Air France-KLM: résultats influencés par les restrictions au 3ème trimestre

L’impact de nouvelles restrictions aux voyages à partir de septembre a pesé sur les résultats du groupe Air France-KLM au troisième trimestre. Le binôme aérien a annoncé des recettes en baisse de 67% ( 2 524 millions d’euros) et un nombre de passagers en retrait de presque 70% (8,8 millions). Ces chiffres intègrent l’activité de la compagnie Transavia.

Au total, le groupe Air France-KLM aura perdu au troisième trimestre 1,05 milliard d’euros. Cela représente une baisse de -1,95 milliard d’euros par rapport à l’année dernière. Les recettes unitaires ont diminué de -44,5 % à taux de change constant par rapport à l’année dernière. un résultat du principalement à la baisse des coefficients de remplissage sur le long-courrier.

Selon Benjamin Smith, directeur général du Groupe, « après une reprise prometteuse pendant l’été, la fermeture progressive des frontières internationales dans la seconde moitié du mois d’août et la résurgence de la pandémie ont fortement pesé sur nos résultats au troisième trimestre. Nous avons accéléré la mise en œuvre de mesures de réduction des coûts et de préservation de notre trésorerie. Nous travaillons également sur différents moyens tels que des tests de détection rapide. Ils permettraient de rétablir le trafic dans les meilleures conditions sanitaires pour nos clients et nos employés ».

Le confinement français pèsera sur le 4ème trimestre

Les perspectives du quatrième trimestre devraient se traduire par un nouveau recul de l’activité avec les confinements et restrictions qui frappent de nouveau l’Europe. Le groupe ne voit guère de visibilité sur la reprise car le comportement des passagers varie à très court terme, au gré des restrictions de voyage imposées.

Air France-KLM indique d’ailleurs que la période de confinement depuis le 30 octobre en France est une nouvelle difficulté. Le groupe s’attend désormais à une capacité en sièges-kilomètres disponibles représentant 45% de la capacité de 2019 pour KLM. Elle serait inférieure à 35% pour Air France au quatrième trimestre 2020. L’absence de trafic long courrier et le retard de la reprise du trafic affaires vont continuer de déprimer la recette individuelle.

Benjamin Smith veut pourtant garder un peu d’optimisme. Dans le communiqué du groupe, le directeur général souligne que « nous sommes engagés dans une transformation profonde de notre Groupe avec l’objectif de sortir de cette crise dans une position plus forte, prêts à
relever les défis futurs de notre industrie. Si le transport aérien continuera à relier les personnes et les cultures, nous anticipons des évolutions dans les attentes des clients. »