Laura : la nouvelle recrue chatbot de Transavia

A son tour, Transavia se dote d’un "chatbot" pour automatiser les échanges qui peuvent l’être dans sa relation clients. Baptisé Laura, le nouvel outil est disponible via Facebook Messenger.
DR Transavia
Transavia a présenté sa nouvelle recrue "chatbot" le 28 août

Le chatbot serait-il donc une affaire de femmes ? Dans le domaine aérien, les pionniers – les pionnières, en l’occurence – sont en tous cas baptisés de prénoms féminins : après Mildred, lancée par Lufthansa en décembre dernier, puis Eva, son équivalent chez Vueling, Transavia lance son propre chatbot, répondant cette fois au prénom Laura.

Cette innovation dévoilée le 28 août a été développée avec BlueLink. Le chatbot doit répondre instantanément aux questions les plus récurrentes que se posent les voyageurs. « Puis-je utiliser mon permis de conduire en tant que pièce d’identité pour prendre l’avion ? » ou « à combien de kilos de bagages ai-je droit ? » comptent parmi les exemples cités par la compagnie. Mais Transavia se projette déjà sur des fonctionnalités plus poussées : « Laura aura bientôt accès aux logiciels de réservation, ce qui lui permettra d’accéder à la fois aux informations sur la réservation et sur le vol en lui-même », expliquent les responsables de Transavia.

Laura ne peut en aucun cas se substituer aux équipes du service client de Transavia

Pour autant, la compagnie aérienne l’assure : elle n’entend pas robotiser toute la chaîne de sa relation clients. « Laura ne peut en aucun cas se substituer aux équipes du service client de Transavia qui délivrent un travail de qualité » insistent les dirigeants de la compagnie, rappelant que « L’intégralité de son « travail » reste sous la supervision d’un collaborateur. Ainsi, chacune de ses réponses est relue avant d’être envoyée ».