Airbnb s’allie à We Work… et y rencontre les Travel Managers français

Les équipes Airbnb sont venues jeudi à la rencontre des professionnels français du voyage d'affaires pour présenter Airbnb for work, évoquer des pistes de développement et répondre aux interrogations des Travel managers. Un événement organisé chez We Work, nouveau partenaire d’Airbnb.

Airbnb
Mireia Carnicero, Responsable de la Confiance & Sécurité, Jon Liebtag, Responsable EMEA de la division Voyages d'Affaires et Teoman Colakoglu, Responsable France de la division Voyages d’affaires chez Airbnb

Clin d’œil ou hasard du calendrier ? Toujours est-il que c’est dans le cadre de l’espace We Work Lafayette – le centre de coworking parisien inauguré en avril dernier – que les équipes Airbnb for Work ont donné rendez-vous aux Travel managers français. Quelques jours plus tôt, le géant de la sharing economy avait officialisé un accord avec son alter ego du travail collaboratif. Airbnb propose donc maintenant aux voyageurs d’affaires qui réservent un logement via sa plateforme business travel de bénéficier d’une journée gratuite dans un centre We Work. L’expérimentation se limite pour l’instant à quelques destinations affaires, principalement aux Etats-Unis.

Ce partenariat illustre bien l’importance accordée par Airbnb au business travel, qui a justement poussé les responsables de la plateforme à organiser une rencontre Airbnb for Work, la première du genre en France. Objectif : prêcher la bonne parole, “éduquer” le marché corporate, mais aussi entendre les problèmes que peuvent rencontrer les utilisateurs professionnels de la plateforme, et les freins qui bloquent encore les plus réticents. De ce point de vue, l’événement aura probablement répondu aux attentes des responsables d’Airbnb, dont certains avaient fait le déplacement depuis le siège de San Francisco. En effet, l’auditoire s’est montré curieux, voire pugnace à l’heure d’évoquer la problématique du duty of care ou celle des city caps, exigeant que les offres ne respectant pas la politique voyages de l’entreprise sortent simplement des radars.

Les habitués d’Airbnb for Work – une petite moitié des quelque 70 personnes présentes – n’ont pas forcément beaucoup appris de la présentation de l’outil. Néanmoins, plusieurs pistes de développement ont été évoquées sur la scène de l’auditorium We Work. Le projet Split Payment a notamment été dévoilé par Teoman Colakoglu, Responsable France de la division Voyages d’affaires chez Airbnb. Cette nouvelle fonctionnalité devrait améliorer le quotidien des adeptes de la communauté bleisure. Il sera bientôt possible, à travers une seule réservation, de ventiler les dépenses imputables à l’entreprises et celles assumées par le salarié qui souhaite prolonger un déplacement le temps d’un week-end. L’autre enseignement concerne les agences de voyages d’affaires. Airbnb est actuellement associé à trois TMC – American Express GBT, BCD Travel et CWT – au travers d’un partenariat qui se résume globalement au reporting. En 2018, les relations devraient se renforcer et permettre aux agents de voyages d’effectuer la réservation pour le compte du voyageur.

Si le domaine du voyage d’affaires l’attire logiquement, Airbnb ne compte pas pour autant tourner le dos à sa clientèle historique et encore largement majoritaire : le loisir. Au contraire, la plateforme de réservation revendique même sa différence – l’ergonomie de son outil, entre autres – qui lui permet, finalement, de convaincre le vacancier de revenir pour son prochain déplacement professionnel.