Air France : retour en grâce du trafic… loisirs

Air France confirme que le trafic aérien en France retrouve de la vigueur. Mais il s'agit avant tout du trafic loisirs, les perspectives pour le trafic affaires restant toujours plus mitigées. D'où adaptation de l'offre.
Henri Hourcade et Henri de Peyrelongue durant l'IFTM

« Le client et le développement durable« . Ce sont les deux termes qu’aura utilisé Henri de Peyrelongue, Directeur Général Commercial Ventes Air France-KLM lors d’une présentation au salon du tourisme IFTM Top Resa. « Air France dans cette période difficile s’est préparé. On a ainsi continué d’investir pour maintenir l’intégralité de notre réseau. On s’est montré également le plus souple possible dans cette conjoncture. Comme par exemple en réagissant très vite sur une offre loisirs. En parallèle nous avons garanti à nos passagers un voyage sûr, flexible et confortable« , décrit-il. La question environnementale est tout aussi importante avec l’assurance d’offrir un produit plus soucieux d’un développement durable. Épitomé de cette volonté d’associer développement durable et confort, l’Airbus A220, dont le premier exemplaire vient d’être livré. Pour Henri de Peyrelongue, l’appareil offre à la fois un confort de très haut niveau tout en permettant de réduire l’empreinte carbone d’un vol de 20% par rapport à d’autres avions de même type.

La compagnie poursuit également la rénovation de sa flotte avec un produit de cabines plus moderne. Air France achève la mise à niveau des cabines de ses Boeing 737-300 du réseau Caraïbes ainsi que de ses avions long-courrier Boeing 777. « La mise aux nouvelles normes de confort sera achevée en 2022 pour ces appareils« , indique encore Henri de Peyrelongue. Le transporteur a aussi investi dans son produit au sol avec l’ouverture de plusieurs salons- là encore le symbole de ce renouveau étant le salon Schengen au Terminal 2F. Il offre de l’espace à plus de 500 passagers.

« Nous sommes donc heureux d’obtenir la reconnaissance de cet effort d’investissement. En quelques mois, nous avons reçu quatre récompenses pour notre service dont tout récemment celle de meilleure compagnie aérienne d’Europe par Skytrax« , précise encore le Directeur Général Commercial Ventes.

Focus sur les vols vers les destinations « soleil »

Quant à l’offre aérienne, elle ne cesse de se densifier. « Même si elle concerne surtout des destinations loisirs où nous avons fait preuve d’agilité pour coller à la demande« , raconte de son côté Henri Hourcade, directeur général France Air France-KLM. Soit un catalogue de 80 lignes saisonnières cet été, dont 25 jamais desservies avant.

Les nouvelles destinations d’hiver sont donc plutôt tournées vers les marchés loisirs, même s’il existe effectivement une demande affaires. Selon Henri Hourcade, Air France lance ainsi des vols long-courrier « soleil » vers Zanzibar, Mascate, Colombo et Maputo au Mozambique. « De son côté, KLM desservira Port of Spain à Trinidad et Tobago, Cancun ainsi que La Barbade« , précise-t-il. Henri Hourcade.

Air France ne reste pas inactive cependant sur les lignes court-courrier. Au départ de Roissy CDG, elle offrira des vols supplémentaires vers l’Espagne avec Malaga, Ténérife et Valencia. Elle proposera également au coeur de l’hiver des vols vers Rovaniemi en Finlande, aux confins de la Laponie. Le transporteur se renforcera également à Orly avec des vols vers Alger, Berlin et Munich.

La reprise du trafic affaires s’esquisse, mais elle se fait néanmoins de façon très douce en Europe selon les deux dirigeants d’Air France. « Et c’est le même scénario sur tous nos marchés traditionnels européens. La seule reprise vraiment tangible du trafic affaires concerne pour l’instant le marché domestique« , estime Henri Hourcade.

Desserte des Etats-Unis, offre en sièges et conditions tarifaires

A l’occasion des CEO Talks organisés pendant le salon IFTM Top Résa, Henri Hourcade est revenu sur l’activité du groupe, notamment la reprise du marché affaires, le plan de vol de la compagnie vers les Etats-Unis, ou encore l’évolution tarifaire et la RSE. Interrogé par François-Xavier Izenic, le directeur général France Air France-KLM a estimé que la reprise de l’activité affaires prendrait du temps : « s’il est encore un peu tôt pour savoir à quels niveaux on va arriver, mais on sent une reprise progressive sur notre marché domestique essentiellement, ainsi que sur l’Europe. »

En parallèle, Air France continue d’adapter son offre avec un pilotage des dessertes vers des lignes à dominante loisirs. Une stratégie mise en œuvre cet été en Europe, et déclinée cet hiver sur des destinations long-courriers comme Mascate, Zanzibar ou Colombo. Autres avantages face à une demande fluctuante, celui de disposer d’un socle important de voyageurs loisirs en classe affaires, la place de Paris parmi les premières destinations touristiques mondiales l’aidant en cela, et aussi celui d’avoir dans sa flotte des B777 « quick change », dont l’offre de sièges en classe éco peut être rapidement augmentée.

« Nous ne sommes pas encore revenus à 100 % de notre offre bien sûr, mais cet hiver, elle sera au moins équivalente aux deux tiers de ce qu’elle était précédemment« , a précisé Henri Hourcade. Soit un volume supérieur à ce que Lufthansa ou British Airways ont annoncé de leur côté. Dans ce cadre, l’accessibilité des Antilles aux voyageurs vaccinés, sans test ni quarantaine, mais surtout l’assouplissement des restrictions de voyage pour les Européens vers les Etats-Unis, qui représentent 40 % du chiffre d’affaires du groupe, sont évidemment vus comme une bonne nouvelle. « Même si on n’a toujours pas la date exacte de cette réouverture – « early november » ont-ils dit -, on a vu les réservations repartir pour la période allant de la mi novembre à janvier« , souligne le directeur général France Air France-KLM. Air France entend ainsi revenir à son programme nominal sur les Etats-Unis avec une centaine de vols par semaine et onze routes desservies, avec notamment la réouverture de Seattle.

Quant aux conditions tarifaires à attendre dans les années à venir, Henri Hourcade entrevoit « une certaine stabilité des prix à court terme« . En revanche, entre la loi de l’offre et de la demande, mais surtout l’évolution du prix du fuel et les obligations légales d’incorporer toujours plus de carburant durable, « au moins quatre fois plus cher que le kérosène« , le directeur général France Air France-KLM s’attend à ce que les prix « croissent à plus long terme« .