Déconfinement : retour à la normale progressif et prudent

Déplacements autorisés, mais limités à 100 km ; télétravail encouragé ; masques obligatoires dans les transports : le déconfinement se fera prudemment.

La stratégie de déconfinement a été présentée hier par le Premier Ministre Edouard Philippe.

Une liberté de circulation, mais sous conditions. Si le déconfinement aura bien lieu le 11 mai comme annoncé, les déplacements resteront encore largement encadrés, uniquement autorisés dans une limite de 100 km hors motifs professionnels ou familiaux impérieux. La sortie du confinement se fera donc « progressivement » et « prudemment » selon les termes du premier ministre Edouard Philippe avec, dans un premier temps, des départements en vert, où il sera appliqué plus largement, et en rouge, avec des mesures plus strictes.

Les voyages longue distance en France sont donc pour l’instant prohibés, et le télétravail reste globalement encouragé pour les entreprises et les collaborateurs qui le peuvent. Dans ce cadre, à la fois acteur majeur des déplacements et employeur responsable, la SNCF a décidé de prolonger jusqu’au 8 juin 2020 le recours au télétravail systématique dans ses sièges nationaux et territoriaux. « En tant que dirigeant d’entreprise de transport collectif, ma première priorité est d’assurer la sécurité sanitaire pour nos collaborateurs et nos clients, a déclaré Jean-Pierre Farandou, PDG de la compagnie ferroviaire. J’encourage l’ensemble des entreprises qui le peuvent à prendre les mêmes dispositions en cette période difficile. » Maintenant présenté le plan de déconfinement gouvernemental, la SNCF est en train de finaliser son plan de transport et les mesures sanitaires et opérationnelles qui vont l’accompagner, le tout devant être précisé en fin de semaine ou en début de semaine prochaine.

Dans une interview accordée à Europe 1 le 29 avril, le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a précisé la logique future en ce qui concerne les transports : « le plus d’offre possible, le moins de monde possible aux heures de pointe avec le recours au télétravail et l’étalement des heures d’arrivée dans les entreprises. » Car, si les déplacements professionnels de plus de 100 km seront limités, les trajets domicile-travail devraient reprendre progressivement avec, comme enjeu, la poursuite des gestes barrières et précautions sanitaires afin d’éviter une seconde vague de la pandémie, à commencer par la distanciation sociale. Dans ce cadre, « le télétravail massif est la principale mesure qui permet de laisser les places dans les trains aux personnes devant absolument se rendre physiquement sur leur lieu de travail », a souligné Jean-Pierre Farandou.

Jean-Baptiste Djebbari estimait que, dès le 11mai, « 30 % des personnes qui prennent habituellement les transports en commun reviendront, avec une montée rapide tout au long des mois de mai et juin. » En région parisienne, ce sont donc deux millions de personnes qui sont attendues sur les quais des métros et RER. Interrogée sur France Inter le 24 avril dernier, Catherine Guillouard, PDG de la RATP, expliquait travailler « sur un scénario qui vise à rallumer 70% de l’offre du réseau en moyenne » à partir du 11 mai, les lignes automatiques 1 et 14 tournant pour leur part à 100 %.

Marquages au sol, condamnation d’un siège sur deux, comptage et filtrage… Quels seront les solutions adoptées dans le réseau francilien pour limiter les contacts entre voyageurs ? De nombreuses questions restent en suspens afin de lever les inquiétudes des usagers. Reste une certitude, l’obligation de porter un masque dans tous les transports publics. Sans doute l’outil professionnel le plus essentiel en ces temps de pandémie.