Euralille : un TGV d’avance

Ce projet, pensé à la fin du dernier millénaire, s’envisage comme un espace urbain en constant devenir, adaptable aux exigences de chaque décennie.

La tour de Lille, dessinée par Christian de Portzamparc. © OTCL Lille /Laurent Ghesquière
La tour de Lille, dessinée par Christian de Portzamparc. © OTCL Lille /Laurent Ghesquière

Étendu sur 150 hectares, à quinze minutes à pied de l’hyper-centre, le projet Euralille a été pensé dès les années 1980, lorsque Pierre Mauroy, alors maire de Lille, avait envisagé la construction d’une gare dédiée à la ligne TGV Nord sur l’espace laissé vacant par les anciennes fortifications qui l’entouraient. Aux alentours devait naître un quartier d’affaires capable de redynamiser une économie frappée par la désindustrialisation.

C’est à l’architecte star néerlandais Rem Koolhaas que l’on confia les plans d’urbanisation de cette “ville dans la ville”. La première phase, Euralille 1, a été entamée dès les années 1990 entre la gare de Lille Flandres et celle dédiée aux TGV de Lille Europe. Berceau du projet, il s’agit désormais d’un lieu d’entrecroisement de mobilités où se rencontrent train, tram, bus, métro, vélo… Mais c’est aussi le cœur d’un quartier où les bureaux côtoient des logements et écoles, ainsi qu’un grand centre commercial conçu par Jean Nouvel, l’un des premiers bâtiments iconiques avec la tour de Lille de Christian de Portzamparc.

Puis, à partir des années 2000, la phase 2 a vu l’extension d’Euralille vers le sud avec, entre autres, la réalisation du Bois habité, inauguré en septembre 2012 et comprenant 600 logements entourés de végétation. Aujourd’hui, c’est le projet Euralille 3000 qui est en cours. Pour renforcer le hub tertiaire, l’idée est d’ajouter de nouveaux bureaux, mais aussi des logements et des commerces. Objectif : faire d’Euralille un vrai quartier animé 24h/24. De cette nouvelle phase, lancée en 2016, plusieurs projets ont vu le jour cette année.

Le projet Euralille 3000 est en cours. Objectif : en faire un quartier animé 24h/24, avec des bureaux, mais aussi des logements et des commerces.

Parmi eux, le Swam – sorte d’îlot urbain où l’on trouve un restaurant panoramique, un hôtel Mama Shelter, des commerces avec toit végétalisé, des espaces de bureaux intelligents –, mais aussi l’immeuble Ekla Business ou encore les espaces publics d’Euraflandres, un projet porté entièrement par la ville afin, entre autres, de refaire la chaussée en granit bleu et donner au quartier une uniformité. Autre opération d’envergure, un écosystème tertiaire, le ShAKE, englobant du coworking, une crèche, des commerces, ainsi que le siège de la Caisse d’Épargne Hauts de France, un restaurant et un toit-terrasse-potager, le tout devant voir le jour en 2021.

Alors que les travaux de la phase Euralille 3000 ont commencé, nous nous préoccupons déjà de savoir comment régénérer le quartier d’affaires initial, celui des années 1990. Les problématiques urbaines sont en constante évolution, et actuellement, on se pose surtout la question du comment vivre dans un quartier d’affaires”, explique Sébastien Mercier, responsable du développement et de la commercialisation de la SPL Euralille.

Mobilité et centralité

Économiquement, Euralille fonctionne comme un support pour la Métropole européenne de Lille. “L’un des grands atouts d’Euralille, c’est la mobilité et la centralité, ce qui fait que les opérations de développement trouvent facilement preneurs”, poursuit Sébastien Mercier. De plus, ayant été construit sur une zone vierge, il reste quelques “dents creuses” à Euralille, des espaces encore non exploités. D’où l’importance d’opérations comme le Swam ou le ShAKE, vecteurs d’attractivité étant à la fois lieux de vie, de travail et de loisirs.

Si la livraison finale du quartier devrait avoir lieu dans une quinzaine d’années, à l’horizon 2035, Euralille aura pour vocation de progresser continuellement. “Une fois ces “dents creuses” remplies, on réinterviendra. La société est en constante mutation, conclut le responsable du développement d’Euralille. Elle propose en permanence de nouveaux modes de travail. Les immeubles de bureaux devront sans cesse être réhabilités.” Parmi les derniers projets à réaliser dans ce quartier où l’on compte par ailleurs de nombreux espaces de verdure comme le parc Matisse ou le Jardin des géants : la couverture de l’autoroute A1. Livraison finale dans une dizaine d’années.

  • 3e

    Euralille représente un parc de bureaux de 450 000 m²  pour un total de 16 000 salariés. Ce qui en fait le troisième quartier d’affaires en France, après ceux de La Défense à Paris et de Lyon-Part-Dieu.

  • 200

    200 entreprises sont présentes à Euralille, allant des secteurs traditionnels comme la banque, les assurances, le conseil ou l’audit, aux sièges de collectivités publiques ou de directions régionales.

  • 26 000

    C’est la surface totale en m²  de l’immeuble Ekla Business, répartie en 15 000 m² de bureaux, 850 m² de locaux commerciaux en pied d’immeuble et près de 130 logements neufs.