Boeing 737MAX : la production cesse, le casse-tête continue…

La certification du Boeing 737MAX ayant de nouveau été repoussée, Boeing suspend la production de son modèle MAX, production qui pourrait reprendre si les autorités accordent une nouvelle autorisation. Un casse-tête supplémentaire pour les compagnies aériennes qui doivent gérer la pénurie d’avions dans leur flotte.

Boeing
Coup dur pour Boeing et ses compagnies clientes : la certification du Boeing 737MAX est à nouveau repoussée

L’information a filtré par le biais de la Chambre des Représentants au Congrès Américain. Mercredi, le Président de la Commission des transports et de l’infrastructure de la Chambre a rendu public des documents qui démontrent que la Federal Aviation Administration (FAA) prédisait lors de son premier rapport, suite aux deux accidents de 2018, que les Boeing 737MAX pouvaient potentiellement être impliqués dans 15 types d’accidents mortels sur 45 ans d’utilisation si aucun changement n’était pas apporté. Le rapport est explosif, et pointe la responsabilité de l’avionneur américain et des autorités dans la certification de l’appareil, ainsi que l’absence d’alerte auprès des compagnies aériennes utilisatrices quant aux risques présentés par l’appareil. On peut donc en déduire que la FAA veut encore prendre son temps. Le Boeing 737MAX pourrait, au mieux, être à nouveau certifié à la mi-2020.

nous avons décidé d’accorder la priorité à la livraison des avions stockés et de suspendre temporairement la production du programme 737 à partir du mois prochain

Dans la foulée, l’avionneur américain a du tirer les conséquences de cette décision. Un communiqué publié le 16 décembre indique : « Pendant toute la durée de l’immobilisation au sol du 737 MAX, Boeing a continué à produire de nouveaux avions et il y a maintenant environ 400 appareils entreposés. Nous avons déjà indiqué que nous évaluerions continuellement nos plans de production si l’immobilisation se prolongeait plus longtemps que nous ne l’avions prévu. Suite à cette évaluation continue, nous avons décidé d’accorder la priorité à la livraison des avions stockés et de suspendre temporairement la production du programme 737 à partir du mois prochain« .

un niveau de risque inacceptable

C’est un coup dur à la fois pour le constructeur Boeing et surtout pour les compagnies aériennes qui depuis maintenant un an doivent ajuster leurs programmes de vols et de fréquences avec l’immobilisation de ces avions. L’administrateur de la FAA Stephen Dickson a déclaré plus tard au cours d’une audience avec le Comité de la Chambre des Représentants que le rapport présentait un « niveau de risque inacceptable ». La FAA a commencé à prendre des mesures, y compris un ordre d’urgence pour sensibiliser les pilotes au problème unique de l’avion. Le Boeing737 MAX ne sera pas remis en service tant que la FAA n’aura pas jugé adéquat un correctif logiciel et un nouveau programme de formation des pilotes. Les modifications du système de vol devront être certifiées lors d’un vol d’essai et validées par un comité d’évaluation des opérations, composé de membres originaires du Canada, de l’Europe et du Brésil.

Les compagnies vont donc continuer à faire face à une pénurie d’appareils. American Airlines est la première grande compagnie aux Etats-Unis à avoir écarté le Boeing737 MAX de sa planification réseau jusqu’à avril prochain alors que United et Southwest gèrent l’absence de l’appareil jusqu’au début du mois de mars. Cependant, dans une interview avec Bloomberg, le PDG de Southwest, Gary Kelly indiquait qu’il y avait désormais toutes les chances que la date du 6 mars, prévue par la compagnie pour réintégrer l’appareil, soit encore repoussée. Ce qui se traduira quasiment par une stagnation des capacités et des fréquences chez les trois compagnies américaines. En Europe, Ryanair est la plus affectée. Le transporteur low-cost a annoncé le 6 décembre dernier fermer en 2020 ses bases de Skavsta en Suède et Nuremberg en Allemagne, après plusieurs bases en Italie et en Espagne durant l’été dernier.

(Article mis à jour le 17 décembre au matin)