Qatar Airways, insolente croissance ?

A l'occasion de sa traditionnelle conférence de presse sur l'ITB Berlin, le Président de Qatar Airways, Akbar Al Baker a non seulement présenté les nouveautés de sa compagnie - dont une nouvelle classe économique - mais aussi fustigé ses concurrents du Golfe...

Qatar Airways
Akbar Al Baker, Pdg de Qatar Airways, à l'occasion de l'ITB Berlin

Qatar Airways est plus que jamais en pleine croissance, et ce malgré un environnement que son PDG, le pugnace Akbar Al Baker, décrit comme « compliqué, notamment en raison du blocus illégal orchestre par nos voisins » a-t-il déclaré durant la conférence de presse d’ITB Berlin. « Nous perdons de l’argent car le blocus peut ajouter jusqu’à deux heures de vol supplémentaires à nos lignes, notamment sur les destinations vers l’Amérique du Sud. Mais nous faisons preuve d’une forte résilience car notre bilan comptable est fondamentalement solide », explique le PDG de Qatar Airways.

Concernant cet environnement difficile, Akbar Al Baker ne s’est d’ailleurs pas gêné pour fustiger ses compétiteurs. « On note que depuis le blocus de notre pays, nos voisins connaissent des difficultés croissantes. L’une d’elle accumule les pertes et réduit son réseau tandis que la seconde voit baisser ses bénéfices. Finalement, nous profitons de cette conjoncture en continuant de prendre des parts de marche dans la région » a-t-il souligné.

La compagnie a de fait ouvert 14 nouvelles escales en 2018 et s’apprête à faire de même en 2019. « Nous pouvons déjà annoncer sept nouvelles destinations, les sept autres arrivant plus tard », prévient Akbar Al Baker. Qatar Airways ouvrira donc d’ici la fin de l’été des vols vers Davao (Philippines), Izmir, Langkawi (Malaisie), Lisbonne, Malte, Mogadiscio (Somalie) et Rabat ‘Maroc). La compagnie augmente aussi ses fréquences sur Copenhague, Danang (Vietnam), Londres Gatwick, le Cap et Johannesburg, ainsi que Vienne. Le produit phare du transporteur en classe affaires – la Q Suite, d’ailleurs dévoilée deux ans plus tôt à l’ITB Berlin – sera également disponible cette année vers Adelaïde en Australie, Auckland, Séoul et en Europe depuis Milan et Zurich. Paris a été l’une des premières destinations en Europe à bénéficier du nouveau produit il y a deux ans.

Mais c’est maintenant aux passagers de classe économique de bénéficier d’un confort accru pour les voyageurs. Les nouveaux sièges offrent un système d’inclinaison révolutionnaire de 19 degrés, un espace supplémentaire pour les jambes, une tablette dédoublée qui permet à la fois de poser des boissons et un ordinateur, des écrans de 34 cm et un port USB à chargement rapide.

Selon Akbar Al Baker, « la nouvelle expérience en classe économique donne de nouveau un leadership à Qatar Airways en matière de service dans toutes les classes. Non seulement nous changeons de siège, mais nous améliorons l’expérience de vol grâce à un nouveau concept de restauration et de divertissement supplémentaire », a-t-il indiqué.

En effet, la compagnie lance ainsi « Quisine », une offre gastronomique de qualité en classe économique. Au menu : plus de choix avec des spécialités régionales et également des portions plus grandes dans une nouvelle vaisselle qui bannit le plastique non recyclable.

Les passagers pourront également profiter de 4 000 heures de programmes de divertissement et d’une connexion wi-fi à haute vitesse. Le nouveau service sera mis en place à partir d’avril tandis que les nouveaux sièges équiperont d’abord les Airbus A320neo puis les Boeing777-8 et 9. « Il faudra entre cinq et sept ans pour que tous nos appareils soient équipés » précise encore le PDG de Qatar Airways.

Oneworld doit comprendre que nous sommes l’un des membres qui contribue le plus à la puissance de l’alliance

Finalement, Qatar Airways restera-t-elle dans l’alliance oneworld ? Il semblait récemment que Akbar Al Baker avait mis un bémol a ses récriminations envers l’alliance et trouvé un terrain d’entente avec Qantas et American Airlines, notamment. « On fera une annonce dans un sens ou dans l’autre dans les deux prochains mois. Oneworld doit comprendre que nous sommes l’un des membres qui contribue le plus à la puissance de l’alliance en terme de sièges/km. Si nous partons, cela créera certainement un vide, » souligne Akbar Al Baker. A bon entendeur, salut…