Les ambitions européennes d’Air Corsica

Leader pour le transport aérien depuis et vers la Corse, Air Corsica veut plus que jamais relier l’île au territoire métropolitain mais aussi au reste de l’Europe, et même créer une véritable navette méditerranéenne. Rencontre avec Hervé Pierret, membre du Directoire de la compagnie.

Air Corsica
La direction d'Air Corsica songe à étendre le réseau de la compagnie à de nouvelles destinations en France et en Europe

C’est la petite compagnie qui monte. Présente depuis 1989, Air Corsica accélère aujourd’hui son emprise sur le transport depuis et vers l’Ile de Beauté. « La Corse est une superbe destination pour le tourisme de loisirs mais également pour le tourisme d’affaires. Et nous voulons capitaliser sur l’attrait de notre île », explique Hervé Pierret, membre du directoire de la compagnie.

De fait, le rôle de la compagnie évolue. Certes, Air Corsica c’est d’abord des lignes qui relient Paris, Marseille et Nice à Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari pour désenclaver l’île. Des lignes qui sont d’ailleurs exploitées en partenariat avec Air France et HOP !. « Nous atteignons l’équilibre entre passagers corses et continentaux sur Nice et Lyon, tandis que Bordeaux, Nantes sont des marchés émetteurs. Paris fluctue selon les saisons tandis que Marseille reste un marché très corse », décrit Hervé Pierret. Mais c’est aussi de plus en plus un réseau qui s’étoffe sur le régional français et désormais l’Europe. « Nous avons un réseau de 33 routes en 2017 entre la Corse et le Continent dont 12 lignes de service public. Nous sommes de fait la principale compagnie corse avec une part de marché de 51% » précise Hervé Pierret.

La compagnie a développé depuis 5 ans un réseau complémentaire de lignes saisonnières ou annuelles. Lyon, Roissy et Toulouse sont ainsi desservies sur toute l’année tandis que durant la saison d’été, Air Corsica relie également Clermont-Ferrand, Dôle, Nantes, Toulon et depuis cette année Bordeaux. « Nous ne desservons ni l’Est, ni Lille mais cela pourrait être une expansion logique », prévient Hervé Pierret.

nous allons étudier une desserte de l’Allemagne

En fait, Air Corsica a surtout des ambitions européennes. A commencer par la Belgique où la compagnie a troqué Liège pour Bruxelles Sud Charleroi en mars dernier. « Ce fut un vrai succès. Pour cette première saison, qui s’achève le 12 novembre, nous avons vendu près de 50 000 sièges et obtenu un taux de remplissage de 83%. Du coup, nous allons étendre notre saison de vol avec des lignes sur Ajaccio et Bastia qui seront exploitées entre la fin mars 2018 et janvier 2019. Et nous ajouterons en plus durant les mois d’été une ligne Bruxelles Sud-Calvi. Au total, ce sont 24 000 sièges supplémentaires qui seront déployés pour l’été 2018 entre la Corse et la Belgique », indique le Directeur Général d’Air Corsica. Autre nouveau développement en 2018 : l’inauguration de lignes entre plusieurs aéroports de Corse et Londres-Stansted à raison de plusieurs fréquences par semaine, entre mai à novembre. Les appareils seront pour la plupart des Airbus A320. « Là encore, nous verrons s’il est possible de prolonger la saisonnalité de ces vols en cas de succès. A plus long terme, nous allons aussi étudier une desserte potentielle de l’Allemagne », précise encore Hervé Pierret.

créer un pont aérien méditerranéen

Air Corsica se voit comme un véritable outil régional de la région Corse. « Nous avons aussi l’ambition de créer un pont aérien méditerranéen, en reliant la Corse à des régions italiennes comme la Sardaigne, la Toscane ou la Ligurie, puis à plus long terme à la Catalogne et aux Baléares. Nous travaillons sérieusement à ce projet qui pourrait se concrétiser en 2019. On a aussi l’idée d’opérer un service d’hélicoptères qui permettrait d’offrir des liaisons intra-Corse. On y réfléchit, on pose des jalons pour voir si une telle opération serait viable », affirme le Directeur Général de la compagnie.

Air Corsica a toutes les raisons de cultiver l’optimisme. Les comptes 2016/2017 se sont clôturés sur un résultat net positif de 1,9 million d’euros pour un chiffre d’affaires en légère progression à 192,4 millions d’euros. La compagnie a transporté durant son dernier exercice 1, 74 million de passagers pour une offre de sièges totale de 2,49 millions répartis sur 20 100 vols. Elle a affiché un coefficient de remplissage moyen de 70%. Sur ces 1,74 million de passagers transportés, 908 000 l’ont été sur les lignes de service public entre la Corse et Marseille /Nice et 711,000 sur les lignes de service public entre la Corse et Paris.