Voyage en avion : les mesures sanitaires conseillées par l’OACI

Port du masque, distanciation sociale, technologie : l'Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) dévoile ses consignes sanitaires.

oaci-sanitaire-aeroport-munich
L'aéroport de Munich privilégie la distanciation sociale.

Permettre au transport aérien de redécoller à partir de règles harmonisées au plan mondial. C’est l’objectif de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) qui vient de dévoiler ses recommandations dans le rapport « Takeoff», réalisé après consultation de nombreux acteurs tels l’OMS, le Conseil international des aéroports (ACI) et l’Association du transport aérien international (IATA).

Alors que le transport aérien reprend timidement son activité, l’IATA invite les autorités à mettre en oeuvre rapidement les lignes directrices définies par l’OACI. « Nous comptons sur les gouvernements pour appliquer rapidement ces recommandations, parce que le monde désire voyager encore et que les compagnies aériennes ont un rôle à jouer dans la reprise économique », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l’IATA.

Si les aéroports et les compagnies suivent les lignes fixées par l’OACI, le voyageur d’affaires devrait voir ses habitudes largement modifiées, avec un parcours balisé par une multitude de contraintes avant d’arriver à destination. A commencer par la surveillance de son état de santé via une prise de température corporelle et la présentation aux frontières de formulaires de déclaration de santé, incluant des autodéclarations avant et après le vol. Dans ce cadre, de plus grandes quantités de liquides à usage médical pourraient être en outre être autorisées aux contrôles de sécurité. D’autres mesures deviendront la norme dans tous les avions et les aéroports du monde, à commencer par le port du masque par les passagers et le personnel.

Pour limiter les contacts et gérer les flux de passagers, la technologie devrait prendre une place prépondérante à chaque étape du voyage, voire avant même de se rendre à l’aéroport. Les passagers sont en effet encouragés à s’enregistrer en ligne et à étiqueter leurs bagages avant leur arrivée sur la plate-forme aéroportuaire.

Kiosque de check-in et de dépose-bagages, auto-scanner, biométrie : les procédures impliquant la présentation des cartes d’embarquement et autres documents de voyage devraient être effectuées le plus souvent sans contact physique. En outre, « s’il s’avère nécessaire d’identifier une personne portant un masque par rapport à une pièce d’identité, le masque pourrait être retiré si des mesures d’éloignement physique sont respectées », précise le rapport.

Si l’OACI encourage la distanciation sociale au sein des hubs à travers une signalisation adéquate, en revanche elle ne préconise pas la neutralisation d’un siège sur deux, selon les vœux de l’industrie. Le rapport évoque la mise en place de « mesures adéquates fondées sur le risque quand la distanciation n’est pas possible, par exemple dans les cabines. » Les compagnies aériennes sont cependant invitées à prévoir des sièges séparés lorsque le taux d’occupation le permet.

Les compagnies sont encouragées à revoir tout le processus d’embarquement afin d’éviter les croisements entre passagers. A bord, les passagers sont invités à voyager léger en enregistrant tous leurs bagages, à l’exception des petits bagages à main qui se glissent sous le siège, ceci afin de limiter l’utilisation des bacs à bagages supérieurs et faciliter le processus d’embarquement. Les déplacements en cabine seront limités et l’accès aux toilettes restreint. Nourriture et boissons seront proscrites sur les vols courts-courriers ou distribués dans des récipients scellés et préemballés sur les moyen et long-courriers.

A l’arrivée, la zone de retrait des bagages étant très fréquentée, l’utilisation des carrousels à bagages devrait être maximisée afin de limiter le rassemblement des passagers. Chariots à bagages, toilettes et autres installations feront l’objet de mesures de désinfection plus fréquentes. Pour éviter cet afflux, les services de livraison des bagages directement à l’hôtel ou à domicile seront également encouragés. Le voyage fluide et sans couture dont tous les professionnels rêvaient attendra encore un peu…