Interview : Gérald Coutaudier, Directeur Général France de Châteauform’

Gérald Coutaudier, Directeur Général France de Chateauform', revient sur les nouvelles perspectives qui s'ouvrent avec l'acquisition d'Eurosites. Il fait aussi un point sur les différentes marques et les projets du groupe, et sur son ambition à l'international.

Chateauform'
Gérald Coutaudier DG France de Chateauform'

Que représente pour vous le rapprochement de Châteauform’ avec d’Eurosites ?

Gérald Coutaudier – C’est une étape importante pour Châteauform’, et qui fait de nous le leader du marché MICE en France, mais aussi en Europe. L’horizon s’est élargi, notre terrain de jeu s’est agrandi. Auparavant nous étions positionnés exclusivement sur le marché des séminaires, qui représente un milliard d’euros en France. Mais, pour continuer à grandir, il fallait s’ouvrir à d’autres marchés, celui des formations et de l’événementiel, qui, l’un comme l’autre, équivalent à deux milliards d’euros. Ce qui nous a poussé à rencontrer les équipes d’Eurosites. Après, c’est une affaire d’hommes. Notre président Daniel Abittan et Pascal Henry, celui d’Eurosites, s’étant entendus rapidement, ça s’est fait assez vite. Aujourd’hui, nous couvrons le marché à 360° avec une gamme plus large de lieux, de compétences et de services proposés à nos clients.

Chateauform-Dock-de-Paris-Eurosites
Les Docks de Paris, un des lieux phares d’Eurosites.

En quoi le fait d’avoir une offre globale, allant des séminaires au grand vert jusqu’à l’événementiel, était-il aussi important ?

G. C. – Le lien entre tous ces métiers, c’est la réponse aux besoins de nos clients. Ce sont eux qui ont guidé le développement de Châteauform’. Par exemple, alors que les entreprises organisent de plus en plus des réunions d’une journée en centre-ville, nous avons lancé des établissements City en parallèle de notre offre historique, les Maisons du séminaire. Nous avons également ouvert des Campus afin de proposer des lieux plus vastes, permettant d’accueillir de grandes équipes lors de séminaires résidentiels. Très récemment, nous avons proposé un nouveau service aux entreprises avec l’enseigne Home, qui est la déclinaison de l’offre Châteauform’ au sein même de leurs sièges. De plus en plus de sociétés développent des lieux de formation en interne, mais n’ont pas vocation à les gérer. Ce n’est pas leur métier. Nous avons implanté le concept au sein du nouveau site Les Dunes de la Société Générale, un de nos principaux clients, avec un couple d’hôtes chargés de la gestion du centre de séminaires. Cette enseigne est appelée à se développer rapidement.

Nous avons gagné trois ans sur le développement, tout en profitant du savoir-faire et de l’expertise d’Eurosites

En quoi le rapprochement avec Eurosites va-t-il accélérer votre évolution vers la formation ?

G. C. – Nous avions déjà en tête d’étendre notre empreinte aux formations. Dans ce cadre, en 2016, nous avions créé une nouvelle marque, College, avec un premier établissement attendu à Issy-Les-Moulineaux fin 2017. Ou plutôt ce qui devait être le premier établissement, car grâce à Eurosites nous ouvrons d’un coup quatre College en région parisienne, à La Chapelle, République, St Ouen et La Défense. Nous avons donc gagné trois ans sur le développement, tout en profitant du savoir-faire et de l’expertise d’Eurosites sur ce marché. D’ici à la fin du premier trimestre, nous allons entreprendre des changements afin que nos clients retrouvent dans tous ces lieux une offre homogène, le sens de l’accueil propre à la marque Châteauform’, sa générosité, son côté humain. Des travaux sont également prévus pour relooker les maisons. Côté commercial, nous allons également ajouter une des spécificités de notre offre avec le forfait tout compris.

Vous découvrez également le marché de l’événementiel…

G. C. – C’est un métier différent, où nous n’avions pas réellement d’expertise. Le savoir-faire d’Eurosites va nous apporter une véritable expertise en la matière, en plus de lieux comme l’Eurosites George V, qui va basculer sous la marque City en 2017, mais surtout la salle Wagram, les Docks de Paris et bientôt le palais des congrès de Paris Saclay. Ce nouveau savoir-faire peut aussi être profitable à nos maisons du séminaire, les City ou les Campus, où nous pourrons ajouter cette dimension événementielle que nous n’avions pas jusque là. Alors que la restauration est internalisée dans nos établissements, nous allons également découvrir le métier de traiteur. L’activité Nomad est donc une nouvelle pierre, Eurosites intervenant bien sûr à la Salle Wagram et aux Docks de Paris, mais aussi dans d’autres lieux comme le Grand Palais ou le Stade de France.

Nous allons créer des modules de formation avec de grandes écoles et allier ce contenu à l’art de l’accueil de Châteauform’

Châteauform’ a également pour projet le lancement d’une nouvelle marque, ExperiSens, dédiée à la formation des dirigeants et des cadres à haut potentiel. Pouvez-vous nous en dire plus ?

G. C. – Là aussi, c’est un programme nouveau. Jusqu’ici, nous nous étions interdit d’aller dans le contenu. Certains clients nous ont dit que nous aurions une vraie valeur ajoutée. Nous allons créer des modules de formation avec de grandes écoles et allier ce contenu à l’art de l’accueil de Châteauform’. Nous avons imaginé la marque ExperiSens fin 2016, et elle devrait voir le jour au deuxième semestre 2017. Le cadre du projet est défini, mais il est encore un peu tôt pour donner plus de détails.

Chateauform'
Le Campus Berges de Seine

Avez-vous de nouvelles ambitions à l’international ?

G. C. – A côté du développement de nouvelles marques, le développement hors de France fait partie de nos objectifs Avec une priorité, une seule, l’Allemagne. C’est le marché numéro un des séminaires en Europe. C’est pourquoi on y accélère notre croissance. De trois maisons à l’heure actuelle, nous allons passé à six ou sept d’ici la fin de l’année. Au premier trimestre 2017, nous ouvrirons un City à Düsseldorf et trois Maisons du séminaire, une près de Düsseldorf et deux dans la région de Francfort. A la différence de la France, l’Allemagne est un pays très décentralisé et nous avons identifié cinq régions où nous pourrions ouvrir au moins une dizaine d’établissements, que ce soit des Maisons du séminaire, des City, des Campus ou des College. Nous commençons donc par les régions de Düsseldorf et de Francfort. Bien sûr, si des opportunités apparaissent en Espagne, en Belgique, en Suisse, en Italie ou même en France, nous les étudierons, mais c’est surtout en Allemagne que se concentrera notre développement.