Budapest : bains Magyars en capitale

Budapest – Bains Magyars en capitale

La “Perle du Danube” est la seule ville d’Europe à proposer une offre thermale festive grâce à ses 118 sources d’eau chaude. Idéal pour organiser des incentives originaux dans un cadre historique magnifiquement préservé.

D’un côté, il y a Buda, la colline du château où s’installèrent les différentes dynasties régnantes sur la Hongrie et aujourd’hui transformée en ville musée. De l’autre c’est Pest, la ville intellectuelle à l’architecture spectaculaire, dont de remarquables immeuble de style Sécession. Au milieu, majestueux, le Danube. Mais, jaillissant partout des profondeurs de la ville, ce sont ses précieuses sources d’eau chaude, riches en magnésium et en souffre, qui font aussi la renommée de la capitale hongroise depuis l’époque romaine. Car elles ont su traverser l’histoire, ces eaux uniques au monde. Les plus beaux thermes de la ville sont un héritage laissé par les Turcs, qui envahirent une partie de la Hongrie au XVIè siècle. Plus tard, les dignitaires de tous les pays satellites de l’Union soviétique ne se gênèrent d’ailleurs pas pour en profiter.

Une tradition toujours vivace
Cette tradition thermale se perpétue aujourd’hui. “Il est amusant de constater que modernité et bains millénaires font bon ménage à Budapest. Les jeunes ne les ont pas déserté, bien au contraire. Si, ailleurs, l’image du thermalisme est généralement connotée “troisième âge” et cheminement médical pas vraiment glamour, à Budapest c’est tout le contraire ! On peut privatiser ces établissements pour une soirée, avec sonorisation et DJ. Les serveurs vont jusqu’à servir dans les piscines… On y projette des films, tout est possible, raconte Ferencz Ybl, organisateur d’évènements culturels à Budapest. Tout le monde y trouve sa place : certains bains sont destinés à une clientèle âgée et traditionnelle ; d’autres se prêtent parfaitement à des soirées évènements, cocktails et, bien sûr, soirée dansante. C’est unique au monde et nous avons de plus en plus de demandes”. 

La capitale magyare se visite à travers ses bains. La plupart sont situés à Buda, là où jaillissent les fameuses sources chaudes avec une eau pouvant atteindre les 100 degrés.Aux époques romaine et turque, il était tout à fait courant de se baigner en compagnie de grenouilles installées à demeure. Mais l’heure est heureusement révolue : hygiène et sécurité sont très sévèrement surveillées par une administration contrôlant les normes liées aux activités thermales de la ville. Les bains Gellert demeurent la vitrine la plus célèbre de la capitale hongroise. La source est exploitée depuis le Moyen Âge, mais les bâtiments actuels datent du début du XXe siècle, époque où fût construit l’hôtel Gellert. Ce palace, qui accepterait bien une rénovation, était autrefois l’une des étapes favorites des voyageurs de l’Orient-Express. La partie “bains” de l’établissement conserve cependant toute sa splendeur :mobilier d’époque, mosaïques colorées, piliers en marbre, vitraux et sculptures Art Nouveau. “Les bains Gellert sont souvent loués pour des évènements et des opérations incentive, poursuit Ferencz Ybl. Les espaces sont vastes : il est donc facile de recevoir des groupes et de donner un cocktail dans l’un des salons surplombant la magnifique piscine. En effet, certains groupes ne souhaitent pas profiter de la piscine, mais juste goûter à une ambiance unique”. Lieu chargé d’histoire, le Gellert est idéal pour cela. On peut évidemment s’offrir les services d’un conférencier. Les anecdotes fusent.

Par exemple, en 1931, les autorités accueillent un médecin noir d’origine cubaine dont l’accès aux bains avait été tout d’abord refusé sous la pression de certains clients américains. La direction de l’hôtel ne céda pas et le médecin cubain pu profiter, comme tout le monde, de la piscine. Toute l’histoire moderne de Budapest peut se lire dans les murs de l’établissement. Il faut aussi se souvenir de l’oeuvre de l’artiste new-yorkais Matthew Barney. Il y a tourné une de ses oeuvres – Cremaster 5 – où l’on voyait d’étranges naïades émergeant d’une piscine remplie de perles. Ce monde féerique et imaginaire se prêtait parfaitement à l’ambiance du Gellert. “Les concepteurs de soirée peuvent d’ailleurs imaginer différents thèmes”, dit encore Ferencz Ybl. La deuxième icône thermale se situe à Pest avec les bains Széchenyi, une exception de ce côté du Danube où les sources d’eau chaude sont très rares.

