Nouveau retard en vue pour le Nouvel aéroport d’Istanbul

Il semble que l’ouverture totale du tout nouvel aéroport d’Istanbul, fixée au mois de mars soit une nouvelle fois repoussée. Pour combien de temps ? Telle est la question…

Istanbul Airport
Le nouvel aéroport d'Istanbul

Il devait ouvrir en novembre 2018, puis en décembre et finalement en mars 2019. Il semble que le nouvel aéroport d’Istanbul devrait de nouveau reculer son ouverture totale. En fait, l’ouverture officielle en octobre dernier avait été célébrée pour des raisons purement politiques, histoire de prouver que l’actuel Président, Recep Tayyip Erdoğan avait bien tenu ses promesses. On apprend maintenant que l’aéroport d’Istanbul souffre de nombreux problèmes. L’étanchéité des sols semble incertaine, des véhicules ayant été sous les eaux suites à des inondations en début d’année. Il semblerait aussi que les services de l’aviation civile auraient du mal à gérer un trafic aérien en forte expansion. Enfin, la plate-forme est très endettée et de nombreux actionnaires de la société gestionnaire IGA se sont retirés. Des journaux locaux évoquent régulièrement la reprise des actions par la filiale d’investissements immobiliers de Turkish Airlines.

La plate-forme est cependant en partie opérationnelle, accueillant actuellement de 13 à 16 vols quotidiens, tous assurés par le transporteur national Turkish Airlines. Elle permet dans sa première phase d’accueillir dans une aérogare de 1,4 million de m² l’équivalent de 90 millions de passagers par an. 88 avions sont directement accessibles par passerelle couverte depuis l’aérogare.

A terme, l’aéroport d’Istanbul comptera six pistes et une capacité d’accueil de 200 millions de passagers. Un métro devrait desservir la plate-forme avec une ouverture prévue en 2020.
Prévu pour une ouverture le 3 mars prochain, des informations internes à la compagnie nationale Turkish Airlines mentionnent déjà un retard supplémentaire. Istanbul va en effet tenir des élections municipales fin mars. Aucun rapport avec l’aéroport, sauf qu’aucun politicien ne souhaite prendre le risque d’être confronté à des problèmes sur l’aéroport avant l’élection…

Quel sera finalement le véritable délai ? Si certains journaux locaux évoquent un retard de deux ans, deux à trois mois supplémentaires pourraient suffire à éviter tout problème technique. Pour les voyageurs d’affaires se rendant à Istanbul, atterrir sur l’actuel aéroport d’Ataturk est donc un moindre mal. L’aéroport est très bien relié au centre-ville stambouliote que l’on rejoint en 30 minutes, y compris par le métro, et de nombreux hôtels sont également situés autour de l’actuel aéroport.