Baromètre EVP : la politique voyages à la loupe

American Express GBT a dévoilé son traditionnel Baromètre EVP du voyage d’affaires, à l’occasion du salon EVP, l’Espace Voyages Professionnels. L’occasion de faire le point sur les priorités des Travel Managers, qui devraient accorder davantage d’importance au voyageur, et à sa sécurité. Et qui tablent sur une hausse des dépenses voyages.

American Express GBT
Guillaume Col a présenté mercredi le baromètre EVP 2017 à Paris

La 26e édition de l’EVP, rendez-vous annuel d’American Express Global Business Travel (GBT) s’est achevée ce 5 avril à Paris, au Pavillon Cambon. Le format de l’événement évolue, tout particulièrement depuis son édition 2016. L’an dernier, Guillaume Col, Pdg France, Benelux et Europe du Sud de GBT évoquait « un événement 2.0 », « une rencontre condensée », avec « un format plus court ». Cette fois, les organisateurs de l’EVP promettaient « un format renouvelé, s’éloignant du traditionnel salon professionnel ». Si « l’événement fait peau neuve », son climax demeure pourtant inchangé : la présentation du Baromètre EVP, l’étude européenne du voyage d’affaires.

Pour prendre la température du business travel, American Express GBT a donc sondé 1000 entreprises dans 11 pays européens. Le nombre de sociétés interrogées a donc été sensiblement revu à la hausse, tout comme leur diversité géographique. Et sans surprise, la sécurité des voyageurs reste au cœur du débat, comme dans le baromètre EVP 2016. En effet, les dispositifs de suivi et de traçabilité des collaborateurs gagnent 5 points dans cette édition 2017 : une confortable majorité d’entreprises (64%) seraient désormais équipées selon American Express GBT. Au-delà de la localisation des voyageurs sur le terrain, la TMC met en lumière un travail préparatoire plus abouti, qui insiste en amont du déplacement sur la formation et l’information.

Le voyageur fait entendre sa voix

L’autre grande tendance de ce baromètre 2017 concerne le voyageur lui-même, qui serait maintenant considéré comme « co-constructeur des politiques voyage ». A l’heure de définir les règles encadrant les déplacements professionnels, l’efficacité et la productivité du professionnel nomade deviendrait même le deuxième critère le plus important. Un tiers des entreprises sondées (+12 points) évalueraient désormais la satisfaction des voyageurs, et adapteraient leur politique voyages en conséquence. « Les voyageurs vont jouer un rôle proactif dans les domaines de la sécurité (Duty of Care), ainsi que sur l’ensemble de la chaîne de valeur (programmes de fidélité, nouveaux fournisseurs y compris ceux de l’économie collaborative, nouveaux outils de réservation…) » indiquent les auteurs de l’étude, qui soulignent que « la dimension humaine est particulièrement représentée » cette année.

Baromètre EVP
Ce baromètre EVP 2017 évoque « l’émergence du voyageur comme co-constructeur des politiques voyage »

La TMC au cœur de l’écosystème

Comme l’on pouvait s’y attendre, ce baromètre EVP 2017 sanctuarise le rôle de l’agence de voyages d’affaires dans le paysage du business travel. La grande majorité des entreprises interrogées (80%) travaillent avec une agence selon American Express GBT. Dans 57% des cas, il s’agirait d’une relation exclusive, avec une seule et unique TMC. Les auteurs de l’étude évoquent « des chiffres stables par rapport à 2015, qui démontrent que l’agence de voyage occupe un poids important dans la gestion du voyage d’affaires ». Guillaume Col abonde en ce sens, et note que : « l’agence de voyages intervient comme un véritable partenaire plus qu’un simple fournisseur ».

Vous aimez cet article ? Recevez notre newsletter

Enfin, « last but not least« , on retiendra de ce cru 2017 du baromètre EVP un optimisme mesuré des Travel Managers. Malgré les incertitudes qui pèsent sur différents marchés, les professionnels du business travel tablent sur une légère augmentation de leurs volumes de dépenses au cours des mois à venir (+2,5%). American Express GBT estime ainsi que « le contexte géopolitique, en particulier le Brexit, ne semble avoir que peu d’impact, selon les répondants, sur leurs dépenses voyages« .