L’aéroport de Lyon embauche un premier robot-voiturier

Les responsables de l’Aéroport de Lyon ont dévoilé leur nouvelle recrue, "Stan", le 14 mars. Ce robot-voiturier conçu par Stanley Robotics est présenté comme une première mondiale sur un parking extérieur.

Fred Margueron
Stan, le robot-voiturier conçu par Stanley Robotics, a été présenté le 14 mars à l'aéroport de Lyon (DR Fred Margueron)

Les voyageurs d’affaires lyonnais vont bientôt pouvoir faire la connaissance de Stan. Dans les semaines à venir, le fonctionnement de ce robot-voiturier doit en effet être proposé à grande échelle, couvrant 500 places sur le parking P5+ de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry. Quatre exemplaires de système développé par Stanley Robotics fonctionneront alors en simultané, avec douze boxes prévus pour accueillir et restituer les véhicules. Le premier d’entre eux a donc été présenté jeudi, en fonctionnement, ouvrant la voie à « une première mondiale », selon les responsables du projet. « Nous sommes fiers de mener cette opération avec Aéroports de Lyon, et de pouvoir présenter pour la première fois au monde le fonctionnement du service de robot voiturier extérieur de Stanley Robotics », se félicite Clément Boussard, Pdg de Stanley Robotics, qui « envisage une collaboration à long terme » avec les acteurs de la plateforme aéroportuaire.

Pour accéder à ce nouveau système de parking automatisé, les voyageurs sont invités à réserver leur place sur le site de l’aéroport. Il leur suffit ensuite de déposer leur véhicule dans un box dédié, puis de rallier leur terminal de départ via la navette. Le robot-voiturier prend ensuite le contrôle des opérations : il prend en charge la voiture et la gare sur un parking sécurisé. Au retour, le voyageur retrouvera son véhicule dans l’un des boxes.

  • Le parking automatisé développé sur l’aéroport de Lyon doit accélérer le parcours voyageur tout en limitant l’impact sur l’environnement

Ce projet lancé en juillet 2017 avec Stanley Robotics, puis testé plusieurs mois durant en 2018, avant cette inauguration officielle. Les responsables de l’aéroport voient déjà plus loin, et espèrent, à terme, pouvoir intégrer à ce dispositif 2000 places supplémentaires.

« Grâce à notre démarche d’innovation, Aéroports de Lyon a toujours eu une longueur d’avance en matière d’expérience client et de qualité de service. (…) L’expérimentation du robot-voiturier s’inscrit complètement dans cette logique d’innovation pour répondre aux exigences d’amélioration continue d’Aéroports de Lyon et de Vinci Airports », explique Tanguy Bertolus, Président du Directoire d’Aéroports de Lyon.