Brussels Airlines sera désormais piloté depuis le siège allemand d’Eurowings

Brussels Airlines sera à l’avenir encore moins belge qu’elle ne l’était depuis l’entrée de Lufthansa à son capital. Dès l’an prochain, les trois quarts de ses activités seront gérés depuis le siège d’Eurowings à Cologne. En revanche, l’activité long-courrier des transporteurs Eurowings et Brussels Airlines continuera d’être gérée par une direction belge.
Brussels Airlines
Brussels Airlines va gérer l'activité long-courrier d'Eurowings.

Tandis qu’Eurowings gèrera désormais toute l’activité court-courrier des deux compagnies depuis Cologne, Brussels Airlines sera chargé des vols long-courriers répartis sur les aéroports de Bruxelles, Munich et de Düsseldorf. Dans une interview avec les media belges, Thorsten Dirks, PDG d’Eurowings a indiqué que « la mise en commun de nos forces avec Brussels Airlines renforcera non seulement notre position de troisième compagnie aérienne low-cost en Europe, mais stimulera à l’avenir aussi la croissance du groupe Eurowings. »

Brussels Airlines a d’ailleurs déjà fait preuve de sa compétence dans la gestion des long-courriers, prêtant ses appareils pour la montée en puissance des lignes intercontinentales d’Eurowings à Düsseldorf, qui deviendra dès octobre prochain, la nouvelle grande base long-courrier d’Eurowings à la place de Cologne/Bonn. Selon Thorsten Dirks, « le lancement réussi des vols long-courriers Eurowings exploités par Brussels Airlines au départ de Düsseldorf vers New York, Fort Meyers et Miami en avril dernier confirme l’expertise en ce domaine de la compagnie basée à Bruxelles. En seulement cinq mois, Eurowings et Brussels Airlines ont réussi à établir une solide base de trafic long-courrier à Düsseldorf ». D’autant que la compagnie belge a une expérience ancienne du long-courrier, notamment sur l’Afrique et l’Amérique du Nord. « Avec Brussels Airlines, nous disposons d’un savoir-faire unique sur le marché africain et d’une longue expérience au niveau des vols long-courriers », ajoutait le PDG d’Eurowings.

Cette compétence est d’autant plus utile qu’Eurowings a eu du mal à « digérer » l’intégration de la défunte Airberlin tout en continuant à bâtir son réseau long-courrier. Une partie des vols long-courriers est affrétée à une autre compagnie, Sun Express, sans réelle expérience de ce type de dessertes. Ce qui a provoqué retards et annulations pendant plusieurs mois sur plusieurs lignes.

Brussels Airlines devra donc permettre à Eurowings de devenir une véritable alternative de qualité dans le low-cost long-courrier. Dans ce cadre, le groupe vise un marché très orienté business, la volonté de conquérir une clientèle affaires et premium expliquant d’ailleurs le déménagement de Cologne à Düsseldorf. En plus de la densification du réseau, la mise en place, cet hiver, d’une classe business avec des sièges lits sur le long-courrier sera une des grandes tâches à venir de Brussels Airlines. Et son expertise de compagnie traditionnelle devrait finalement bien aider à transformer Eurowings en alternative crédible pour les voyages d’affaires…