Publi-Communiqué

Innovation, digital, RSE : interview de François Lafont (Business Events Luxembourg)

Savoir être et savoir-faire, culture de l'innovation comme de la bienveillance, expertise technologique et implication écologique : François Lafont, PDG de Business Events Luxembourg, explique ce sur quoi se fondent les multiples atouts de la destination Luxembourg.
Francois Lafont, PDG du Luxembourg Convention Bureau.
François Lafont, PDG de de Business Events Luxembourg.

Comment voyez-vous l’évolution du secteur MICE au sortir de cette longue période ?

François Lafont – Nous pouvons nous attendre à un certain effet rebond, de rattrapage, pour début 2022. Il est toutefois difficile d’avoir aujourd’hui une vision bien définie des solutions qui vont être mises en place à l’avenir, de ce que sera le secteur dans un an, deux ans, voire cinq ans. Ce qui est évident, c’est que les évolutions déjà en cours vont être encore accélérées. On parle beaucoup du digital, mais on peut prendre plein d’autres phénomènes qui vont faire bouger notre industrie, que ce soit les évolutions climatiques, sanitaires et sécuritaires, mais aussi comportementales ou sociales. Ces tendances majeures sont à prendre en compte, et nous invitent à nous adapter, à être toujours à l’écoute.

La digitalisation des événements, favorisée par la pandémie, va-t-elle à l’encontre des rencontres ?

F. L. – Tout le monde s’est aperçu que Teams, Zoom etc, ça fonctionnait très bien. D’autant que cette évolution est en ligne avec les enjeux climatiques actuels. De même, d’ailleurs, qu’avec la qualité de vie recherchée par les voyageurs professionnels, leur évitant ainsi de fatigants et peu productifs allers-retours dans la journée. En conséquence de cela, la structure des réunions va totalement changer. Ce ne seront plus d’interminables présentations de tableaux ou de résultats, mais des réunions plus courtes, allant directement aux points clés. Ces réunions, qu’elles aient trait à l’innovation et à la créativité ou aux négociations et aux décisions multilatérales, nécessitent une interaction humaine, donc en présentiel. Mais elles laisseront en parallèle plus de temps à l’échange, aux rencontres. La partie incentive et team building sera plus importante. Les modes de fonctionnement vont évoluer, et l’offre devra suivre par voie de conséquence.

Virtuel et présentiel ne sont donc pas concurrents, comme on le soupçonne parfois ?

F. L. – C’est un long débat. D’aucun prédisait la fin du présentiel quand la vidéoconférence est apparue dans les années 90. Pourtant, cela n’a pas empêché notre industrie de connaître un fort développement par la suite. Je prendrais un autre exemple, dans le digital celui-ci. Quand les premiers jeux vidéos sont arrivés, beaucoup se disaient qu’il n’y aurait plus de contact entre les joueurs, qu’ils allaient restés enfermés chez eux à jouer jusqu’au bout de la nuit. Aujourd’hui, les rencontres autour du e-sport connaissent une progression incroyable. Il y a quelques années, vous pouviez avoir 200 à 300 personnes dans l’assistance. Aujourd’hui, sans même parler des connexions à distance, elles se comptent par milliers, et sur plusieurs jours. Les gens viennent pour y participer, échanger, se retrouver. L’humain est un animal social. Et c’est la même chose pour les rencontres professionnelles. Il ne faut pas oublier que le point le plus important dans un congrès – et qui l’a toujours été -, c’est le verre qu’on prend ensemble en fin de journée.

D’aucun prédisait la fin du présentiel quand la vidéoconférence est apparue dans les années 90. Pourtant, cela n’a pas empêché notre industrie de connaître un fort développement par la suite.

Pour autant, le digital ouvre aussi de nouvelles perspectives.

F. L. – En effet, mais le modèle économique des événements digitaux n’est pas encore totalement finalisé. En ce qui concerne les réunions hybrides, seront-elles en multihubs ? Est-ce que ce sera de l’hybride avec des personnes présentes et d’autres connectées ou de l’hybride avec une mise en action post événement à travers la diffusion de contenus et des opportunités d’échanges a posteriori ? Ira-t-on vers des congrès en présentiel et une commercialisation virtuelle sous forme de mini séries, des « spotify congress » en quelque sorte ? Tous ces champs là sont des champs du possible. Et ces offres, il faut les penser dès aujourd’hui. Dans ce cadre, l’enjeu se concentrera sans aucun doute sur les contenus. Le digital se résumait auparavant au streaming, alors qu’aujourd’hui, nous parlons de contenus digitaux édités et consommés par des communautés structurées et actives. On est obligé de se projeter sur les attentes actuelles, mais aussi sur celles des générations futures qui seront plus habituées au digital.

Luxembourg a accueilli en 2020 le 59e congrès de l' International Convention and Congress Association (ICCA) - European Regional Hub.
Luxembourg a accueilli en 2020 le 59e congrès de l’ International Convention and Congress Association (ICCA) – European Regional Hub.

Comment la destination Luxembourg se positionne-t-elle dans ce domaine ?

