Interview : Jeffrey Goh, Président de Star Alliance

A l’occasion de l’intégration de Thai Smile, première compagnie d’Asie du Sud-Est à devenir un "Star Alliance Connecting Partner", Jeffrey Goh, Président de l’alliance, fait en exclusivité un point sur l’objectif de ce partenariat ainsi que sur le rôle de l’alliance dans la conjoncture actuelle.

Star Alliance
Interview : Jeffrey Goh, President de Star Alliance, à l'occasion de l'intégration de Thai Smile

Quelle stratégie derrière l’intégration des « Connecting Partners » chez Star Alliance ?

Jeffrey Goh – La stratégie de Star Alliance a toujours été d’offrir le meilleur réseau de destinations possibles à nos passagers afin de leur donner une offre globale sans équivalent. Sauf que cette stratégie a dû s’adapter au cours des années avec le changement du modèle économique de nos membres. Il y a chez les compagnies traditionnelles un recentrage sur leur activité autour de leur hub et sur les axes de trafic ayant le plus de potentiel. Ce qui signifie l’abandon de destinations de point-à-point hors de leur hub ainsi qu’un transfert de lignes à des filiales spécialisées dans ce trafic de point-à-point. C’est par exemple ce qui vient de se produire avec South African Airways qui arrête de servir en propre les lignes domestiques, hormis Johannesburg-Le Cap et Johannesburg-Durban. Ou aussi, ce qui s’est passé chez Lufthansa avec le transfert des lignes régionales et domestiques à Eurowings, hors ses deux hubs de Francfort et Munich. Or, nous constatons que nos passagers demandent toujours des correspondances optimisées à travers le monde. D’où le concept de « Connecting Partners » sur lequel nous avions commencé à travailler il y a quelques années et que nous avons optimisé en 2018.

pendant des années, les compagnies aériennes devaient faire preuve d’esprit d’adaptation pour devenir membre de Star, aujourd’hui c’est à nous en tant qu’alliance de faire preuve de flexibilité

En quoi consiste cette optimisation ?

Jeffrey Goh – On s’est aperçu que les exigences de Star Alliance vis-à-vis de ces partenaires tiers étaient trop contraignantes. Nous avons adopté une approche pragmatique en abaissant le catalogue de nos exigences pour nos futurs « Connecting Partner », en les réduisant probablement d’une soixantaine a une vingtaine de points seulement. L’essentiel pour nous est de continuer d’offrir à nos clients un voyage simplifié sans perte de réseau. Alors que pendant des années, les compagnies aériennes devaient faire preuve d’esprit d’adaptation pour devenir membre de Star Alliance, aujourd’hui c’est à nous en tant qu’alliance de faire preuve de flexibilité. Comme par exemple accepter que certains partenaires puissent être aussi des transporteurs low-cost…

On ne compte pour l’instant que deux compagnies Connecting Partners, Juneyao et Thai Smile. Eurowings pourrait-elle être la prochaine sur la liste ?

Jeffrey Goh – Je ne peux rien dire des négociations en cours avec d’autres compagnies aériennes. Mais bien sûr, Eurowings est l’un de nos objectifs car son intégration nous permettrait de combler les lacunes que nous avons sur notre couverture en Allemagne et en Europe.

Star Alliance
Jeffrey Goh aux côtés de Sumeth Damrongchaitham, Président de Thai Airways, et Charita Leelayudth, Présidente de Thai Smile

Quel rôle peut jouer Star Alliance dans la difficile conjoncture que traversent les compagnies avec le coronavirus COV-19 ?

Jeffrey Goh – En ces temps difficiles, nous faisons preuve de solidarité pour essayer de maximiser les revenus en regardant là où nous pouvons agir ensemble pour réduire les coûts d’exploitation. Nous allons affecter une partie du budget de l’alliance à des initiatives communes de marketing pour la relance de nos activités, une fois la crise passée. Nous laissons bien sûr aux compagnies aériennes membres la possibilité d’identifier leurs besoins tandis que nous tentons de notre côté d’optimiser nos modèles économiques. Avec la chute du trafic, nous pouvons par exemple aider à trouver les synergies nécessaires de réseau en améliorant les correspondances d’un partenaire à l’autre dans le cas où une compagnie décide de se retirer temporairement d’un marché. Nous comptons aussi sur les gouvernements dans les pays affectés pour aider le secteur aérien. Certains pays comme Singapour mais aussi Hong Kong ont déjà annoncé mettre en place des aides pour soutenir l’activité de leur transport aérien.

Thai Smile, nouveau Star Alliance Connecting Partner

Thai Smile est devenu le 25 février le second « Connecting Partner » de Star Alliance. Cette filiale de Thai Airways International, avec une flotte d’Airbus A320 ou A321, dessert aujourd’hui 32 destinations en Thaïlande et en Asie – dont dix en exclusivité au sein de l’alliance –, avec des modules de trafic mieux adaptés que les gros appareils de sa maison-mère. La compagnie permettra aux passagers de Star Alliance de bénéficier de correspondances améliorées, des transferts de bagages et de passagers simplifiés ainsi que l’accès pour les passagers premium aux salons de l’alliance ainsi qu’aux services prioritaires au sol. La compagnie a pour l’instant des accords de coopération avec Thai Airways International, Lufthansa, Austrian et Swiss mais devrait inclure d’autres transporteurs dans un proche avenir.