Un passeport santé digital au secours du voyage d’affaires

La reprise des voyages d'affaires pourrait-elle se concrétiser avec le lancement du CommonPass, un passeport santé électronique? Créé par la fondation Commons Project, le projet bénéficie du soutien du Forum Economique Mondial et de la Rockefeller Foundation. Et beaucoup se prennent à rêver d'un retour vers un monde des voyages plus normal...

(Photo: Commons Project/Washington Post)

Les voyages d’affaires sont à la dérive avec le covid-19. Et ce ne sont pas les quelques « bulles de voyages » qui changent dramatiquement la donne. En attendant un hypothétique vaccin, plusieurs grands noms de l’industrie planchent donc sur un moyen de ranimer l’activité voyages.

Il existe ainsi un projet pilote de passeport santé numérique, le CommonPass. L’initiative en revient au « Commons Project Foundation », un établissement public à but non lucratif basé en Suisse. Cet organisme est soutenu par la Fondation Rockefeller et le Forum Economique Mondial.

Mettre fin aux incertitudes liées au statut sanitaire 

Selon Commons Project, le CommonPass sera proposé aux passagers aériens se soumettant à un test covid-19 par un laboratoire certifié. Après avoir téléchargé son résultat négatif au covid sur l’application, le voyageur va remplir divers questionnaires de dépistage santé qui intègrent d’autres informations réclamées par les pays.

Si le test et les informations fournies sont conformes aux règles d’entrée dans le pays, le CommonPass va génèrer un code QR, équivalent à une autorisation au voyage. Ce code peut être ensuite scanné par la compagnie aérienne et les services d’émigrations aux frontières. Les passagers sans téléphone portable peuvent aussi imprimer ce code.

Le projet a recueilli l’approbation et le soutien de nombreux partenaires publics et privés à travers le monde, dont les  gouvernements de 37 pays. On compte même la très tatillonne Administration des Douanes et de Protection des Frontières des États-Unis ainsi que le Centre de Contrôle des Maladies et de Prévention (CDC), l’autorité américaine en charge de la gestion des pandémies.

Pour les gouvernements, le CommonPass constitue un moyen fiable d’évaluer l’état de santé des voyageurs. Il permet aussi sans difficulté de changer les conditions d’entrée selon l’avancement des connaissances et de la recherche, notamment avec l’arrivée de nouveaux tests ou vaccins.

Pour les passagers, l’avantage le plus appréciable sera de dissiper les incertitudes avant un voyage. Incertitudes face aux différentes régulations en vigueur; incertitude encore face à une possible quarantaine à l’arrivée dans un pays.

Un CommonPass avant la fin de l’année ?

American Express Global Business Travel est l’un des plus récents grands prescripteurs de voyages à apporter son soutien à cette initiative. « Je suis encouragé par la rapidité avec laquelle le secteur du voyage se rallie au protocole du CommonPass », a déclaré Greg O’Hara, président exécutif d’American Express Global Business Travel. « Le CommonPass peut donner aux voyageurs la clarté et la confiance dont ils ont besoin pour recommencer à se déplacer ».

Quatre pays et deux entreprises travaillent activement à un test grandeur nature: les Etats-Unis, Hong-Kong, le Royaume-Uni et Singapour. Des volontaires sélectionnés sur des vols Londres-Heathrow/New York de United Airlines et Hong Kong/Singapour de Cathay Pacific essaieront ce nouveau système dans les prochaines semaines. 

Si les résultats sont probants, on peut espèrer une rapide entrée en vigueur du CommonPass. « L’objectif est de pouvoir commencer à offrir cette application sur une large échelle avant la fin de l’année« , décrit un porte-parole de Commons Project. 

Le CommonPass sera de surcroît gratuit, une bonne nouvelle pour les voyageurs. « Nous sommes une entreprise à but non lucratif. Nous sommes donc là pour aider à la relance de l’industrie des voyages », précise encore le porte-parole de la fondation.

Le passeport digital pourrait rapidement rendre obsolètes les « bulles » ou « corridors » de voyages. Le choix de ces corridors reste souvent incompréhensible avec un fonctionnement souvent aléatoire. Surtout, le CommonPass permettrait enfin d’offrir un début de normalité à une industrie du tourisme à bout de souffle.