Les nouvelles métropoles de l’ASEAN

Cambodge Angkor

Quand on pense business dans l’ASEAN, c’est naturellement Singapour qui vient directement à l’esprit, ou Bangkok pour les entreprises désireuses d’avoir une implantation dans la région du Mékong ou encore Kuala Lumpur, à la situation géographique idéale. Cependant, la Communauté économique de l’ASEAN est en train d’avoir un effet similaire à ce qu’avait connu l’Union Européenne il y a vingt ans en favorisant l’émergence de métropoles suprarégionales. Ce que Lyon, Barcelone, Édimbourg ou Hambourg sont à l’Europe, Medan, Bandung, Penang, Mandalay, Vientiane, Cebu ou Danang le sont ou le seront pour l’ASEAN. D’autant qu’hormis Vientiane et ses 500 000 habitants, ces villes flirtent avec le million d’habitants (Danang, Mandalay, Penang), voire les 2,5 millions (Bandung, Cebu et Medan).

Toutes s’érigent en nouvelles plaques tournantes. Medan, sur l’île de Sumatra, se positionne comme la porte de l’ASEAN vers le sous-continent indien, en concurrence avec Mandalay, la seconde ville de Birmanie, qui retrouve les chemins du commerce avec le Bangladesh ou le Bengale. De leur côté, Bandung et Johor Bahru jouent la carte technologique. Bandung – à deux heures à peine de Jakarta – est devenu un pôle d’excellence grâce à l’ITB, l’une des meilleures universités d’Indonésie. Quant à Johor Bahru, le gouvernement malaisien entend faire sortir cette ville frontière de l’ombre de sa voisine Singapour. La péninsule indochinoise s’éveille également. L’argent chinois coule à flots dans les projets immobiliers de Vientiane, la capitale du Laos s’affirmant comme la nouvelle tête de pont de son géant de voisin dans l’ASEAN. Au Vietnam, Danang, quatrième métropole du pays, profite de son port et de ses infrastructures pour devenir la capitale des conférences, congrès et expositions du pays. Phnom Penh, aussi, émerge peu à peu. La capitale cambodgienne est connue pour son climat des affaires particulièrement accommodant. Les tours dominent désormais la silhouette de la ville, tandis que centres commerciaux, restaurants et bars branchés lui donnent des allures de petit Bangkok. Un nouvel eldorado…

L’ASEAN en chiffres

 

ASEAN croissance du PIBL’ASEAN est le troisième marché pour la main d’oeuvre au monde, après la Chine et l’Inde. Si l’ASEAN était une entité économique unique, elle serait la septième puissance économique de la planète avec un PIB combiné de 2 600 milliards de dollars US. Selon la Banque de Développement Asiatique, la zone pourrait même devenir la quatrième puissance mondiale en 2050. Sa population de 660 millions d’habitants est plus importante que celle de l’Union Européenne et de l’Amérique du Nord.

+4,7points

C’est la croissance du PIB estimée par l’EU ASEAN Business Council (EABC) si l’ASEAN arrivait à éliminer les pratiques discriminatoires envers les entreprises étrangères, la bureaucratie locale protégeant ses entreprises. L’EABC estime qu’il existe dans l’ASEAN plus de 2 000 mesures discriminatoires, soit une hausse de 30 % par rapport à 2010.