Mali : Air France déserte Bamako jusqu’à nouvel ordre

Dans la foulée des sanctions actées par la Cédéao contre la junte militaire au Mali, Air France suspend les liaisons aériennes avec Bamako. D’autres compagnies pourraient suivre.
Mali aeroport (DR)
L'aéroport de Bamako (DR Shutterstock)

Plus isolé que jamais, le Mali voit les sanctions prises dimanche par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest trouver une caisse de résonnance en Europe. La Cédéao a annoncé la fermeture des frontières et l’embargo commercial pour mettre la pression sur la junte militaire. Celle-ci prévoyait en effet de décaler le retour à un processus électoral – initialement prévu en février – à la fin de l’année 2026. Plusieurs compagnies africaines ont donc suspendu les vols vers le Mali. Et la diplomatie française a choisi de soutenir la démarche de la Cédéao. Une décision qui se traduit par la suspension des vols Air France vers Bamako.

La Ministre des Transports et des Infrastructures regrette les désagréments causés aux usagers du transport aérien

« Le Ministre des Transports et des Infrastructures informe l’opinion nationale et internationale que la compagnie aérienne Air France a décidé, d’après l’information notifiée aux autorités aéroportuaires de Mali par sa représentante à Bamako, de suspendre tous ses vols à la destination et au départ de Bamako, jusqu’à nouvel ordre », indique le communiqué signé par Mme Dembele Madino Sissoko, à la tête du Ministère. Celle-ci précise : « Cette décision brusque a été prise par Air France sans consultation préalable et sans qu’aucune justification ne soit donnée aux autorités aéronautiques maliennes, alors que le mardi 11 janvier la compagnie avait soumis un plan de vol réorganisé en fonction de la situation ». La Ministre « regrette les désagréments causés aux usagers du transport aérien ».

Des désagréments qui pourraient s’accentuer si la décision essaimait à plus grande échelle. En effet, les autorités françaises demandent à l’UE de prendre à son tour des sanctions contre le Mali. Et les Etats-Unis avaient annoncé dès le 10 janvier « saluer les mesures fortes prises par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour défendre la démocratie et la stabilité au Mali à la suite de son sommet extraordinaire du 9 janvier 2022 ».

Selon les sites de réservation en ligne de Turkish Airlines et Ethiopian Airlines, il semble toujours possible de se rendre dans la capitale du Mali via Istanbul ou Addis Abbeba en date du 13 janvier.