Aéroports : combat de géants en Orient

L’Orient se caractérise par des infrastructures géantes. L’aéroport de Dubaï fut longtemps la référence en la matière, mais de nouvelles méga structures sont venues s’ajouter dans la région. Il y eut Doha en 2016. Il y a Mascate en mars de cette année. Et bientôt viendront le tour d’Istanbul New International Airport et d’Abu Dhabi…

departure-muscat-airport
Nouvelle aérogare ouverte le 20 mars à l’aéroport de Mascate

Mascate : enfin une aérogare digne de ce nom

Face aux géants du Golfe que sont Emirates, Etihad et Qatar Airways, Oman Air est presque considéré comme un transporteur de niche. Tout comme l’est, d’ailleurs, son aéroport de Mascate. Mais la compagnie a de grandes ambitions, et le Sultanat d’Oman a décidé de suivre la croissance de son transporteur national en construisant une toute nouvelle aérogare. Ouverte le 20 mars, celle-ci a relégué au rang de souvenir l’ancien terminal, au confort contestable. Les passagers ont à leur disposition un hub conçu pour 12 millions de passagers et surtout un accès direct aux avions. 29 passerelles permettent d’éviter les fastidieux transferts par bus, souvent effectués sous un soleil de plomb ! Des salons, un nouvel espace boutiquaire et 86 comptoirs d’enregistrement devraient réenchanter les transferts via Mascate… L’ancienne aérogare sera pour sa part réservée aux vols low-cost.

Abu Dhabi a repoussé l’ouverture du Midfield Terminal. La structure conçue pour 30 millions de passagers devrait désormais ouvrir ses portes au début 2019, juste à temps pour accueillir les World Summer Games, prévus du 14 au 21 mars. Le futur terminal, le plus grand par sa superficie dans le Golfe, offrira un confort exceptionnel avec un hôtel, une foule de commerces et un accès direct à 65 avions.

 

Bahreïn est embarqué dans un programme de modernisation de ses installations de 1,1 milliard de dollars. Point d’orgue : une aérogare quatre fois plus grande que l’actuelle permettant d’accueillir jusqu’à 14 millions de passagers par an. Outre quatre fois plus de boutiques et de restaurants, l’aérogare offrira un espace culturel dévoilant les traditions et l’histoire du petit royaume.

Istanbul : un méga aéroport en préparation

À son ouverture attendue pour les derniers jours d’octobre, ce sera le méga hub entre Orient et Europe, le plus grand aéroport d’Europe et l’un des plus imposants de la Méditerranée orientale. Le projet d’un nouveau hub à Istanbul, lancé au début de la décennie, va donner à la ville et à la compagnie Turkish Airlines les moyens de se battre contre la concurrence des méga-aéroports des pays du Golfe. Car Istanbul ne se mesure plus à Francfort ou Londres. Ses modèles – et concurrents – ont plutôt pour nom Doha ou Dubaï.

Istanbul New International Airport est construit à 35 km au nord de la ville et ses dimensions donnent une idée du gigantisme du lieu. On parle, pour la première phase de la plate-forme, d’une aérogare capable de recevoir 90 millions de passagers, contre 63,7 millions pour l’actuel aéroport Ataturk. Le futur hub sera notamment doté de 500 comptoirs d’enregistrement et de 228 postes de contrôle des passeports. Il pourra recevoir 143 appareils au contact, trois pistes permettant d’accueillir 3 500 mouvements d’avion par jour. La future infrastructure sera à 25 minutes du cœur d’Istanbul grâce à une ligne de métro.

Un an après son ouverture, la seconde phase de construction sera livrée au public, permettant à Istanbul New International Airport de traiter 120 millions de passagers annuels, et pourquoi pas, 200 millions à terme. Suite à la mise en service du nouvel aéroport, la vénérable plate-forme d’Istanbul Ataturk fermera définitivement ses portes. L’autre aéroport d’Istanbul Sabiha Gökçen, dans la partie asiatique, restera en revanche ouvert.