F. L. – C’est un de nos principaux points forts. Quand on a préparé la tenue du congrès européen de l’International Convention and Congress Association (ICCA) à l’automne 2020, une des questions posées par les organisateurs concernait notre capacité à retransmettre l’événement dans trois ou quatre hubs différents dans le monde. La réponse de l’ECCL (European Convention Center Luxembourg), où s’est tenu l’événement, a été très simple : comme nous accueillons les réunions des conseils des ministres de l’UE, on peut même aller bien plus loin, jusqu’à une trentaine de lignes sécurisés en simultané. Il faut le reconnaître, peu de centres de congrès peuvent offrir une telle technologie. Le rôle de capitale européenne joué par Luxembourg et la présence de toutes ces grandes entreprises dans le pays ont imposé des standards très élevés qui bénéficient à l’ensemble de nos structures. En parallèle, l’implantation historique de RTL à Luxembourg a diffusé un savoir-faire en matière d’audiovisuel dont de nombreuses sociétés spécialisées dans l’événementiel ont hérité.

A plus grande échelle, comment le Luxembourg aborde-t-il le volet de l’innovation ?

F. L. – C’est un grand pays en matière de recherche et d’innovation. Il n’y a qu’à voir sa place prééminente dans le domaine spatial. Spécialisée dans le pilotage des satellites, notamment météo, la société luxembourgeoise SES est la plus grande entreprise dans ce domaine au monde. C’est une culture qui remonte à loin et qui explique qu’aujourd’hui le Luxembourg est un carrefour des autoroutes de l’information et possède des data centres de classe mondiale. Le pays dispose par exemple d’un des plus gros supercalculateurs d’Europe pour le partage des données. En parallèle, la 5G couvrira prochainement tout le pays. Le Luxembourg soutient aussi l’évolution numérique des PME à travers le programme Fit 4 Digital. Au-delà du volet technologique, le Luxembourg est à la pointe d’un point de vue académique, avec une place dans le top 10 des universités les plus collaboratives. Le Luxembourg est l’un des pays les plus agiles au monde.

L'ECCL (European Convention Center Luxembourg) accueille les réunions des conseils des ministres de l'Union Européenne.
L’ECCL (European Convention Center Luxembourg) accueille les réunions des conseils des ministres de l’Union Européenne.

A côté du numérique, la RSE est l’autre grande tendance actuelle . Est-ce un autre atout dans la manche du Luxembourg ?

F. L. – C’est en effet un de nos autres points forts. Que ce soit en matière sociétale, le respect du droit des minorités, le multilinguisme ou l’inclusion – pensez à notre Premier Ministre (NDLR : Xavier Bettel est le premier dirigeant de l’UE uni à son compagnon par un mariage homosexuel) -, le Luxembourg fait figure d’exemple. Mais c’est aussi et surtout un des pays les plus verts et les plus authentiques au monde avec des transports publics gratuits, des maisons en énergie positive. En dehors de la verdure qui recouvre le pays, la ville même de Luxembourg est constituée pour moitié de forêts et de jardins. Cet état d’esprit correspond à une certaine vision de la vie qui très actuelle. Toutes nos infrastructures sont au milieu de cadres uniques, que ce soit Luxexpo The Box – qui va d’ailleurs être prochainement rénové -, l’ECCL à Luxembourg ou les autres lieux de conférences à Esch ou Belval. Quand on pense aux vins de la Moselle, à Schengen ou à Vianden, au nord du pays et bien sûr à la ville de Luxembourg, le pays dispose d’une diversité touristique à la fois importante, mais toujours authentique.

Sur quoi se fonde cette authenticité ?

F. L. – Il y a comme cela une phrase au Luxembourg qui dit : « nous voulons rester ce que nous sommes ». On sait accueillir, preuve en est les 150 nationalités présentes dans le pays, mais on veut rester nous-même, avec notre propre langue, notre culture. Ce ne sont pas que des mots, des arguments marketing. Regardez l’histoire : ce pays qui se trouve entre l’Allemagne, la France, la Belgique et la Hollande a su toujours resté lui-même, indépendant, en jouant avec ses atouts. Ca veut dire que, derrière ça, il y a une façon d’être originale, une capacité à discuter et négocier avec une réflexion à long terme et, j’ajouterais, des gens soudés et solidaires.

Comment cet état d’esprit rejaillit-il dans votre domaine ?

F. L. – Quand on fait des inspections de sites événementiels, les organisateurs sont toujours étonnés de la qualité humaine des gens, de leur gentillesse. Ca s’appuie sur des valeurs, un respect mutuel. Quand on vit dans un pays de 600 000 habitants, peu ou prou, vous allez rencontrer dans votre vie les mêmes personnes. Entre la classe politique et les décisionnaires, les cadres d’entreprise et les salariés, tout le monde finit par se connaître, quelque fois depuis la petite enfance. D’où la nécessité de s’entraider. Cette culture de la bienveillance, cette volonté de toujours trouver des solutions, on les retrouve à tous les niveaux autour des événements corporate, en discutant avec les professionnels de l’audiovisuel ou ceux qui font l’aménagement du lieu. Tout le monde sera aux petits soins dans son organisation.

Contact :

BUSINESS EVENTS LUXEMBOURG
43, boulevard Pierre Frieden. L-1543 Luxembourg
Tél. : ++352 22 75 65 1
Internet : www.businessevents.lu