Air France : le grand retour en Algérie

La faillite d’Aigle Azur donne au groupe Air France une force de frappe sans précédent sur le trafic France-Algérie, et cela grâce à la DGAC qui lui a attribué l’essentiel des droits de trafic.

Air-France-Algerie
Air-France a annoncé jusqu’à 31 nouveaux vols par semaine vers l’Algérie, tandis que Transavia va ouvrir de son côté 12 routes vers 6 destinations.

Il flotte un parfum aux senteurs des années 70 sur les lignes aériennes entre la France et l’Algérie. Une époque où Air France partageait avec son homologue Air Algérie le monopole des liaisons aériennes entre les deux pays. On est aujourd’hui pratiquement dans la même situation qu’il y a 50 ans. Suite à la redistribution des droits de trafic de feu Aigle Azur par les autorités de l’aviation civile, ce sont Air France et sa filiale Transavia qui ont tiré le gros lot, récupérant une majorité de ces droits.

LIRE AUSSI : « Orly : bonne moisson de nouvelles lignes sur l’Europe« 

Air France était déjà présente avec cinq vols quotidiens entre Paris CDG et Alger, à raison de quatre vols quotidiens et, depuis décembre, d’un Paris Orly-Alger. Elle va ajouter 14 vols hebdomadaires supplémentaires depuis Alger le 4 avril prochain. La compagnie proposait aussi des vols de CDG vers Oran. S’ajouteront à partir du 4 avril un vol quotidien entre Marseille et Alger, quatre vols par semaine sur Toulouse-Alger, quatre vols/semaine sur Toulouse-Oran et enfin deux vols par semaine sur Nice-Alger mais seulement durant les mois de juillet et août.

Mais c’est surtout Transavia qui décuple son offre vers l’Algérie. Une évolution somme toute attendue, les flux France-Algérie étant essentiellement constitués de marchés affinitaires, à l’exception de Paris où existe aussi un trafic d’affaires. Transavia proposera 445 000 sièges durant la saison d’été avec 12 routes vers six destinations. Le transporteur jouera la complémentarité avec Air France en se positionnant sur Orly-Alger (14 vols/semaine), Orly- Bejaïa (3 vols/semaine), Orly-Constantine (3 vols/semaine), Orly-Oran (6 vols/semaine), Orly-Sétif (2 vols/semaine) et Orly-Tlemcen (2 vols/semaine).

En région, Transavia monte également en gamme à Lyon avec six fréquences hebdomadaires sur Alger au lieu de deux précédemment et l’ouverture de lignes vers Bejaia (1 vol/semaine), Constantine (1 vol/semaine) et Oran (1 vol/semaine). Transavia ouvrira aussi trois lignes depuis son nouveau hub de Montpellier sur Alger, Constantine et Oran. Les trois destinations seront desservies à partir de juillet par deux vols hebdomadaires. A Nantes enfin, la compagnie poursuit l’exploitation de ses vols sur Alger et Oran.

Hors le groupe Air France, la compagnie ASL Airlines a aussi réussi à obtenir quelques lignes supplémentaires, notamment une nouvelle fréquence quotidienne sur Paris CDG-Alger et de nouvelles lignes sur Paris-Annaba et Paris-Bejaia. Elle a également obtenu des fréquences sur Lyon-Alger, Lille-Alger et Lille-Oran. La low cost Volotea a elle aussi été récompensée avec des vols Bordeaux-Alger, Lyon-Sétif ainsi que vers toutes les principales villes algériennes au départ de Marseille, hormis Alger. Quant aux autres postulants – easyjet, Ryanair et Vueling-, leurs demandes de fréquences sur l’Algérie ont toutes été rejetées.

En 2018, le trafic entre la France et l’Algérie avait représenté 4,55 millions de passagers, en baisse de 4,5% dont 4,52 millions sur des lignes régulières. En 2019, ce trafic a de nouveau baissé en regard de la disparition d’Aigle Azur à la fin septembre. Il s’établissait selon les premiers chiffres de la DGAC à 4,4 millions, un trafic de nouveau en baisse de 4,5% par rapport à 2018. Mais 2020 devrait changer la donne d’autant que Transavia a promis d’être compétitif côté prix.