Les nouvelles ambitions de Djibouti

L’ancienne colonie française de la Corne de l’Afrique s’équipe en nouvelles infrastructures et devient une destination de plus en plus prisée, en dépit d’un environnement d’affaires encore difficile d’accès.

Djibouti

Un petit pays, coincé dans la Corne de l’Afrique, accablé sous un climat torride qui le contraint à importer 95 % de ses besoins hydrauliques. Djibouti, l’ancienne colonie française devenue indépendante en 1977, paraît à première vue bien peu qualifiée pour figurer dans le rang des destinations d’affaires. Adossé au géant économique éthiopien, le territoire d’environ 1 million d’habitants est voisin du chaudron somalien avec aussi, en face de ses côtes, le Yémen plongé dans la guerre dont Djibouti a accueilli des centaines de milliers de réfugiés.

De cette situation a priori instable, les autorités du pays ont pourtant habilement su tirer parti en misant toute leur stratégie sur un environnement géographique exceptionnel : la chance de se trouver au croisement de l’une des routes maritimes les plus fréquentées du monde, au bord de la Mer rouge et du golfe d’Aden. Avec à la clé, l’accès privilégié de l’Ethiopie à la mer et un incessant ballet de transports de conteneurs sur la route entre les deux pays ainsi que sur la nouvelle ligne de chemin de fer Djibouti-Addis-Abeba. Fort de ces atouts, le pays réussit aujourd’hui à afficher un taux de croissance annuel de 6,5%.

Réflexion sur la stratégie du pays

« La place stratégique de Djibouti a été vraiment le facteur déterminant qui a arrêté toute la stratégie de développement du pays. Elle a permis de tracer ses grands axes qui consistent essentiellement à développer les activités autour du port et de la route qui passe devant Djibouti, c’est-à-dire l’entrée du Bab-El Mandeb où passe 30 % du trafic maritime à travers le monde, souligne Ahmed Osman, gouverneur de la banque centrale de Djibouti. C’est une route qui a beaucoup d’importance depuis que les développements géopolitiques se sont accélérés dans la région avec la déstabilisation de la Somalie, les problèmes de l’Erythrée, les problèmes de piraterie. Tout cela a contribué à une réflexion sur la stratégie du pays qui a décidé de se transformer en un hub commercial bien sécurisé pour que le commerce puisse se développer et servir de plateforme pour le reste de l’Afrique ».

C’est un message que la communauté d’affaires internationale a bien entendu. En 2017, le pays créait pour la première fois un événement économique à dimension internationale, et qui se tient maintenant chaque année en décembre : la foire internationale de Djibouti. Chaque édition voit un intérêt grandissant : 320 entreprises et organisations y ont tenu un stand en 2018, contre 200 lors de la première année. Plus de 10 000 visiteurs se rendent à l’événement.

Pour faciliter les déplacements de la communauté d’affaires dans le pays, les autorités de Djibouti ont récemment instauré une procédure accélérée de visa à l’arrivée et continuent de développer l’hôtellerie haut de gamme à destination des visiteurs étrangers. Une chambre de commerce franco-djiboutienne a vu le jour il y a deux ans pour faciliter les échanges des hommes d’affaires français et favoriser une meilleure compréhension du tissu économique du pays.

Car si les opportunités sont réelles, les obstacles persistent, dans une économie encore peu équipée pour les investissements. En 2019, Djibouti a cependant réussi à gagner une cinquantaine de places dans le classement « Doing Business » de la Banque mondiale, se hissant au 99ème rang sur 190. Ce progrès est dû à plusieurs réformes, dont celle d’un guichet unique de création d’entreprise, des améliorations dans les procédures de transfert de propriété et d’accès au crédit à travers un élargissement de la définition des collatéraux acceptés, ainsi que la création d’un tribunal spécialisé dans les disputes commerciales.

« Vision 2035 »

Djibouti est engagé dans un plan stratégique national, « Vision 2035 », qui vise à tripler le revenu annuel moyen par habitants et à créer 200 000 emplois au cours des quinze prochaines années, avec des ramifications dans toute l’économie. C’est ainsi que le secteur des transports et des infrastructures, qui représente une part notable de la croissance du pays, s’est vu doter ces deux dernières années de nouveaux équipements spectaculaires : après le port polyvalent de Doraleh, inauguré en mai 2017 dans la capitale, Djibouti a réceptionné le port de Ghoubet, dévolu au commerce du sel pour un investissement de 64 millions de dollars, et le port de Tadjourah, un investissement de 90 millions d’euros destiné à l’exportation de potasse.

