Les Etats-Unis vont encore renforcer la sécurité des vols

Les Etats-Unis envisagent de donner un nouveau coup de vis sur les contrôles de sécurité pour les vols internationaux arrivant dans le pays. Des mesures qui devraient pourtant être accompagnées de quelques simplifications de formalité pour les passagers.
JFK Airport
Les Etats-Unis vont à nouveau renforcer la sécurité dans les aéroports (DR)

Les nouvelles mesures de sécurité dans le transport aérien annoncées hier après midi à Washington par le Secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis (Department of Homeland Security), John Kelly, visent à éviter tout nouvel acte de terrorisme. « Notre nation est la cible quotidienne des terroristes, des criminels, des pirates, des États-nations et plus encore. Le transport aérien est particulièrement visé pour répandre la peur, perturber nos économies et notre style de vie. Le transport aérien, c’est un peu le fleuron de notre style de vie », expliquait il devant un parterre d’experts dans une conférence sur la sécurité.

Après avoir banni des cabines les appareils électroniques d’une taille supérieure à un téléphone portable sur certaines lignes aériennes, le gouvernement va adopter une nouvelle série de mesures pour renforcer la sécurité. Aucun détail n’a été donné mais l’entrée en application de ces mesures est imminent.

« Les mesures seront visibles et invisibles pour les passagers et vont être appliquées à tous les vols commerciaux se posant aux Etats-Unis. Elles seront échelonnées dans le temps », a indiqué le Secrétaire d’Etat.

l’inaction des pays partenaires ne sera pas une option

Le gouvernement Trump va « encourager » les compagnies aériennes et les aéroports à adopter des approches de dépistage plus sophistiquées, y compris dans la détection d’explosifs et dans des postes de contrôle intégrant des technologies de pointe pour le dépistage des menaces. Le terme « encourager », employé par John Kelly, est en fait diplomatique. « Nous souhaitons envoyer un message clair : l’inaction des pays partenaires ne sera pas une option. Ceux qui choisiront de ne pas coopérer ou tarderont à adopter ces mesures pourraient être soumis à d’autres restrictions, y compris une interdiction totale des appareils électroniques sur leurs avions, voire une suspension de leurs vols vers les États-Unis », a précisé le Secrétaire d’Etat.

La mesure devrait donc rapidement s’appliquer à 180 compagnies aériennes et 280 aéroports à travers le monde. Soit l’équivalent de 2 100 vols et 325 000 passagers en moyenne chaque jour.

Deux bonnes nouvelles

Il y a pourtant deux bonnes nouvelles pour les passagers dans cette série de mesures. Washington souhaite étendre le nombre d’aéroports bénéficiant du statut de porte d’entrée pour les Etats-Unis. Ces aéroports permettent aux passagers d’effectuer déjà leurs démarches de douanes et d’immigration avant d’embarquer dans un vol pour les Etats-Unis. Ce qui permet de contrôler les flux de passagers mais aussi d’accélérer les formalités à l’arrivée sur le territoire américain. Deuxième bonne nouvelle : les nouvelles mesures de sécurité permettront vraisemblablement de lever les restrictions sur les appareils électroniques. IATA a déjà accueilli avec satisfaction les nouvelles mesures du Department of Homeland Security. Tout en soulignant que le calendrier hâtif d’application de ces règles de contrôle renforcé sera difficile à mettre en place dans un laps de temps très bref…