Avion, train, taxi, métro : fin du masque le 16 mai

Le Ministre de la Santé a annoncé mercredi que le masque ne serait plus obligatoire dans les transports à partir de lundi, qu'il s'agisse de déplacements en métro, en train, ou en avion.
aérien
"La situation sanitaire, en constante amélioration, nous permet de lever l'obligation du port du masque dans tous les transports, dès lundi", a indiqué le Ministre de la Santé Olivier Véran

La nouvelle était attendue de tous, et tout particulièrement des voyageurs d’affaires habitués aux vols long-courriers : à partir de lundi, le 16 mai, le masque ne sera plus obligatoire pour voyager. « La situation sanitaire, en constante amélioration, nous permet de lever l’obligation du port du masque dans tous les transports, dès lundi » indique Olivier Véran, avant d’ajouter : « Il reste recommandé, notamment pour les personnes fragiles ». Trains, métros, bus, taxis : tous les trajets du quotidien sont concernés par cette décision annoncée à l’issue du Conseil des ministres du 11 mai. Mais également les déplacements professionnels à plus grande échelle. Car l’aérien sera aussi exempté de masque à l’échelle européenne.

En effet, deux instances européennes ont communiqué quelques heures plus tôt sur une décision équivalente concernant les voyages en avion : l’Agence européenne de la sécurité aérienne (Aviation Safety Agency, EASA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC). Leur communiqué conjoint faisait office de mise à jour des mesures de sécurité sanitaire pour les voyages aériens, en abandonnant la recommandation du port obligatoire de masques dans les aéroports et à bord des appareils. « À partir de la semaine prochaine, les masques faciaux ne devront plus être obligatoires pour les voyages aériens, ce qui s’aligne globalement sur l’évolution des exigences des autorités nationales en Europe en matière de transport public », indique le directeur exécutif de l’ EASA, Patrick Ky. « Pour les passagers et les équipages aériens, il s’agit d’un grand pas en avant dans la normalisation du voyage aérien. Les passagers doivent toutefois se comporter de manière responsable et respecter les choix des personnes qui les entourent. Et un passager qui tousse et éternue devrait fortement envisager de porter un masque facial, pour rassurer les personnes assises à proximité ». Hasard du calendrier ? Pas vraiment. Olivier Véran a en effet indiqué mercredi : « Nous suivons l’ECDC qui vient de publier ce matin cette recommandation qui va dans le sens de ce que nous étions nous-mêmes en train de décider dans le cadre du Conseil de Défense et de Sécurité Nationale ».

Le porte-parole d’Air France contacté mercredi a par ailleurs confirmé la nouvelle, en apportant une précision : « Air France a pris connaissance des déclarations du gouvernement concernant la levée prochaine de l’obligation du port du masque dans les transports. Air France se conformera aux dispositions légales lorsque celles-ci entreront en vigueur. Ainsi, ses clients ne seront plus tenus de porter un masque à bord de ses vols, sauf si le port du masque est exigé par le pays de destination ».

De son côté, le directeur général de IATA, Willie Walsh, s’est félicité de l’assouplissement prôné par les instances européennes, évoquant « une autre étape importante sur la voie du retour à la normale pour les passagers aériens. Les voyageurs peuvent se réjouir de pouvoir choisir librement de porter ou non un masque. Et ils peuvent voyager en toute confiance, sachant que de nombreuses caractéristiques de la cabine de l’avion, comme le renouvellement de l’air à haute fréquence et les filtres à haute efficacité, en font l’un des environnements intérieurs les plus sûrs ».