Avec Vueling, le low-cost assoit sa position sur le domestique en France

Vueling se positionne sur les lignes intérieures françaises en lançant le 16 octobre prochain trois liaisons domestiques au départ d'Orly. Si Vueling ne proposera que deux vols par semaine de l'aéroport parisien vers Brest, Marseille et Montpellier, cette arrivée marque un probable tournant dans l'offre aérienne en France. Le low-cost devrait devenir majoritaire sur le domestique en 2021.

VUELING

C’est une timide arrivée pour Vueling sur les liaisons intérieures françaises, mais elle est symbolique. La filiale low-cost – ou hybride selon les sensibilités – d’IAG vient en effet d’annoncer le lancement de trois liaisons intérieures au départ d’Orly. Brest, Montpellier et Marseille disposeront chacun de deux vols par semaine, le vendredi et le dimanche. Soit un total de 39 000 sièges pour toute la saison hiver IATA. Le prix d’appel pour un aller simple démarre à 29€.

Le coup d’envoi aura lieu le 16 octobre. Les horaires des vols prendront place en fin d’après-midi ou en début de soirée pour les trois lignes. Vueling vise avant tout un trafic loisirs même si les hommes d’affaires pourraient y trouver leur compte le dimanche soir ou encore le vendredi soir pour les retours vers la capitale.

Vueling reste pourtant essentiellement une compagnie internationale, reliant Barcelone à six villes françaises. Au départ de Paris-Orly, la compagnie proposait cet été vingt destinations, essentiellement vers l’Espagne et l’Italie.

Easyjet et Volotea dominent les lignes intérieures low-cost

Vueling arrive sur un marché où prospèrent déjà d’autres de ses collègues low-cost. Les deux transporteurs low cost dominant sur les liaisons domestiques sont Easyjet et Volotea. Easyjet est présente au départ de Paris CDG et Orly sur la Corse, Biarritz, Nice et Toulouse. Mais c’est surtout en régions que le transporteur offre un dense réseau de vols domestiques. Easyjet dessert 15 aéroports de l’Hexagone. Bâle-Mulhouse et Lyon y tenaient la vedette cet été avec des vols vers neuf autres villes. Suivaient Nice et Toulouse (huit destinations), Nantes (six destinations), Bordeaux (cinq destinations) et Lille (quatre destinations).

Spécialiste de la desserte de villes secondaires, Volotea est présente sur 18 aéroports régionaux. C’est au départ de Strasbourg que le transporteur a le réseau intérieur le plus dense, desservant durant l’été neuf destinations. Nantes est aussi relié à huit villes, Toulouse à sept, Brest à cinq destinations tandis que Marseille et Nice comptent chacune quatre lignes domestiques.

Si Transavia est surtout présente pour le moment à Nantes avec quatre lignes domestiques -Marseille, Montpellier, Nice et Toulouse- le transfert des vols d’Air France à Orly et de HOP! Air France, dans les prochaines semaines vont permettre à la filiale d’Air France-KLM de se hisser au rang de premier opérateur low-cost sur le domestique. Transavia devrait en effet avoir une importante activité à Orly et Lyon.

Enfin, Ryanair propose des vols domestiques français mais son réseau a été fortement élagué avec le covid. La compagnie propose encore des lignes de Marseille sur Brest et Tours, de Nantes sur Nîmes ou de Beauvais sur Figari.

Le low-cost en route pour les 50% de part de marché

Il est probable que le trafic low-cost passagers sur les lignes intérieures devrait ainsi excéder la barre des 50% en 2021 (si la normalisation des activités aériennes s’avère substantielle). En 2019, selon les statistiques de la DGAC, cette part de marché sur les vols intérieurs s’élevait à 45,9%, soit 7,47 millions de passagers.

Easyjet s’y taillait la part du lion avec 5,26 millions de passagers suivi par Volotea avec 1,5 million et enfin Ryanair avec 0,71 million de passagers. A l’aune de la nouvelle répartition du trafic intérieur au sein du groupe Air France, la part de marché de Transavia devrait s’envoler. En 2019, le transporteur n’avait en effet comptabilisé selon la DGAC que 1 100 passagers domestiques!