La Rochelle : un Convention Bureau pour dynamiser le tourisme d’affaires

La Rochelle Tourisme et Evénements se dote d'un Convention Bureau, devenant une des rares villes françaises de cette taille à avoir un tel service dédié au tourisme d'affaires, le tout s'accompagnant d'une certification ISO 20121 en cours et de l'extension de l'espace Encan.
L'espace Encan, le long du port de La Rochelle (c)Francis Giraudon
L'espace Encan, le long du port de La Rochelle (c)Francis Giraudon

Comment mieux marquer ses ambitions concernant le tourisme d’affaires qu’en créant un Convention Bureau ? Si la plupart des grandes destinations françaises ont un service dédié aux professionnels du tourisme d’affaires et au marketing de leur offre MICE, en revanche, la chose est plus rare pour les villes de taille moyenne. A l’exception de Cannes sans doute, mais aussi, depuis mai dernier, de La Rochelle. « Des agglomérations de la taille de la Rochelle à avoir un Convention Bureau, il ne doit pas y en avoir beaucoup« , remarque Nicolas Martin, directeur de La Rochelle Tourisme & Événements.

Le projet était en germe depuis quelque temps et part du constat que, d’un côté, La Rochelle Tourisme & Événements exploitait des lieux de congrès, l’espace Encan et la halle Perthuis, et de l’autre, l’office du tourisme s’occupait à faire venir les voyageurs loisirs. Mais que, jusqu’ici, il n’y avait rien entre les deux pour aller chercher une clientèle de tourisme d’affaires pour les espaces de La Rochelle Tourisme & Événements comme pour tous les acteurs touristiques de la ville. « Ils étaient en attente d’un tel lancement, souligne Nicolas Martin. D’autant que l’impact du tourisme d’affaires se diffuse à plus de secteurs que le loisirs. Ingénieurs son, fleuristes, intermittents du spectacle : tous ces professionnels sont ravis d’intégrer cette dynamique. »

La Rochelle s'attend à une année 2022 record pour le tourisme d'affaires.
La Rochelle s’attend à une année 2022 record pour le tourisme d’affaires.

La mise en place de ce Convention Bureau va s’accompagner de la mise en place d’outils de communication et de promotion, jusque là inexistants, notamment la première version d’un meeting guide qui paraîtra en septembre. La Rochelle Tourisme & Événements va aussi s’enrichir son site internet avec la présentation de l’ensemble de l’offre tourisme d’affaires de la ville, et non plus seulement de ses propres espaces. « A partir de là, tout va s’enchaîner. Nous présenterons un projet à l’automne prochain pour l’année 2023« , précise le directeur de La Rochelle Tourisme & Événements.

Cette fédération des énergies des acteurs du tourisme de La Rochelle se manifestera aussi notamment autour de la participation à des salons professionnels, des réunions bimestrielles de networking ou encore un club animé par La Rochelle Tourisme & Evénements en lien avec le tourisme de la ville et de Chatelaillon Plage et qui comporte déjà près de 90 professionnels. Le tout afin de répondre à un principal besoin : dynamiser les périodes creuses, de décembre à avril, en partant à la conquête de nouveaux clients. « Au moins de juin, nous aurions pu remplir dix fois la ville, tellement nous avons eu de demandes, mais il y a des périodes pour lesquelles il est nécessaire de plus se mobiliser« , explique Nicolas Martin.

Bien sûr, par delà ce positionnement « quatre saisons » de la destination, La Rochelle n’a pas la prétention de jouer dans la cour des Paris ou Lyon, n’ayant pas les infrastructures de taille à accueillir de grands congrès internationaux. La ville atlantique se concentre avant tout sur les événements d’entreprise et les congrès nationaux ou intra régionaux de la façade Atlantique, étant à mi chemin entre Nantes et Bordeaux, entre la Bretagne et l’Espagne, le tout s’ajoutant à un bon accès depuis Paris.

Pour séduire les organisateurs, le tourisme rochelais mise, et il n’est évidemment pas le seul aujourd’hui, sur un sujet d’actualité : l’éco-responsabilité. Alors que l’office de tourisme de La Rochelle a obtenu la marque Qualité Tourisme en mai dernier, le lancement d’un Convention Bureau va s’accompagner à la fin de l’été d’un chantier visant à améliorer l’empreinte carbone des acteurs de l’événementiel et du tourisme. Un chantier déjà amorcé par La Rochelle Tourisme et Evénements qui vise l’obtention de la certification ISO 20121 d’ici fin 2023, en parallèle d’une démarche de labellisation Destination Innovante Durable.

Dans ce cadre, alors que les travaux d’extension de la grande halle de l’espace Encan ont commencé, afin de porter d’ici fin 2023 sa surface à 5000 m2, contre 3500 m2 actuellement et de pouvoir donner plus de place aux événements ou de pouvoir en accueillir deux en même temps, une deuxième tranche de travaux devrait faire évoluer le modèle énergétique. « C’est encore en phase réflexion, mais des investissements devraient être prévus à cet effet à partir de 2024« , précise Nicolas Martin.

De quoi soutenir à l’avenir une activité déjà revenue au plus haut. « Entre les projets qui avaient été reportés et les nouveaux événements, nous sommes partis pour faire une année 2022 record en matière de chiffre d’affaires et de fréquentation. Par exemple, cette semaine, La Rochelle accueille Sunny Side of the doc, qui est un peu le MIDEM du documentaire. Son visitorat a retrouvé le niveau de 2019« , souligne Nicolas Martin. Reste que le directeur de La Rochelle Tourisme & Événements se montre toujours prudent quand il s’agit d’évoquer l’avenir « avec le contexte géopolitique et ce virus farceur.«