Puis, en janvier 2018, le pays a pu ouvrir au public une nouvelle ligne ferroviaire Djibouti-Addis Abeba de 754 km de long pour remplacer l’ancienne installation construite en 1917. Un trafic qui est aujourd’hui surtout une affaire de marchandises : sur les cinq trains qui voyagent quotidiennement entre les deux pays, quatre sont des convois qui peuvent aller jusqu’à une centaine de containers. A terme, 4 à 5 millions de tonnes de marchandises par an devraient être directement acheminées du port de Doraleh vers l’Ethiopie par voie ferroviaire.

Pourtant, ces grands projets qui n’ont pas encore commencé à injecter beaucoup de croissance intérieure suscitent déjà une certaine inquiétude en raison de l’endettement qu’ils occasionnent au pays. En effet, tous ces projets font partie d’un programme très ambitieux et sont financés à coup de prêts de la Chine, et dans une moindre mesure du Moyen-Orient, pour relier les zones de production déjà existantes en Ethiopie comme Celkesen train d’être créées à Djibouti aux économies asiatiques. La stratégie entre dans le cadre du plan chinois des Routes de la Soie ou One Belt, One Road Initiative, dévoilé en 2013 et qui vise à relier 60 pays à travers trois continents, Djibouti jouant le rôle de porte d’entrée entre l’Afrique de l’Est et l’Asie.

À l’issue de sa mission à Djibouti en 2018, le Fonds monétaire international (FMI) a noté que, même si ces investissements en infrastructures pour transformer Djibouti en un centre logistique et commercial offraient indéniablement des opportunités de croissance, « le financement de cette stratégie à travers un accroissement de la dette avait abouti à une situation tendue qui pose des risques significatifs ». La dette publique atteignait en effet 104% du PIB du pays fin 2018.

Hub de télécoms et énergie verte

Confrontées à cette pression, les autorités actionnent tous les leviers liés aux avantages du pays, notamment l’aspect sécuritaire avec plusieurs bases militaires internationales. Elles représentent des sources de revenus locatifs annuels évalués à plusieurs dizaines de millions de dollars, ainsi que d’appréciables débouchés pour de nombreuses sociétés étrangères de contractants. Aujourd’hui, le pays abrite la plus grande base militaire permanente de la France en Afrique, avec 1450 militaires, ainsi qu’une base militaire américaine de 200 hectares où vivent près de 3200 militaires et plus de 3000 civils. De plus petits contingents japonais ou italiens sont également présents.

Djibouti compte sur ses invités internationaux pour installer un précieux statu quo, mais l’installation en 2017 d’une gigantesque base chinoise abritant 10 000 militaires à proximité du nouveau port de Doraleh a fortement inquiété ses partenaires occidentaux. Un climat qui n’est pourtant pas forcément négatif pour les affaires : Djibouti attire désormais autant les entreprises que les militaires.

Il y a au moins deux domaines que le monde des affaires regarde avec attention. Le premier est le hub de télécommunications que représente Djibouti, sept câbles sous-marins, dont trois internationaux, passant par le pays. Ils sont interconnectés et le territoire joue un rôle capital dans la maintenance du système et la fourniture de toute une gamme de services internet associés. Déjà, une dizaine d’opérateurs et de fournisseurs d’accès à internet étrangers sont installés dans un data center ouvert en 2013 d’où le trafic transite d’un continent à un autre.

Enfin, l’énergie verte est au cœur de toutes les attentes. Centrales solaires, électrification rurale, développement des prodigieuses ressources de géothermie dans la région du Lac Assal : là aussi, les investisseurs sont sur les rangs, comme le Français Engie qui a signé un protocole d’entente pour le développement d’une centrale solaire photovoltaïque. Le pays, sur tous les fronts pour tirer parti d’un environnement superbe mais aride, entend bien asseoir sa croissance sur les opportunités de l’économie du futur.

Djibouti – Chiffres clés

• Population : 1.0 million d’habitants
• Capitale : Djibouti
• PIB (en milliards de dollars) : 2
• Taux de croissance : 6,7 % (2018)
• PIB Par habitants : 2050
• Taux de chômage : 11,1 %
• Solde commercial : – 937 millions de dollars
• Composition du PIB
– Agriculture : 2,2 %
– Industrie : 15,5 %
– Services : 82,3 %
• Premiers fournisseurs commerciaux : France, Emirats Arabes Unis
• Premiers clients : Ethiopie, France

Source : Banque mondiale