Quel avenir pour Uber à Bruxelles ?

D’après les médias belges, une décision de justice datant de décembre 2018 rendrait illégale la plateforme Uber à Bruxelles. Le géant du VTC y poursuit néanmoins ses activités, évoquant une "décision informative", et s'appuyant sur la confusion entre UberX et UberPOP.

Bruxelles
L'avenir d'Uber à Bruxelles demeure incertain

L’année 2019 verra-t-elle disparaître les véhicules Uber des rues de Bruxelles ? C’est ce que semblent affirmer les médias belges depuis le 3 janvier, se basant sur une décision qui émanerait du Tribunal de commerce de Bruxelles, et remontant au mois de décembre dernier.

pas d’impact immédiat sur nos activités

De leur côté, les responsables d’Uber assurent qu’il s’agit là d’une confusion entre le service UberX « classique », et le plus controversé UberPOP, pour lequel le rôle de chauffeur n’est pas joué par un professionnel mais par un particulier… et qui a disparu de la circulation assez rapidement, en Belgique comme en France, d’ailleurs. « Nous sommes déçus que la clarification du juge ne soit pas plus précise entre la différence fondamentale d’uberX et d’uberPOP, un service que nous avons suspendu en 2015 », regrette un porte-parole d’Uber. « Cependant, cela n’a pas d’impact immédiat sur nos activités et les passagers et chauffeurs qui utilisent notre service. Le juge a prononcé une décision informative et non déterminante qui devra encore être considérée par un autre tribunal ».

Pour le syndicat belge des taxis G.T.L., « La décision du Tribunal de l’Entreprise de Bruxelles sur les activités d’Uber est claire », même s’il attend « des actions décisives des autorités pour enfin mettre un terme à ces pratiques commerciales déloyales ». « Les activités d’Uber dans la capitale ne sont pas seulement déloyales, mais maintenant également illégales », estime Pierre Steenberghen, Secrétaire général du Groupement national des entreprises de Taxis.