Algérie : les compagnies à l’assaut des lignes d’Aigle Azur

La Pdg de Transavia, Nathalie Stubler, a annoncé vouloir récupérer le réseau Algérie de feu Aigle Azur. Un marché juteux de plus de 1,3 million de passagers annuels, soit 30% de tout le trafic passagers. Mais elle n’est pas la seule : ASL et même Vueling revendiquent aussi avoir une part du gâteau franco-algérien.

Aigle Azur
Suite à la faillite d'Aigle Azur, plusieurs compagnies se positionnent sur l'axe France-Algérie

Il était certain que le réseau France-Algérie d’Aigle Azur allait aiguiser les appétits de la concurrence. C’est fait : en début de semaine, la PDG de Transavia, Nathalie Stubler a confirmé au micro de diverses radios l’intérêt de la compagnie pour reprendre une douzaine de lignes qu’exploitait la compagnie Aigle Azur. Le transporteur low-cost exploite déjà quelques lignes depuis Lyon et Nantes vers l’Algérie et elle entend pouvoir se positionner sur plus de lignes. Un positionnement qu’a confirmé récemment Anne Rigail en déclarant que « c’est un marché qui nous intéresse, à la fois pour Air France et pour Transavia ». Transavia a, de fait, de grandes chances de monter en puissance depuis ses escales d’Orly, Lyon et Nantes tandis qu’Air France pourrait bénéficier de nouvelles lignes depuis Roissy vers Constantine et Annaba.

Parallèlement, ASL souhaite aussi se positionner sur l’axe France-Algérie. La compagnie estime avoir un atout de taille : son indépendance vis-à-vis du groupe Air France KLM, permettant ainsi une plus grande concurrence entre un possible duopole Air Algérie-Groupe Air France. ASL exploite déjà des vols de Paris CDG vers Alger et des vols réguliers durant la saison été de Bordeaux, Perpignan et Strasbourg vers plusieurs villes d’Algérie. La low-cost espagnole Vueling dessert également la ligne Marseille-Alger et pourrait monter en puissance sur d’autres lignes depuis la métropole phocéenne.

Enfin, Air Algérie a aussi manifesté son intérêt pour récupérer certaines lignes aériennes. Le transporteur national algérien a déjà assuré des vols supplémentaires pour pallier à l’arrêt des lignes d’Aigle Azur – notamment sur Orly, Lyon et Bâle-Mulhouse. Les responsables de la compagnie souhaiteraient reprendre ses lignes temporaires comme elle l’a annoncé à un quotidien algérien El Watan.

A terme, ce serait donc l’ensemble des lignes aériennes France-Algérie qui devraient retrouver un nombre de vols hebdomadaires similaires à celui de l’hiver dernier. Les autorités françaises et algériennes de l’aviation civile devraient se prononcer sur la ré-attribution des droits de trafic en novembre. En attendant, les prix des billets sont au plus haut face à la pénurie de vols…

Vous aimez cet article ? Recevez notre newsletter