Hong Kong, Japon et Taïwan en mode réouverture

Hong Kong dès le 26 septembre, le Japon le 11 octobre et Taïwan normalement le 13 octobre ont annoncé s'ouvrir (presque) totalement aux visiteurs internationaux. Les trois destinations mettront fin à deux ans et demi de contrôles des entrées sur leur territoire.
Hong Kong
Baie de Hong Kong (DR)

C’est un changement radical pour le gouvernement de la ville semi-autonome de Hong Kong. Ce dernier s’éloigne en effet de la doctrine de Pékin du « zéro covid » que Hong Kong avait dû suivre, contrainte et forcée. Le gouvernement de l’ex-chef de l’exécutif, Carrie Lam, parlait alors d’une priorité absolue de s’ouvrir avant tout avec la Chine…

La fin de la quarantaine pour les voyageurs internationaux prendra officiellement fin le 26 septembre. Les restrictions duraient depuis plus de deux ans et demi. Cependant, tout ne redeviendra pas comme avant 2020.

Des espoirs de ranimer l’économie de Hong Kong derrière la réouverture

Le nouveau chef de l’exécutif de Hong Kong, John Lee, a, dans une conférence de presse vendredi 23 septembre, indiqué que les voyageurs entrant devront fournir un test antigénique négatif 24 heures avant l’embarquement. Et se mettre en « autocontrôle sanitaire » pendant trois jours. Mais contrairement à la quarantaine, il s’agira de réglementations souples.

Le lieu d’autocontrôle sera laissé à la discrétion des voyageurs -y compris un appartement. Les personnes pourront sortir mais se verront interdire l’accès à certains espaces comme des restaurants ou bars. Les personnes se verront attribuer une couleur orange en vertu du code de santé numérique de la ville, qui renseigneront commerces ou lieux fréquentés sur leur statut sanitaire.

La décision de Hong Kong n’a rien d’humaniste. Elle est même totalement motivée par des considérations économiques. « Nous espérons donner le maximum d’espace pour reconnecter Hong Kong et revitaliser notre économie », a déclaré John Lee. Le gouvernement local faisait l’objet d’intenses pressions des milieux d’affaires pour un assouplissement dans un contexte d’économie chancelante, d’exode des étrangers et de perte du statut de hub financier de l’Asie. La ville a perdu plus de 200 000 habitants en moins de deux ans…

En début de semaine, le directeur général de IATA, Willie Walsh, fustigeait ainsi la politique aérienne de la cité, en raison de son isolement. « Cathay Pacific n’est plus que l’ombre d’elle-même. Hong Kong a perdu sa position de hub mondial et aura du mal à la retrouver car d’autres hubs en ont profité », déclarait Willie Walsh, selon l’agence de presse Reuters durant une conférence au Qatar.

Le château d’Osaka devant le quartier des affaires de la cité (Phoro : 663highland — travail personnel, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org)

La fin des restrictions au Japon également motivée par le facteur « économie »

Ce changement de politique à Hong Kong intervient moins de 24 heures après que le Japon a annoncé qu’il rouvrait ses frontières à partir du 11 octobre. Le pays restaure également la politique d’entrée sans visa sur son territoire. Le Japon reste jusqu’à présent sous un régime d’ouvertures très restrictives.

Présent à New York pour la conférence des Nations Unies, le premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré que la pandémie avait interrompu la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux. Tous ces paramètres avaient contribué à l’essor du pays et qu’il était temps de les restaurer.

Le Japon a donc décidé de lever la limite quotidienne imposée sur le nombre d’entrées en provenance de l’étranger (50 000 personnes actuellement). Le pays autorise aussi la libre circulation pour se rendre au Japon pour tous les pays qui en bénéficiaient avant la crise (dont l’Union Européenne) et la possibilité de voyager en individuel. Les voyageurs devront simplement prouver avoir reçu trois doses de vaccin ou de présenter un résultat négatif au test Covid-19 avant leur voyage.

Le centre des affaires de Taipei (Photo: Heeheemalu, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)

Taïwan suit (enfin) le mouvement

Taiwan vient en parallèle de faire la même annonce. L’île va en effet ouvrir ses frontières aux voyageurs « potentiellement » le 13 octobre prochain. Le « potentiellement » est en fait conditionné aux évaluations de l’autorité sanitaire taïwanaise sur l’état des contaminations au Covid sur l’île.

Dès le 29 septembre, la politique de visa à l’arrivée sera de nouveau appliquée aux pays qui en bénéficiaient avant la pandémie. Le 13 octobre, les voyageurs qui arriveront à Taïwan devront observer sept jours de « prévention auto-initiée de l’épidémie » – sur le modèle de Hong Kong. Les personnes pourront par exemple sortir. Mais ils se soumettront à un test antigénique négatif chaque jour. Actuellement, Taïwan continue d’exiger trois jours de quarantaine totale, suivie de quatre jours de « prévention épidémique auto-initiée ».

Ne restera donc plus que la Chine avec sa politique de « zéro Covid ». Et également la Corée du Nord !