Le Luxembourg, une destination événementielle ambitieuse

Avec son Convention Bureau lancé en 2019, le Luxembourg entend entrer rapidement dans le top 50 des destinations de tourisme d’affaires, par-delà les difficultés actuelles du secteur. Et pour cela, le Grand-Duché a plus d’un atout en poche.

Luxembourg-destination-Kirchberg-ECCL
En dehors du ballet des ministres des pays de l’UE, l’European Convention Center ECCL peut accueillir congrès, expositions, conférences et banquets dans des conditions optimales.

Perchée sur un piton rocheux, entourée d’une forteresse construite par Vauban et ceinte par la sinueuse rivière Alzette, la ville de Luxembourg offre une vision presque de conte de fées. Pourtant, sa silhouette élancée de quelques tours médiévales et de fins clochers, cerclée de verdure, suscite une question : pourquoi a-t-on en tête si peu d’images de cette ville-là ? Idem des forêts, châteaux, vallons et vignobles de ce petit pays.

Afin de combler cette lacune et attirer l’attention d’une clientèle d’affaires et de congrès, un Luxembourg Convention Bureau a été officiellement constitué en 2019. “Nous sommes l’un des rares pays au monde, avec Monaco par exemple, qui ait pour objectif de promouvoir non seulement une ville ou une région, mais un pays tout entier”, explique Tiziana Caruso, chargée des relations internationales. Faire du Luxembourg une véritable destination événementielle business est devenu un objectif important pour le pays. “Actuellement, le Luxembourg est à la 70e place du classement de l’International Congress and Convention Association (ICCA). Notre objectif, pour les cinq prochaines années, est d’entrer dans le top 50 des destinations meetings, congrès et conférences”, poursuit Tiziana Caruso.

Las, la pandémie est passée par là, et comme partout ailleurs, a mis à l’arrêt l’ensemble du secteur touristique. Mise en place du protocole sanitaire “Safe to meet”, adaptation des lieux aux meetings connectés, fédération des énergies puisque le Convention Bureau compte aujourd’hui plus de 145 partenaires, contre 75 avant la crise : le Luxembourg s’est remis en ordre de marche pour poursuivre sa politique ambitieuse, une fois de meilleurs jours revenus.

Car, plus encore qu’attirer les dépenses des visiteurs d’affaires internationaux – 594 € par jour en moyenne –, le projet de faire du Luxembourg une grande destination du tourisme d’affaires s’inscrit dans une vision beaucoup plus globale. En effet, le pays s’est appliqué à définir quatorze piliers de son économie. Dans ce cadre, le secteur MICE n’a pas vocation à en être le quinzième, mais plutôt à tous les stimuler.

Nous travaillons main dans la main avec Luxinnovation, qui a élaboré des clusters économiques, et nous entendons démarcher activement des congrès internationaux à rotation, en rapport avec nos points forts, afin de soutenir et promouvoir ces secteurs d’activités”, explique Noémie Schuler, en charge du marketing. Ainsi, le Cleantech Forum Europe 2020 se déroulera-t-il au Luxembourg en décembre prochain. “Les cleantech faisant partie des moteurs de notre économie, nous estimons qu’accueillir cet événement sur notre territoire apportera une réelle valeur ajoutée”, continue Noémie Schuler.

Si, en 2018, le MICE a généré un revenu total de près de 87 millions d’euros, l’objectif pré-Covid était d’atteindre une croissance d’environ 4 % par an jusqu’en 2022. Ambition naturellement contrariée, mais qui n’empêche pas la ville de travailler à pallier une de ses faiblesses : son hôtellerie. En effet, pour recevoir de grands congrès, il faudrait quelque 800 chambres d’hôtel supplémentaires selon les estimations. Un challenge pour une capitale qui ne compte actuellement que quatre établissements de catégorie cinq étoiles, par ailleurs d’assez petite capacité.

Entouré de verdure, le domaine thermal de Mondorf accueille les événements dans un cadre chic et raffiné.
Entouré de verdure, le domaine thermal de Mondorf accueille les événements dans un cadre chic et raffiné.
Les murs du château d’Urspelt ont des siècles d’histoires à raconter ; celles de ses propriétaires, de la Deuxième Guerre mondiale, de son long abandon avant sa métamorphose en lieu événementiel chic.

Fort heureusement, le coronavirus n’a pas touché le développement hôtelier et plusieurs ouvertures animeront l’année 2020 et celles à venir. En juillet dernier, un Mama Shelter de 145 chambres, avec des Ateliers pour les réunions et un espace de coworking Mama Works, a ouvert ses portes en plein cœur du quartier business de Kirchberg. Un complexe hôtelier Innside by Melia, d’environ 500 chambres, est aussi prévu prochainement à la Cloche d’Or, quartier industriel en pleine renaissance où se concentrent nombre de grandes entreprises. Un Marriott devrait quant à lui élire domicile dans un ancien hôtel Mercure en 2021, tandis qu’un nouvel hôtel est également programmé en centre-ville et sera hébergé dans les murs d’une ancienne poste.

