Timide ouverture à la concurrence sur les lignes ferroviaires aux Pays-Bas

Le gouvernement des Pays-Bas vient de donner son feu vert au projet du Britannique Arriva de débuter trois lignes ferroviaires à l'intérieur du pays. C'est un tout petit pas vers plus de concurrence...
Train Arriva (Photo: Wikipedia Commons)

Le gouvernement néerlandais -plutôt d’obédience libéral- a jusqu’à présent montré une certaine réticence à ouvrir le réseau des NS (Nederlandse Spoorwege), l’entreprise nationale ferroviaire. De fait, il a prolongé la concession de monopole à NS sur dix ans en 2015, concession qui donc s’arrêtera à la fin 2024.

Cependant, les lignes bougent. Le gouvernement vient ainsi d’approuver une première concession à l’opérateur Arriva Netherlands, filiale internationale de la Deutsche Bahn. L’opérateur est la première entreprise privée en Europe de transport privé avec plus de deux milliards de voyageurs par an dans 14 pays du continent. Arriva NL a déposé en juin une demande d’exploitation de services ferroviaires régionaux en accès libre.

Deux lignes de nuit, une ligne de jour

L’autorisation lui a été donnée le 16 septembre par l’Autorité des Consommateurs et des Marchés des Pays-Bas (ACM). L’entreprise veut dans une première phase proposer trois lignes ferroviaires. Deux services de nuit devraient relier l’aéroport d’Amsterdam Schiphol à Groningen au nord-est et à Maastricht au sud du pays. La ligne serait hebdomadaire et permettrait aux passagers d’arriver très tôt le matin à l’aéroport pour bénéficier de toutes les correspondances. La démarche permettrait de réduire le trafic automobile vers l’aéroport et donc serait écologiquement viable.

L’autre ligne sera un service de jour entre deux villes du centre des Pays-Bas, Apeldoorn et Amersfoort. Il opérerait jusqu’à cinq fois par jour. L’opérateur ferroviaire supportera tous les coûts et risques associés aux services. Arriva ne recevra en effet aucune concession officielle de l’Etat néerlandais.

Selon les règlements en vigueur de l’UE, les services ferroviaires dits « d’accès libre » peuvent être lancés depuis cette année. A la condition qu’ils n’aient pas d’incidence négative importante sur un contrat de service public existant. Après enquête, l’ACM a conclu que la nouvelle concession aurait un impact négatif négligeable. Elle pèserait pour 0,03 point sur la marge bénéficiaire des NS. Arriva envisage ainsi de commencer l’exploitation de ses services en décembre 2022.

Selon Anne Hettinga, directrice générale d’Arriva Netherlands,  » l’accès ouvert sera un nouveau territoire pour nous, mais nous nous réjouissons de l’occasion qui nous est donnée d’améliorer notre offre aux passagers et d’étoffer notre portefeuille d’opérations de transport public aux Pays-Bas. »