Les Etats-Unis assouplissent les règles d’entrée sur les aéroports américains

Depuis lundi 14 septembre, l'obligation pour les compagnies aériennes internationales d'atterrir dans 15 aéroports désignés a été levée. Un pas vers plus de souplesse même si les possibilités d'entrée aux Etats-Unis restent limitées. 

Une rumeur circulait depuis la semaine dernière faisant état de la fermeture des centres de prise thermique de température sur les 15 aéroports des Etats-Unis désignés depuis mars comme porte d’entrée internationale pour les compagnies aériennes. Une mesure confirmée à la fin de la semaine dernière par la Maison Blanche et les agences actives dans la protection des frontières – Department of Homeland Security et Customs and Border Protection- ainsi que le CDC, le Centre de Prévention des Infections.

L’efficacité des contrôles à l’infection non-prouvée

Selon le gouvernement américain, le dépistage à travers la prise thermique de température aux aéroports n’a pas montré une efficacité dans la détection de nouveaux cas.

Dans un communiqué officiel, le CDC indique que  » le dépistage basé sur les symptômes a une efficacité limitée parce que les personnes atteintes de COVID-19 peuvent ne présenter aucun symptôme ou de la fièvre au moment du dépistage, ou seulement des symptômes légers. La transmission du virus peut donc se faire par des passagers asymptomatiques. C’est pourquoi le CDC modifie sa stratégie et donne la priorité à d’autres mesures de santé publique pour réduire le risque de transmission de maladies liées aux voyages« .

La nouvelle stratégie se veut plus efficace en se concentrant sur l’observation des voyageurs, avant, pendant et après leur entrée aux Etats-Unis. Toujours selon le CDC, les ressources seront désormais consacrées aux domaines suivants:

  • Education sanitaire des passagers avant le départ, pendant le vol et après l’arrivée.
  • Réponse immédiate à la maladie dans les aéroports.
  • Collecte volontaire des coordonnées des passagers par des moyens électroniques, pour éviter les longues files d’attente et les retards.
  • Tests potentiels pour réduire le risque de transmission du virus du covid-19 et de déplacement du virus d’un endroit à un autre.
  • Evaluations des risques spécifiques à chaque pays pour aider les passagers à prendre leurs décisions de voyage.
  • Formation des personnels aux ports d’entrée aux États-Unis pour garantir la reconnaissance de la maladie.
  • Recommandations aux passagers après leur arrivée pour une auto-quarantaine et les précautions à prendre pour protéger les autres.

Tous les aéroports peuvent accueillir des vols internationaux

Le principal changement pour les voyageurs d’affaires sera une redynamisation de l’offre aérienne. La liste officielle, contenant seulement 15 aéroports internationaux, bannissait ainsi de nombreuses destinations comme Charlotte, Denver, Las Vegas ou Philadelphie. Des compagnies comme British Airways ou Lufthansa avaient du retarder la reprise de leurs vols vers ces villes.

Autre changement important: les aéroports géreront eux-mêmes désormais les mesures de protection santé, avec de possibles protocoles différents d’une plate-forme à l’autre.

La Maison Blanche a aussi demandé la levée de l’interdiction totale de voyages des citoyens américains vers un grand nombre de destinations, notamment l’Europe. Des recommandations vont remplacer les précédentes interdictions.

Cette décision aurait-elle aussi un arrière-goût politique? Possible. La Maison Blanche semble en effet inquiète face à la vague de licenciements chez les compagnies aériennes. On parle ainsi de plus de 130 000 emplois qui ont disparu dans les entreprises de transport américaines depuis janvier.