IAG dévoile son intérêt pour Norwegian

En révélant sa prise de participation au capital de Norwegian, IAG ne fait pas mystère de son intérêt pour le rachat de la compagnie low-cost long courrier. Une acquisition qui ferait suite au lancement de Level et positionnerait IAG comme le leader mondial de ce secteur en plein essor.

Norwegian-dreamliner
Après être monté au capital de Norwegian, IAG envisage l'acquisition de la compagnie low-cost long-courrier.

Le groupe IAG mettra-t-il la main sur Norwegian ? Si rien n’est encore fait, la maison mère de British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus a dévoilé ses cartes après avoir acquis 4,61 % de la compagnie low-cost long-courrier en plein essor. “Un investissement minoritaire qui vise à établir une position à partir de laquelle entamer des discussions avec Norwegian, y compris la possibilité d’une offre complète”, a déclaré le groupe britannique dans un communiqué. Norwegian avoue n’avoir eu “aucune connaissance préalable de cette acquisition avant qu’elle ne soit rapportée par les médias au milieu de la matinée de jeudi”.

Si les deux parties précisent n’avoir eu aucune discussion commune à ce sujet, l’éventualité du rachat fait son chemin. Ce serait, à n’en pas douter, un coup de maître pour le groupe aéronautique en même temps qu’un gros coup d’accélérateur pour le low-cost long-courrier. AirAsia en Asie, Wow Air et Eurowings, filiale de Lufthansa, en Europe, French Bee en France : plusieurs acteurs ont commencé à décliner le concept de vols à bas coûts sur des vols transcontientaux. IAG aussi qui, à la différence d’Air France-KLM, croit clairement au modèle comme le démontre le lancement de Level l’an dernier. La compagnie, qui a fait ses débuts en juillet 2017 en ouvrant des lignes vers les Etats-Unis et l’Amérique du Sud depuis Barcelone, prépare ses premiers vols à Paris Orly pour l’été 2018, à destination de New York Newark, Montréal, la Guadeloupe et la Martinique. L’agence Reuters précisait en mars dernier qu’IAG entendait développer la flotte de Level à 30 avions en 2022.

Si l’acquisition de Norwegian devenait effective, IAG aurait à son actif une compagnie déjà déjà bien établie notamment à Paris CDG, mais surtout au Royaume-Uni. Troisième compagnie à Londres Gatwick avec 4,6 millions de passagers transportés, Norwegian couvre 11 destinations aux Etats-Unis, en plus de Buenos Aires et Singapour. L’an dernier, la compagnie a également lancé des vols transatlantiques depuis Edimbourg, Belfast, Dublin, Cork et Shannon. “L’intérêt de l’un des plus grands groupes aéronautiques internationaux démontre la durabilité et le potentiel de notre modèle d’affaires et de notre croissance mondiale”, explique d’ailleurs Norwegian dans le communiqué commentant l’annonce de la prise de participation d’IAG.

Reste que le rachat de la compagnie dirigée par Bjorn Kjoes ne serait pas sans coûts pour le groupe aéronautique britannique. Car, dans sa volonté de croissance accélérée, Norwegian s’est montrée dispendieuse. 32 nouveaux avions sont entrés dans sa flotte l’an dernier – des Boeing B787 Dreamliners, B737 MAX et B 737-800 de dernière génération, sans parler des commandes à venir. Si la compagnie a transporté 33 millions de passagers l’an dernier, soit une croissance de 13 %, Norwegian a terminé l’année 2017 sur une perte nette de 299 millions de couronnes – 31 millions d’euros –, alors que sa dette s’élève à 22,26 milliards de couronnes, soit 2,31 milliards d’euros. Peut-être est-ce le prix à payer pour devenir le leader incontesté d’un segment en plein développement.