Etude : la GBTA s’invite à la table des voyageurs d’affaires

La GBTA vient de publier une étude sur les habitudes « gastronomiques » des voyageurs d’affaires, sous un angle générationnel. Où l’on apprend que les plus jeunes sont adeptes de frugalité.

Restaurant Alta Vista, Astana
GBTA a sondé les voyageurs d'affaires américains sur leurs habitudes alimentaires

On ne peut pas reprocher aux « Millennials » d’afficher des goûts de luxe lorsqu’il s’agit de se sustenter pendant un déplacement professionnel : voilà ce qui ressort d’une étude publiée le 7 août par la GBTA (Global Business Travel Association), réalisée en partenariat avec Dinova. D’après ce rapport intitulé « Taking a bite out of Business Dining »,  la majorité (51%) des voyageurs de 18 à 34 ans recourt à la restauration rapide pendant un voyage d’affaires. Dans 18% des cas, ces jeunes professionnels prennent leur petit-déjeuner à emporter. En outre, les Millennials se montrent plus réticents à l’idée de s’accorder de petits « extras », même s’ils sont prévus dans leur politique voyages : 66% d’entre eux éviteraient par exemple de recourir au service de chambre. Visiblement – et sans grande surprise – le goût du confort vient avec l’expérience. En effet, une large majorité (79%) des professionnels âgés de plus de 55 ans s’accordent un dîner haut de gamme pendant leurs déplacements professionnels. Les critères de recherche confirment d’ailleurs le fossé générationnel : alors que 53% des Millennials recherchent avant tout le restaurant le plus proche, 70% des « Boomers » (55 ans et plus) ciblent la table la mieux notée. En « fouillant » un peu dans le smartphone des voyageurs d’affaires, on découvre aussi qu’une large majorité (74%) des professionnels les plus âgés ont installé l’application Yelp – spécialisée justement dans les avis de clients, notamment dans la restauration – contre seulement 36% chez les plus jeunes. A l’inverse, ces derniers ont souvent souscrit (45%) à l’application de livraison Uber Eats, contre 16% chez leurs aînés… Notons toutefois que seuls des voyageurs d’affaires américains – 509 d’entre eux pour être exact – ont été sondés par la GBTA dans le cadre de cette étude.