Le passeport japonais ouvre (presque) toutes les portes du voyage d’affaires

Pour la deuxième année consécutive, le Japon reste en tête du classement établi par Henley&Partners et IATA (International Air Transport Association). Selon le Global Henley Passport Index, le passeport japonais permet aux voyageurs d’affaires d’accéder sans visa à 190 pays en 2019.
passeport japonais
Pour la deuxième année de suite, le passeport japonais est désigné comme le plus "pratique" pour les voyageurs d'affaires

Henley&Partners et IATA établissent chaque année le Global Henley Passport Index en classant 199 passeports en fonction du nombre de pays auxquels ils permettent d’accéder sans visa. Et pour la deuxième année consécutive, c’est le passeport japonais qui arrive en tête du palmarès. Celui-ci ouvre en effet les portes de 190 destinations sur les 227 prises en compte.

Singapour et la Corée du Sud (189) se partagent la deuxième marche du podium, tout comme l’Allemagne et la France (188) en troisième position. Le passeport français maintient ainsi son rang par rapport au précédent palmarès du Global Henley Passport Index.

A l’inverse – comme en 2018 du reste – les passeports délivrés par les autorités irakiennes et afghanes ont une portée limitée. Seules 30 destinations sont accessibles sans visa à leurs propriétaires.

En se retournant vers les précédents classements, certaines évolutions peuvent interpeller. Ainsi, l’étude menée par Henley&Partners montre que les Émirats Arabes Unis (22e), la Colombie (42e), le Tuvalu (42e) et la Chine (69e), ont progressé de cinq places par rapport à 2018. La tendance s’inverse pour les voyageurs d’affaires anglo-saxons : premiers du classement en 2015, les États-Unis et le Royaume-Uni occupent désormais la sixième place.

Si nombre de pays africains sont encore limités en termes de mobilité internationale, Ryan Cummings, directeur de Signal Risk, se veut optimiste : « L’Afrique reste à la traîne par rapport au reste du monde. Cela dit, elle va certainement dans la bonne direction en ce qui concerne l’amélioration de l’ouverture des visas. Au cours de l’année écoulée, plusieurs pays africains – notamment l’Angola, l’Éthiopie, le Kenya, la Namibie et le Sénégal – ont assoupli les exigences en matière de visas, avec l’intention de renforcer le commerce, la coopération et la sécurité », souligne Ryan Cummings.