Qatar Airways débarque cet été à Lyon

Avec l’arrivée de l’été, Qatar Airways va se lancer sur l’axe Lyon-Doha. Ce sera le second vol quotidien au départ de Lyon à destination du Golfe Persique, après celui d’Emirates.

Qatar-787-lyon
Qatar Airways se posera à Lyon le 23 juin en Boeing 787.

Il y avait déjà Emirates qui, depuis la fin 2012, régnait en monopole sur les lignes entre Lyon et les pays du Golfe. Il faudra désormais compter avec Qatar Airways. A l’occasion du salon de l’aéronautique de Koweït, le flamboyant PDG de la compagnie, Akhbar Al Baker, annonçait le lancement de huit nouvelles lignes. L’honneur d’être la seule ville européenne que Qatar ajoutera à son réseau a donc échu à Lyon. En parallèle, Qatar Airways se lancera également sur Accra, Almaty, Cebu, Luanda, Nur Sultan, Siem Reap et Trabzon cette année .

A partir du 23 juin, Lyon sera donc relié à Doha par cinq vols hebdomadaires, proposés en Boeing 787 Dreamliner en configuration trois classes. La compagnie décollera à 8h20 de Doha avec un retour à 16h30 au départ de Lyon pour un atterrissage à Doha peu avant minuit. Pourquoi un tel choix, s’ajoutant à la desserte de Paris CDG et celle lancée vers Nice en 2017 ? “Qatar Airways n’avait en fait pas beaucoup de choix concernant une nouvelle destination en France, raconte Philippe Bernand, actuel président du directoire de la Société de l’Aéroport de Marseille Provence Marignane, mais ancien président du directoire d’Aéroports de Lyon jusqu’en 2017 et qui, à ce titre, avait été impliqué dans les négociations avec la compagnie qatarie. Lyon avait été la seule destination accordée à Qatar Airways par la DGAC. Aucune autre ville n’était alors comprise dans l’accord sur les droits de trafic avec la France”, se souvient-il.

Pour aller plus loin, l’accord de ciel ouvert qu’a conclu l’an dernier le Qatar avec l’Union Européenne, et qui permettra à Qatar Airways de voler là où bon lui semble en Europe, attend toujours une ratification finale. Les atermoiements dus au Brexit retarde le processus, le Royaume-Uni ne participant plus depuis quelques temps aux décisions de l’Union Européenne. Or, tout accord de l’UE nécessite la ratification par tous ses pays membres…

Les aéroports régionaux français attendent avec impatience cet accord de ciel ouvert. “A Marseille, on est déjà à un stade de discussion très avancé avec Qatar Airways, explique Julien Boullay, directeur commercial et marketing de la plate-forme phocéenne. La compagnie estime qu’il existe un fort potentiel de trafic. L’arrivée des Airbus A321 Neo LR dans la flotte de Qatar Airways, avec une configuration autour de 180 sièges, lui donnera également un module idéal pour desservir un marché de la taille de Marseille”. La déferlante Qatar Airways en France ne fait sans doute que commencer…