Heathrow : objectif rail

L’aéroport de Londres Heathrow, première plate-forme d’Europe en nombre de passagers, découvre enfin qu’il pourrait être relié par le train au reste du Royaume-Uni, libérant ainsi de précieux créneaux horaires. Une réalité qui se concrétisera en partie en 2022.

Heathrow DR
La connectivité ferroviaire de l’aéroport de Londres Heathrow avec le territoire britannique devrait enfin s'étoffer

On pourrait pousser un « ouf » de soulagement : les autorités en charge de l’aéroport de Londres Heathrow vont enfin mettre en œuvre un plan qui va permettre de relier directement par train toute la Grande-Bretagne à la première plate-forme aérienne d’Europe. L’inertie qui prévalait jusqu’ici pour le développement de nouvelles lignes ferroviaires s’expliquait par le coût prohibitif des infrastructures nouvelles au Royaume-Uni, et un certain rejet du gouvernement conservateur britannique à prendre en charge le développement des infrastructures au plan national.

Pourtant, les choses bougent grâce notamment à la demande du public pour des solutions de mobilité plus respectueuse de l’environnement. L’agenda gouvernemental sur la durabilité va ainsi se traduire d’ici 2030 par un objectif concret : rapprocher Heathrow à trois heures de train de 70% du territoire britannique grâce à la réalisation de nouvelles lignes ferroviaires.

« Ces lignes n’irradieront pas toujours directement depuis l’aéroport de Heathrow mais elles offriront des correspondances rapides et confortables à des stations de train intermédiaires pour les passagers décidant de combiner rail et avion », expliquait James Cornelius, responsable stratégie des Transports Publics pour Heathrow lors d’un récent symposium sur les modes d’intégration air/rail à Bangkok.

Actuellement, l’aéroport Heathrow est connecté directement 6 gares importantes avec la possibilité de prendre des correspondances sur 125 lignes. En 2030, grâce aux futures liaisons ferroviaires en cours de planification et de réalisation, 44 gares seront en accès direct depuis l’aéroport tandis que 697 liaisons seront accessibles avec une seule correspondance. La construction d’une plate-forme de transport intégrée et la garantie qu’au moins 50 % des passagers aériens d’Heathrow utiliseront les transports publics d’ici 2030 est une priorité pour l’aéroport.

Des améliorations sont déjà en cours. A partir de ce mois de décembre, l’ouverture partielle de la Elizabeth Line, une nouvelle ligne de métro express, va permettre de relier Reading et l’ouest du grand Londres à la gare de Paddington et à Heathrow. Cependant, la partie la plus importante de la ligne – le centre et l’est de Londres, incluant entre autres Liverpool Street ou Canary Wharf – ne sera possible qu’en mai 2022, en raison de problèmes techniques sur les nouveaux tunnels de la ligne.

Cette ouverture permettra à terme de diviser par deux le temps de trajet vers le cœur de Londres tandis que les services ferroviaires vers Heathrow passeront de 18 trains par heure aujourd’hui à au moins 22 trains par heure. Un train (métro ou rail) quittera ainsi en moyenne le centre de Londres pour Heathrow toutes les deux minutes et demie avec l’ouverture de la Elisabeth Line.

Un hub ferroviaire à Reading

Une autre ligne, la Western Line, dont la modernisation comprend l’électrification complète entre le centre de Londres et Cardiff, la capitale du Pays de Galles, va aussi se traduire par des trains directs depuis Heathrow vers tout l’ouest du pays.

La construction d’un tunnel de 6,5 km entre Heathrow et la gare de Langley sur la Great Western Line au nord de l’aéroport s’avère en fait cruciale. Ce tunnel permettrait de diviser par deux le temps de trajet entre Heathrow et Reading, de 58 minutes en moyennes à 26 minutes. Reading serait alors la gare de correspondance principale entre l’aéroport et le reste du pays, permettant des transferts rapides et confortables avec Birmingham, Leeds, Manchester, Liverpool et jusqu’à l’Ecosse. Ce qui devrait se traduire par une baisse du nombre de vols domestiques, libérant ainsi des créneaux horaires, ces « slots » tant convoités sur l’un des aéroports les plus encombrés du monde. Ces projets ont pour objectif de faire passer le taux d’utilisation du ferroviaire à Heathrow à 50% de tous les déplacements en 2030. Pourrait-on aussi envisager des TGV – type Eurostar – en desserte directe jusqu’à Heathrow à l’avenir ? L’expert transports publics de Heathrow Airport Ltd est formel : un tel projet n’est pas envisagé pour le moment…