Cependant, rien n’oblige à rester en ville. Le pays dans son ensemble offre une large palette des possibles, aussi bien du point de vue de l’hébergement que des lieux événementiels”, souligne Claudia Correia, chef de projet MICE pour l’agence de voyages et réceptif Émile Weber. Parmi ces possibilités, Mondorf, petite ville d’eau située à la frontière française, où un établissement thermal datant de 1847 s’est doté d’un hôtel agrémenté de piscines d’eau de source et d’un spa de 5 500 m2.

Dans son parc de quarante hectares, dans la superbe orangerie du XIXe siècle ou dans les salles de réunions se déroulent régulièrement des événements corporate, tous certifiés écolabel : team-building, dîners de gala, conférences pouvant compter jusqu’à 850 personnes. “Nous organisons aussi bien des lancements de produits que des dîners dans trois pays… avec amuse-bouche au Luxembourg, plat en France, dessert en Allemagne, tant nous sommes proches des frontières”, s’amuse Attila Laszlo, responsable des ventes à l’hôtel Mondorf.

Plus loin, à Urspelt, un ravissant petit château de 1674 posé sur une colline s’est métamorphosé il y a quinze ans en hôtel de rêve. En tout, 56 chambres seulement, mais plusieurs salles de grand caractère. On se sent là très loin du monde, pourtant à moins d’une heure de route de Luxembourg-Ville, devant une campagne qui s’étend à perte de vue depuis ce perchoir d’un autre temps. Dans les petits salons aux cheminées monumentales, dans les escaliers en colimaçon, dans les chambres décorées avec soin, le temps semble suspendu et la concentration s’accroît.

À trois kilomètres de là, dans la commune de Clervaux, elle aussi dotée d’un château aux courbes blanchies par la chaux et aux toitures aiguisées, l’esprit est différent. C’est dans ce village qu’a été lancé un concept unique à l’intention des groupes incentive et business. Dans la rue principale – dans les faits, un bloc de bâtiments anciens réunissant deux établissements du groupe Excellence Hotels – se produit plusieurs fois par an un phénomène étrange : Rent a city. La Grand-Rue change de nom pour prendre celui d’une entreprise ; elle se revêt d’un tapis rouge, se pare de bannières portant le logo de la société et se borde de stands offrant toutes sortes de nourritures…

Au pied de la ville fortifiée de Luxembourg, classée à l’Unesco, l’abbaye de Neumünster est devenue un centre culturel et prête son cadre historique aux réunions business.
Au pied de la ville fortifiée de Luxembourg, classée à l’Unesco, l’abbaye de Neumünster est devenue un centre culturel et prête son cadre historique aux réunions business.

Le village appartient à ses visiteurs pour quelques heures, voire quelques jours. “Nous proposons de tout organiser de A à Z, explique Marie Eubeulen, coordinatrice des ventes. Car nous travaillons avec des prestataires de services très variés, et pouvons répondre à tous les désirs de nos clients, à des prix beaucoup plus abordables qu’à Luxembourg-Ville.” Pour autant, c’est bien dans la capitale luxembourgeoise que l’on trouve les espaces les plus imposants, souvent les plus exceptionnels aussi.

Certains bâtiments emblématiques, comme l’ancienne abbaye de Neumünster dans la ville basse, devenue aujourd’hui un centre culturel, se prêtent à de charmants événements. Que l’on opte pour l’ancienne chapelle aux plafonds richement décorés, pour l’auditorium dont les soubassements datent de l’époque romaine ou bien la cour d’honneur surmontée d’une verrière signée Pei, tout y sera forcément féérique. Autre lieu majestueux, la Philharmonie, conçue par Christian de Portzamparc comme une sorte de forêt aux piliers aériens, et qui peut se prêter le temps d’une soirée aux événements corporate, notamment dans la salle de musique de chambre, à l’acoustique si parfaite qu’il n’est nul besoin de parler dans un micro.

Mais c’est en face, dans l’European Convention Center Luxembourg (ECCL), que sont généralement planifiées les réunions de plus grande envergure. Ce site, prévu initialement pour accueillir le Parlement Européen, reçoit encore des conseils des ministres. Autant dire que tout a été soigneusement pensé. De nombreuses salles sont équipées de cabines de traduction, d’écrans géants, de micros… L’hémicycle, quant à lui, a récemment été la scène d’une conférence TEDx.

À seulement deux heures de TGV de Paris, et à proximité de bien d’autres grandes villes d’Europe, le Luxembourg a beaucoup à offrir. On peut y organiser une foule d’activités liées à la culture ou bien à la nature. Des chasses au trésor dans des châteaux ou des forêts, des événements dans des fermes, des dégustations de vin de Moselle, des découvertes d’anciens sites industriels avec leurs hauts-fourneaux, des balades en Segway à travers les vignobles… C’est cela que nous voulons transmettre : l’idée qu’à proximité, il existe une destination pleine de facettes et de féerie”, conclut Claudia Correia.