus généralement sur toute la nouvelle bourgeoisie asiatique soucieuse de son statut de nouveau riche, Manille voit s’ouvrir tour à tour les resorts intégrant hôtels de luxe, centres commerciaux et tables de jeu. La capitale en compte trois de ce type. À quelques minutes en voiture de l’aéroport international, Resorts World Manila a ouvert ses portes en 2009. Le complexe, qui offre 1350 chambres d’hôtel dans ses trois établissements, fut pendant un temps l’unique casino de la capitale. Mais, désormais, le resort est concurrencé par Entertainment City, un vaste projet qui s’étend en bordure de la baie de Manille. Parmi les premiers développements ouverts au public, on compte tout d’abord le Solaire Resort Casino qui s’étend sur 8,5 hectares et comprend un hôtel, un centre de conférences, un théâtre, l’incontournable centre commercial et près de 19 000 m2 de tables de jeu. Depuis fin 2014, le “gaming strip” de la capitale philippine compte un deuxième complexe, le City of Dreams Manila. Un investissement de 1,3 milliard de dollars, comprenant six hôtels dont les Crown Towers, Hyatt et Nobu Hotel – du nom du fameux chef cuisinier japonais – pour 940 chambres, un parc à thème Dreamworks et un centre commercial de 80 000 m2.

Le boom des resorts casinos n’est pas prêt de se tarir. Deux autres projets sont déjà en construction. Le Manila Bay Resorts du milliardaire japonais Kazuo Okada – un projet de deux milliards de dollars – est attendu pour 2016, tandis que le Marina Bayshore, situé à proximité du Resorts World Manila, attend son ouverture pour 2018. Il intégrera trois hôtels, un casino et un théâtre. Les revenus du jeu ont déjà généré 2,5 milliards de dollars en 2014. Selon les experts, ils pourraient atteindre 4,8 milliards de dollars en 2017.

Philippines : le retour en grâce