La Rochelle : les atouts de la proximité et de l’éco-responsabilité

Si La Rochelle enregistre comme partout une vague d'annulations d'événements en ce mois de janvier, la destination MICE met en avant sa proximité et son approche éco-responsable pour séduire les organisateurs.
Donnant sur les quais, l'espace Encan, un des principaux lieux événementiels de La Rochelle. (c)StudioOuest_LRTE
Donnant sur les quais, l'espace Encan, un des principaux lieux événementiels de La Rochelle. (c)StudioOuest_LRTE

Demandes de report, annulations d’événements : après une nette reprise à partir de l’été dernier, La Rochelle n’a pas échappé à la nouvelle passe difficile traversée par le secteur événementiel depuis la mi décembre. « De septembre à décembre, notre activité a été équivalente à ce qu’elle était en 2019, et sans cela elle aurait même été sans doute supérieure« , constate Nicolas Martin, directeur de La Rochelle Tourisme & Événements. D’autant que la fréquentation des événements accueillis enregistrait au pire « une légère baisse, voire était quasi identique à ce que nous connaissions avant« , souligne-t-il.

Rencontres festives en fin d’année, cérémonies de vœux en janvier : toutes ces manifestations qui, par essence, ne peuvent être décalées ont été passées par pertes et profits. « Pour le reste, les événements prévus en janvier ont été reportés, explique Nicolas Martin. Quant à ceux de février, les annulations sont encore marginales. On sent cette envie de ne pas les différer, que ce soit d’un mois ou d’un an. »

Avec toutes ces perturbations actuelles, le risque est en effet de voir se créer un embouteillage d’événements si la situation actuelle devait traîner en longueur. « Ca va devenir compliqué de trouver de la place sur le premier semestre, notre carnet de commandes pour 2022 étant sur des bases supérieures à celle de 2019, remarque Nicolas Martin. C’est plus qu’un rattrapage : il y a un effet report, mais aussi de nouveaux événements auxquels s’ajoutent ceux qui sont récurrents. »

La destination, qui se positionne sur les congrès de 1000 à 2000 personnes, a de quoi séduire les organisateurs avec son offre compacte. Gare, lieux événementiels, hôtels, restaurants, activités : tous sont accessibles à pied, en quelques minutes. Restent des handicaps – pas d’aéroport international à proximité, l’éloignement des grandes métropoles – qui font que La Rochelle se cantonne essentiellement au marché franco-français. Des handicaps qui, avec les conséquences de la pandémie, pourraient aujourd’hui se transformer en avantages avec cette tendance croissante aux événements de proximité. « A l’avenir, les grands messes internationales pourraient être remplacées par plusieurs rencontres de portée locale, dédiées à une cible française ou européenne. La Rochelle a une carte à jouer sur ce segment-là, c’est mon intuition« , souligne le directeur de La Rochelle Tourisme & Événements.

Ville pionnière de l’écologie urbaine sous l’impulsion de son ancien maire Michel Crépeau, La Rochelle entend continuer à jouer sur ce créneau porteur avec pour volonté de retrouver un temps d’avance sur tous ces sujets auxquels les organisateurs sont de plus en plus attentifs. « Tous les centres de congrès français se sont engagés dans une démarche RSE, une certification ISO 20121. Nous souhaitons aller plus loin« , présente Nicolas Martin. Plus loin donc que l’optimisation de la gestion d’énergie ou des déchets, devenue des classiques en s’intéressant à l’impact global d’un événement.

« Par exemple, beaucoup d’organisateurs nous demandent aujourd’hui de concevoir des choses hybrides. Quand on y réfléchit, avec le numérique, un événement hybride a une empreinte carbone 50 % plus élevée, mais ça ne se voit pas, souligne le directeur de La Rochelle Tourisme & Événements. Dans le même ordre d’idée, pour donner de la viralité à l’événement, les participants sont invités à publier des messages sur Twitter, Instagram ou Facebook. Là aussi, ça a une empreinte. Il n’est pas logique de dire aux participants ‘venez en vélo et mangez bio et les inciter à faire 20 posts par jour’. »

Faut-il retransmettre toutes les plénières en streaming ? Proposer des buffets sans doute moins garnis, mais avec des produits locaux et bio, souvent plus chers ? La Rochelle Tourisme & Événements entend inviter les organisateurs à se poser des questions, à faire certains arbitrages. « On va être dans cette logique de sobriété, mais aussi de qualité« , explique Nicolas Martin. Dans le courant de l’année, La Rochelle Tourisme & Événements va ainsi formaliser une offre de services au regard de cette évolution, mise en pratique autour de quelques événements tests.

L’actualité de l’offre événementielle de La Rochelle sera marquée par la fermeture du parc des expositions, annoncée de longue date et qui sera effective à l’été prochain. Une mise à l’arrêt qui limitera les capacités de la ville à accueillir de grands concerts et certains événements grand public comme le salon Atlantica, consacré à l’hôtellerie de plein air et qui sera organisé à Niort l’année prochaine, ou la foire-exposition de La Rochelle, des discussions étant en cours pour trouver une solution d’accueil alternative.

En revanche, les événements corporate n’en seront pas affectés. Les espaces événementiels de La Rochelle vont même profiter d’un programme d’investissement en préparation fin 2022 et 2023. Au programme : l’extension de la grande halle de l’espace Encan, sur 1 500 m2, qui permettra au lieu d’accueillir de plus grands événements ou plusieurs manifestations en même temps. A horizon 2023-2024, et dans une logique de RSE, la configuration des espaces sera repensée pour rendre le lieu à la fois plus économe en énergie, mais aussi plus confortable.