L’ACI analyse l’impact Omicron sur le trafic des aéroports européens

C'est sans surprise que l'ACI Europe (Airport Council International) constate les effets négatifs du variant Omicron sur le trafic aérien des aéroports du vieux continent.
L'ACI Europe constate les dégâts infligés par le variant Omicron sur le trafic passagers
Les aéroports régionaux perdent de nouveau du terrain avec le variant Omicron selon l'ACI Europe (Photo : Luc Citrinot)

L’ACI Europe, l’association européenne des aéroports, a publié les premières données préliminaires sur l’impact du variant Omicron sur le trafic passagers européen.

Suite à l’annonce public par l’Afrique du Sud à l’OMS du nouveau variant, on estime que dans la période de 3 semaines qui a suivi (semaines 47 à 49), le trafic passagers dans les aéroports européens a chuté de -20%. Au cours de la même période, les coefficients de remplissage ont diminué de 66 % (semaine 46) à 54 % (semaine 49).

L’ACI constate pourtant une légère reprise, en raison de l’approche des fêtes de fin d’année. La 50ème semaine a vu le trafic passagers augmenter de +9% par rapport à la semaine précédente. Les coefficients d’occupation ont regagné deux points à 56%.

Pour Olivier Jankovec, Directeur Général de l’ACI Europe, « il n’est pas surprenant que les interdictions de vol vers l’Afrique australe et les restrictions de voyage fluctuantes imposées par de nombreux gouvernements aient eu un impact direct sur les niveaux de trafic au cours des dernières semaines. Les voyages d’affaires ont été les premiers à reculer. Ils sont suivis désormais par les voyages d’agrément, compte tenu de l’incertitude extrême et des perspectives de nouvelles restrictions sur les voyages et la vie locale ».

Un premier trimestre 2022 affecté

L’ACI met en outre en garde contre une inversion de la dynamique de reprise du trafic passagers au cours des dernières semaines et pour le reste de l’année. Selon ses prévisions, le trafic passagers sur le réseau européen devrait rester inférieur de 60% aux volumes enregistrés avant la pandémie.

Olivier Jankovec est d’ailleurs plutôt pessimiste pour le premier trimestre.  « Au-delà de la période des fêtes, il ne fait aucun doute qu’Omicron fera sentir ses effets sur le trafic passagers au cours du premier trimestre de 2022« .

Tout dépendra largement des mesures adoptées par les gouvernements sur les conditions de voyage. Et la tendance actuelle est à l’anticipation préventive chez les politiques…