Berlin Brandenburg Airport : chronique d’un aéroport annoncé

Maintes fois repoussée, l’ouverture du Berlin Brandenbourg Airport devrait avoir lieu en octobre 2020. Si tout se passe bien…

Berlin Brandenbourg Airport

Avec 33,3 millions de passagers en 2017, soit une croissance de 1,3 % sur ses deux aéroports que sont Tegel et Schönefeld, Berlin est la troisième plus importante ville aéroportuaire d’Allemagne. Cependant, ses capacités d’accueil sont limitées, les voyageurs d’affaires devant souvent transiter par Francfort et Munich, les deux principaux hubs aériens du pays, pour rejoindre des destinations lointaines, notamment en Asie. D’où la nécessité d’un nouvel aéroport, le Berlin Brandenburg Willy Brandt Airport (BBA), dont la première pierre a été posée en… 2006. Mais, de défauts de construction en coûts revus à la hausse – près de sept milliards d’euros, contre deux milliards prévus initialement –, de délais interminables en problèmes de triple gestion entre la ville de Berlin, le Land de Brandebourg et l’État fédéral, l’aéroport, d’abord espéré pour 2010, n’ouvrira finalement qu’en octobre 2020.

Mais optimisme il faut savoir garder : il devrait faire de Berlin un nouveau hub aérien, engendrant ouvertures de lignes et 60 000 emplois directs ou indirects. Situé à proximité de Schönefeld, l’ancien aéroport de la RDA, dont il utilisera la piste nord qui vient de subir une extension de 600 m, le BBA sera aussi équipé d’une nouvelle piste de quatre kilomètres de long et de 60 mètres de large. Piste qui permettra aux gros porteurs, notamment les A380, d’atterrir et de décoller en toute aisance. A l’ouverture, la capacité du nouvel aéroport sera de 33 millions de passagers, puis devrait atteindre les 55 millions de passagers d’ici 2040.

Et les autres ?

Pendant ce temps, qu’est donc devenu Tempelhof, l’ancien aéroport des années 1920 situé en plein cœur de la capitale ? Fermé en octobre 2008 puis ouvert au public en 2010, il s’est métamorphosé en vaste ère de jeu et de sport, où l’on patine, court, fait du vélo ou flâne sur les immenses pistes d’atterrissage… De son côté, en attendant le futur hub, l’aéroport de Tegel, très facile d’accès car lui aussi très central, continue à desservir la plupart des vols à destination des grandes capitales d’Europe. Il héberge la presque totalité des compagnies internationales, de KLM à British Airways, ou encore Scoot, la low cost de Singapore Airlines. Cependant, malgré les nombreuses protestations, Tegel ne sera pas maintenu en activité et devrait fermer ses portes à peine le nouvel aéroport aura-t-il ouvert les siennes.

En revanche, Schönefeld sera quasiment englobé dans le nouvel aéroport BBA auquel il sera attenant. En 2017, Schönefeld a accueilli 12,9 millions de passagers, soit des chiffres bien au-delà d’un aéroport comme celui de Cologne/Bonn. Il héberge principalement des compagnies low cost telles easyJet, Ryanair, Transavia ou Norwegian et assure aussi les vols en direction de l’Est, vers la Bulgarie, la Turquie et la Russie avec la présence d’Aeroflot. En tout, Berlin Tegel et Schönefeld desservent actuellement 196 destinations à travers le monde.