On atteint ici une autre dimension, Széchenyi comptant parmi les plus grands complexes thermaux d’Europe. Trois piscines, dont deux extérieures, fonctionnent toute l’année. L’hiver, un nuage de vapeur voluptueux embrasse les baigneurs en permanence. Le bâtiment néo-baroque ressemble à un château de conte de fées. Il a été conçu en deux phases : 1913 pour les bains et les années 30 pour la partie appelée “la plage”. Le lieu est célèbre pour ses joueurs d’échecs et leurs longues parties disputées dans des eaux à 38 degrés. Là encore, de nombreux évènements peuvent être organisés. Tout se privatise en dehors des heures de cure – les bains sont remboursés pour les Hongrois, la bienfaisance de ces eaux n’étant pas une légende ! – . De nombreuses terrasses avec vue sur les piscines peuvent accueillir des soirées ou des cocktails.

Image previewÉvènements féeriques dans des thermes historiques
Non loin, il est également possible de privatiser le château de Vajdahunyad pour poursuivre l’événement. Cadre idéal pour une soirée de gala, ce château cumule tous les styles : sa façade est baroque, mais la chapelle est romane tandis qu’une tour gothique domine l’ensemble. Il a été bâti en 1896 pour commémorer le millénaire hongrois et refléter ainsi tous les styles architecturaux du pays.

D’autres bains – de l’époque turque ceux là – se prêtent à des évènements privés. Comme, par exemple, les bains Rudas qui accueillent de nombreuses soirées. Ils ont plus de 500 ans, l’immense coupole qui abrite les bassins principaux étant d’époque. Rien ne semble avoir changé depuis, ou presque. Ces thermes étaient jusqu’à peu réservés aux hommes et sont à présents mixtes certains jours de la semaine. Mais surtout, l’endroit est redevenu à la mode. De nombreuses soirées privées s’y déroulent, notamment des fêtes techno données à l’occasion de la Saint Sylvestre ou les soirées “Sparty” du Rudas. Celles-ci sont caractéristiques d’une utilisation festive des lieux. Le succès de ces soirées à thème, qui font venir des acrobates, jongleurs et trapézistes sur fond d’ambiance pyrotechnique, est immense. Les piscines et bains sont remplis de ballons tandis que la musique envahit tous les espaces. Il est possible de s’en inspirer pour des incentive ou même pour des événements en plus petit comité. Leur location ne pose aucun problème, c’est même une nouvelle source de revenus très utiles à la maintenance et à la rénovation des équipements.

 
 
Image previewJeux de piste à travers Budapest
De leurs côtés, les bains Lukacs ont conservé une identité thermale, voire médicale, très forte. L’eau des sources se boit. La population y est plus locale, plus âgée, plus traditionnelle. Au contraire de Rudas, il est de bon ton d’afficher une totale discrétion, voire un silence absolu. Ces bains méritent toutefois une visite car ils font partie du patrimoine historique de la capitale hongroise. Pendant les années “rideau de fer”, les intellectuels aimaient à s’y retrouver discrètement. Il était plus facile d’y entamer des discussions politiques que dans d’autres espaces publics… La plupart des cafés avaient d’ailleurs été fermés par les autorités communistes.
 
Aujourd’hui encore, les bains Lukacs demeurent un lieu où intellectuels et écrivains aiment à se rencontrer. Si l’endroit se prête peu à des privatisations, ces thermes classés, construits par les Turcs et restaurés au XIXe siècle, peuvent en revanche constituer une parfaite étape de visite. Dans tous les cas, l’activité des bains – de tous les bains – se prêtent parfaitement à l’expérience incentive. Les concepteurs d’événements ajoutent évidemment des visites historiques, des jeux de piste à travers le patrimoine de Budapest. Une dernière tendance est d’organiser des évènements dans les bars éphémères de la capitale : ces “bars ruines” s’installent dans des bâtiments en cours de réhabilitation. L’ambiance y est unique entre concerts, projections de films et séances endiablées de babyfoot. Une parenthèse entre deux plongeons dans l’eau chaude…

Budapest : bains Magyars en capitale